Breaking Bad : le volume 2 de la BO enfin disponible

Dave Porter

Dave Porter

News

Madison Gate Records annonce du nouveau pour la série à succès, Breaking Bad : le volume 2 de la bande originale est désormais disponible sur iTunes. Cet album comprend 20 inédits composés par Dave Porter. Le premier volet de la bande originale (2012) englobait les compositions de Dave Porter pour les 5 premières saisons. Cette nouvelle sortie est une façon de boucler la boucle pour cette série créée en 2008 et dont le dernier épisode est diffusé le 30 septembre sur AMC. C’est aussi un Happy End pour les fans d’une série qui a été gavée de distinctions depuis 5 ans, avec 45 prix (pour 109 nominations) dont le Primetime Emmy de la meilleure série dramatique obtenu tout récemment.

A noter que c’est la deuxième série pour laquelle Dave Porter travaille, qui s’arrête cette année, après Red Widow (2013).

Didier Bianay

Publicités

Oh My God…zilla !

Musiques De Films Légendaires

Come_With_Me daddyOh My God ! Cette expression si chère aux américains… C’est ce que j’étais pas loin de me dire, lorsqu’adolescent, j’ai vu les premières images du trailer de ce film, sorti quelques semaines plus tard en septembre 98. Ce Godzilla de Roland Emmerich avait quand même tout pour plaire, car sorti dans le sillage de Jurassic Park 2, il s’annonçait plus grandiose que ce dernier, avec un gigantesque monstre qui ferait même fuir un T-Rex…

Et que dire de la musique thème et de ces phrases musicales qui ont marqué toute une génération, ou plutôt devrais-je dire des générations, car issues de la chanson Kashmir de Led Zeppelin (1975). Come With Me débute par une rythmique lourde et bien assise, rejointe par une guitare féroce, tout comme les lyrics et l’interprétation de Puff Daddy. On peut aussi noter un arrangement orchestral monstrueusement recherché, qui ajoute de la classe à l’ensemble. Les guitares sont jouées par Jimmy Page et Tom Morello, ce dernier ayant travaillé récemment sur la bande originale de Pacific Rim. Bref, le tout donne une musique thème marquante jouée, par la suite, dans nombre d’émissions télévisées et d’évènements, comme un hymne. Sa version radio édit (plus courte) a été un succès international, un succès mérité pour un Puff Daddy en pleine bourre à l’époque, et qui fut honoré de participer au projet. Et à en voir le clip à gros budget qui illustre ce titre, on ne peut douter qu’il y ait mit tout son cœur…

Didier Bianay

La Bio : Rachel Portman

Rachel Portman

Rachel Portman

Biographies De Compositeurs De Musiques De Films

Rachel Portman est la première compositrice à avoir remporté un Oscar en 1997. En plus de 30 ans, elle a su se faire une place dans le domaine de la Musique de Film, un domaine où les femmes sont encore trop peu nombreuses.

Ses débuts

Née le 11 Décembre 1960 à Haslemere (West Sussex, Angleterre), Rachel Portman est une compositrice de musiques de films, en activité depuis 1982. Elle commence à composer à 14 ans et fait son éducation musicale à la Charterhouse School puis à l’université d’Oxford. C’est dans cette prestigieuse université qu’elle commence à composer pour des cinéates étudiants et des productions de théâtres. Elle se consacre ensuite à composer pour la Télévision avec, à ses débuts, des travaux pour des films de la Channel 4 ou de la BBC tels que Four Days In July (1985), la série Storyteller (1988) ou Oranges Are Not the Only Fruit (1989).

Cinéma et consécrations

A partir de 1993 elle se consacre plus pleinement à la réalisation de bandes originales destinées au Grand Écran et c’est 4 ans plus tard qu’elle connait la consécration en devenant la première compositrice à remporter un Oscar en 1997 avec la BO du film Emma. C’est pour l’instant l’unique Oscar qu’elle a reçut lors de sa carrière. Ce qui ne veut pas dire qu’elle se trouve presque bredouille puisqu’elle en est à 6 distinctions : 1 BMI Film Music Award ( The Vow, 2012), 1 Georges Delerue Prize (Ratcatcher, 1999), 1 PFCS Award (The Legend of Bagger Vance, 2000), 1 SDFCS Award (Never Let Me Go, 2010) et enfin 1 Richard Kirk Career Achievement Award (2010), récompensant l’ensemble de sa carrière tout comme sa nomination en tant que Chevalier de l’Ordre de l’Empire Britannique.

The Cider House Rules (1999) et Chocolat (2000) sont aussi parmi les films qui ont fait sa renommée, en y ajoutant les films pour lesquels elle a reçu des récompenses. Plus récemment elle a composé les bandes originales de Never Let Me Go (2010) et n’a pas hésité à prendre des risques sur Snow Flower and the Secret Fan (2011) avec une bande originale très reposante aux accents d’Asie.

Compositrice dans un monde d’hommes

La Musique a toujours été fâchée avec les femmes. Au Moyen-Âge et à La Renaissance elles ne rencontraient pas beaucoup d’oreilles attentives à leurs travail. Au fil des siècles les choses ont plus ou moins évoluées, dépendamment des domaines. Car même à l’heure actuelle, les compositrices de musiques de films ont beaucoup à envier aux compositrices-interprètes. Si ces dernières sont à égalité avec les hommes, du fait d’une médiatisation équitable, on en est encore loin lorsqu’il s’agit de la musique pour le Petit ou Grand Écran. Toutefois cela n’a pas empêché Rachel Portman de susciter la confiance de réalisateurs célèbres comme Roman Polanski (Oliver Twist), Norman Jewison (Only You), Jonathan Demme (Beloved, Truth About Charlie, Manchurian Candidate) ou encore Robert Redford (Legend of Bagger Vance). Avec 3 décennies au service de la Musique de Film pour la Télévision et le Cinéma et une filmographie dense, Rachel Portman peut se vanter d’avoir fait sa place dans un monde encore trop masculin. De quoi donner plus confiance à d’autres compositrices, pour qui elle constitue la meilleure des ambassadrices.

Didier Bianay

Marcus Miller travaille sur la BO d’About Last Night

Marcus Miller

Marcus Miller

News

Plus connu comme bassiste, compositeur et producteur de Jazz, Marcus Miller est en train de travailler sur la bande originale d’About Last Night. Marcus Miller est loin d’en être à son coup d’essai, lui qui a déjà composé pour 20 films de cinéma (depuis 1987), dont I Think I Love My Wife, The Ladies Man ou Breakin’ All The Rules. Il a aussi composé pour la série Tout le monde déteste Chris et s’est déjà frotté à la course aux Primetime Emmys en 89 pour le compte de l’émission musicale Sunday Night. 

La comédie romantique About Last Night est en fait un remake de la version d’Edward Zwick sortie en 1986. On y retrouvera Kevin Hart, Regina Hall, Adam Rodriguez, Michael Ealy, Joy Bryant, Christopher McDonald et Paula Patton. Le film sortira en 2014, le 14 février. Ça ne s’invente pas…

Dernières sorties (25/09/13)

Dernières Sorties

The East – Halli Cauthery, Harry Gregson-Williams

Fox Music (25 septembre 2013)

Perfect Mothers – Christopher Gordon, Antony Partos

Varèse Sarabande (24 septembre 2013)

Fruitvale Station – Ludwig Göransson

Lakeshore (24 septembre 2013)

Battle of the Year – Christopher Lennertz

Madison Gate Records (19 septembre 2013)

Blue Jasmine – Artistes variés

Madison Gate Records (19 septembre 2013)

Inside Llewyn Davis – T-Bone Burnett

Nonesuch Records (17 septembre 2013)

Clear History – Ludovic Bource (TV)

Relativity Music Group (20 septembre 2013) – Digital

Luther – Paul Englishby (TV)

Silva Screen Records (9 septembre 2013) – Digital

Source : cinezik.fr

Plus de news sur les nouvelles parutions ici : http://www.cinezik.org/parutions/parutions.php

Sombre, Mélancolique et Beau

Coup De Cœur

Ramin Djawadi

Ramin Djawadi

C’est déjà mon 3ème coup de cœur pour un extrait de la bande originale de Pacific Rim. Cancelling The Apocalypse est un morceau qui a attiré mon attention pour son côté solennel et sombre. La mélodie est belle et mélancolique, tout en mettant bien en évidence le motif principal de la bande originale. Elle est complétée par des arrangements progressifs où l’entrée de chaque catégorie d’instruments est fluide. Ce morceau fait son apparition à un moment critique du film et l’impression qui se dégage est celle d’une composition qui s’éclaircie sur la durée. De l’obscurité à la lumière, du désespoir à l’espoir, du défaitisme à l’envie d’en découdre ; c’est tout ce que Ramin Djawadi a voulu décrire avec Canceling The Apocalypse.

Didier Bianay

Primetime Emmys 2013 / Les Compositeurs Gagnants

La 65ème cérémonie des Primetime Emmy Awards a livré son verdict. Et parmi les compositeurs de séries TV, John Lunn (Downton Abbey) et Bear McCreary (Da Vinci’s Demons) ont été récompensés respectivement dans les catégories Meilleure composition musicale pour une série TV et Meilleure musique thème pour une série TV.

Bear McCreary

Bear McCreary

Le dépucelage de Bear McCreary

Avec cette seconde nomination d’affilée, Bear McCreary (34 ans) a fini par recevoir son premier Primetime Emmy Award pour sa musique thème de Da Vinci’s Demons. Et cela n’est pas étonnant tant cette musique l’est justement. Avec un style musical emprunté de La Renaissance sur fond de percussions discrètes et modernes, et une ligne mélodique symétrique, (la deuxième phase du morceau est un inversement de la première et de la dernière), cette musique thème constituait un travail de composition audacieux. Ajoutez-y ces arrangements on ne peut plus sublimes et vous obtenez la Meilleure musique thème pour une série TV pour cette édition 2013.

« Je me dois de partager cet Award avec le créateur de la série S. Goyer. Quand je lui ai joué ma première démo du thème principal, il m’a donné le meilleur avis qu’un producteur puisse donner. Il m’a dit que la musique était trop courte. Le thème était si prenant, il voulait en entendre plus. Il a donc recoupé son premier épisode et a presque doublé la durée de la séquence vidéo du générique, me donnant l’opportunité de développer mes idées. »

D’ailleurs, cette séquence vidéo a aussi reçu le prix du meilleur montage vidéo pour un générique.

John Lunn

John Lunn

John Lunn sauve Downtown Abbey

La série Downton Abbey est la grande perdante de la soirée avec 12 nominations pour seulement 1 récompense (Meilleure composition musicale pour une série TV). Cette dernière est venue de John Lunn son compositeur attitré depuis la première saison. John Lunn garde donc sa couronne, lui qui était le tenant du titre de cette catégorie, pour le compte de la même série. Une formalité ? Pas pour ce vétéran qui fut même surpris d’avoir doubler la mise : « Je ne l’attendais vraiment pas, ce fut une si bonne surprise ! » Oui, il faut aussi avouer que John Lunn n’est pas très bavard… et plutôt discret. C’est que ce compositeur de 57 ans, d’origine écossaise préfère parler avec des notes plutôt qu’avec des mots. Peut-on s’attendre à une nouvelle nomination l’année prochaine ? Ce n’est pas improbable tant il semble inspiré par cette série So British…

Didier Bianay

 

65ème cérémonie des Primetime Emmy Awards (11/11)

Dossiers

Sean Callery (Elementary)

Sean Callery

Sean Callery

Nominé dans la catégorie Meilleure musique thème pour une série TV.

Le compositeur attitré de la série 24, est né à Hartford (Connecticut), en 1964. Lors de ses jeunes années, à Bristol (Rhodes Island), il commence à se mettre au piano et apprend la musique classique. Il apprend aussi de lui-même le trombone, le tuba et d’autres genres musicaux. À 23 ans il obtient un diplôme de piano, à la fin de ses études au Conservatoire de Nouvelle-Angleterre. Très curieux en ce qui concerne la musique, il s’intéresse aux nouvelles technologies naissantes conscient des nouvelles sonorités qu’elles peuvent apporter. Son travail sur les nouvelles technologies de l’époque influence rapidement certains de ces ainés tels Alan Silvestri, James Newton Howard, Herbie Hancock, Mark Snow, alors qu’il vient tous juste d’emménager à Los Angeles en 1987; et par ces travaux il développe des compétences qui lui vaudront uns première nomination aux Primetime Emmys 93 en tant que sound designer de la série Star Trek : Deep Space Nine. Bien qu’il avait déjà participé pour la première fois à la bande originale de A Mom for Christmas en 1990, c’est en 1996 que Snow lui présente l’homme qui va changer sa vie : Joel Surnow. Une longue collaboration commence entre les 2 hommes tout d’abord avec les 5 saisons de la série La Femme Nikita (1997-2001), puis sur la célèbre série 24 (depuis 2001). Entre-temps Sean Callery compose pour d’autres séries à succès comme Treasure HuntersBones, Medium ou Homeland et la mini-série The Kennedys.

The Hollywood Reporter : Avez-vous un genre préféré pour lequel vous aimeriez travailler ?

Sean Callery : J’aurais aimé écrire une comédie musicale. … J’ai brièvement été un pianiste de répétition pour Francis Coppola, qui a écrit une comédie musical sur le film Gidget. … C’était une écriture et une expérience préparatoire si unique dans le sens que tout était en harmonie.

The Hollywood Reporter : Une musique thème donne le ton d’une série. Quelle est votre source d’inspiration ?

Sean Callery : Avec Scherlock Holmes, il y a une notion de précision, d’élégance – Son cerveau sollicite plusieurs de ses parties en même temps, pensant à plusieurs choses à la fois. Quand j’étais un pianiste de musique classique au College, ce qui m’a amené à opérer au plus près de cette capacité était la musique baroque, quand je jouais la musique de Bach. … Et cela n’a pas choqué qu’il ait joué du violon.

The Hollywood Reporter : Quelle est votre musique thème préférée à la télévision ?

Sean Callery : Considérez Hawaii Five-0, The Twilight Zone, Route 66. Mais en ce qui concerne des musiques thème tout simplement magiques pensez à The Beverly Hillbillies – il y en a trop ! Je suis toujours content des musiques qui y sont associées. Elle ressemble aux chansons folk.

Source : Hollywood Reporter (http://www.hollywoodreporter.com/)

Sean Callery c’est 8 récompenses tout au long de sa carrière, dont 5 ASCAP Award (« 24″, 2003 et 2006 / Medium, 2006 et 2009 / Bones, 2009 et 2012 / Most Performed Themes and Underscores, 2012 / Elementary 2012); et 3 Primetime Emmys avec la série « 24 » (2003, 2006 et 2010). Sean Callery est donc un habitué de la compétition qui espère décrocher un 4ème Primetime Emmy Award avec la musique-thème sophistiquée d’Elementary.

Voilà qui clôt notre série d’articles sur la présentation des forces en présence, en lutte pour décrocher les Primetime Emmys 2013 de la Meilleure composition musicale pour une série TV et de la Meilleure musique thème pour une série TV.

Les verdicts seront prononcés lors de la cérémonie des Primetime Emmy Awards 2013 qui se tiendra le dimanche 22 septembre, à Los Angeles.

Didier Bianay

65ème cérémonie des Primetime Emmy Awards (10/11)

Dossiers

Bear McCreary (Da Vinci’s Demons)

Bear McCreary

Bear McCreary

Nominé dans la catégorie Meilleure musique thème pour une série TV.

Né le 17 février 1979 à Fort Lauderdale (Floride), McCreary est un enfant de la Musique de Film. Immergé très tôt dans ce domaine en étant formé par le compositeur Elmer Bernstein, cet accordéoniste autodidacte achève sa formation à la Thornton School of Music (Los Angeles). Abonnés aux courts métrages durant ces premières années professionnelles, il compose aussi pour les jeux vidéos. Cependant, il ne compte seulement qu’un film dans son escarcelle, concernant le grand écran (Europa Report, 2013). En revanche ses compositions pour séries télévisées (Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D., The Walking Dead, Terminator: The Sarah Connor ChroniclesEureka, Caprica, Trauma, The Cape) sont plus nombreuses et ne passent généralement pas inaperçues. Ça été le cas pour la bande originale de Battlestar Galactica, acclamé par la critique, Io9.com allant même jusqu’à le classer parmi les 10 meilleurs compositeurs de films de Science Fiction de tous les temps. Véritable surdoué de la Musique de Film, McCreary est un homme de défi, lui qui a dirigé le plus imposant orchestre de l’histoire de la musique pour Télévision, pour le compte de la série Human Target. Depuis 3 ans, les propositions de réalisateurs de séries ne cessent d’affluer et McCreary est véritablement l’étoile montante de la nouvelle génération. C’est son travail sur Da Vinci’s Demons qui fait l’objet d’une nomination cette année. Il s’est récemment confié brièvement au Hollywood Reporter.

The Hollywood Reporter : Une musique thème donne le ton d’une série. Quelle est votre source d’inspiration ?

Bear McCreary : L’une des choses qui m’a toujours fasciné est l’écriture en mirroir (de De Vinci). Il est réputé pour avoir été capable d’écrire à l’endroit comme à l’envers, et il écrivait des deux mains. … J’ai pensé, « si il pouvait écrire comme ça, peut-être que je peux écrire une composition de la même manière ». Donc je l’ai conçu et écrit le thème comme un palindrome : Vous jouez cette musique à l’envers, et c’est la même chose. C’était un énorme défi parce que j’ai écrit un thème que j’avais vraiment aimé, et j’ai pensé qu’il pouvait fonctionner – mais quand je l’ai joué à l’envers, c’était épouvantable. Ensuite j’ai composé une version inversée qui sonnait bien, mais lorsque je l’ai mis à l’endroit, c’était épouvantable ! Donc j’ai vraiment du repenser entièrement mon approche.

The Hollywood Reporter : Lorsqu’arrive des passages d’époques, à quel point basez-vous votre composition sur le style musical de la période en question ?

Bear McCreary : J’ai passé beaucoup de temps à faire des recherches sur la musique de l’époque de la Renaissance. … Lorenzo De Medicis est un personnage en vue dans la série, et dans la vraie vie, a fait la notoriété de beaucoup de musiques du compositeur nommé Henricus Isaac. Isaac composa un thème pour la famille de Medicis, un petit motif de 6 notes, et j’ai utilisé ce motif en tant que le thème De Médicis. Si vous pouviez construire une machine à remonter le temps qui puisse ramener Lorenzo de Médicis ici pour regarder sa série, il serait ragaillardi parce qu’il se dirait « Oh, c’est mon thème ».

Source : Hollywood Reporter (http://www.hollywoodreporter.com/)

L’amoire à trophée de Bear McCreary n’a que 2 récompenses, 2 Ascap Award (Eureka, 2009 / The Walking Dead, 2013). Mais Bear McCreary est encore jeune, du haut de ses 34 ans, et montre une précocité et une maturité musicales rares pour cet âge. Il est le fleuron de la jeune génération de compositeurs Hollywoodiens et a sans doute encore de belles années devant lui vu son acharnement au travail et son talent. Bear McCreary est un nom (pas facile) à retenir.

Didier Bianay

65ème cérémonie des Primetime Emmy Awards (9/11)

Dossiers

Brian Keane (Copper)

Brian Keane

Brian Keane

Nominé dans la catégorie Meilleure musique thème pour une série TV.

Brian Keane est né le 18 janvier 1953 à Philadelphie. Il est issu d’une famille très portée sur la musique puisque sa mère était compositrice, son père ténor à ses heures perdues, alors que son frère et sa sœur sont musiciens. Brian intègre un groupe de Rock’N’Roll alors qu’il n’est qu’au sixth grade (6ème en France). Il a eu pour mentor le pianiste de Jazz John Mehegan puis Karel Husa. Il finit sa formation à l’université Cornell. Puis débute pour lui une carrière professionnelle exceptionnelle. En effet dans les 70’s, Brian Keane est un guitariste et compositeur de renom qui joue et travaille avec les plus grandes vedettes du jazz. À cette époque il est plutôt reconnu comme musicien de live ou de studio. Une rencontre avec les réalisateurs Jim Burroughs et Suzanne change sa vie d’artiste. Et c’est avec eux qu’il fait ses premiers pas dans la musique pour l’image en composant la bande son de leurs reportages Against Wind and Tide: A Cuban Odyssey (1981); d’ailleurs la filmographie de Brian Keane est essentiellement constituée de travaux pour reportages. Pistol Pete: The Life and Times of Pete Maravich est synonyme de première récompense pour lui en 2001. Cette carrière dans la musique pour l’image, très axée sur les reportages, s’explique par le fait que Keane travaille dans un studio isolé dans le Connecticut, loin de l’effervescence audiovisuelle de Los Angeles, place forte de l’industrie du Film. Celà semble être un choix délibéré pour Brian Keane qui demeure près de ces amis tout en étant sollicité depuis 2 décennies pour des grands reportages tels que Do You Believe in Miracles (2001), Nine Innings From Ground Zero (2004), The Blood of Yingzhou District (2006). Ses compositions sont souvent reprises par des grands orchestres symphoniques, c’est dire la qualité de ses travaux. Cette année, aux Primetime Emmy Awards 2013, il représente non pas un reportage mais une série TV :Copper.

The Hollywood Reporter : Quand vous composez pour un nouvel épisode, par quoi commencez-vous ?

Brian Keane : Je regarde le film la première fois, et sur un bloc-note j’écrit l’essence de ce qu’il a besoin, ensuite je confirme celà avec le réalisateur. Comme je le regarde pour la première fois, c’est comme un spectateur le verra.

The Hollywood Reporter : N’avez-vous jamais connu la hantise de la page blanche ?

Brian Keane : J’ai eu, une fois, la hantise de la page blanche dans les premiers jours d’un nouveau projet. Et je pense que la manière dont je peux me sortir de là est probablement par peur et adrénaline.

Source : Hollywood Reporter (http://www.hollywoodreporter.com/)

Brian Keane fait figure de taulier parmi ses concurrents avec près de 50 ans d’expérience professionnelle. Il a connu 20 nominations pour 7 awards remportés : 4 Sport Emmys pour Pistol Pete: The Life and Times of Pete Maravich (2001), Picture Perfect: The Stories Behind the Greatest Photos in Sports (2002), The Curse of the Bambino (2003), Nine Innings from Ground Zero (2004); 3 Primetime Emmys Pistol Pete: The Life and Times of Pete Maravich (2001) (TV), Picture Perfect: The Stories Behind the Greatest Photos in Sports (2002), The Curse of the Bambino (2003).

Brian Keane c’est donc l’histoire d’un grand compositeur pour reportages qui aurait certainement pu être une terreur d’Hollywood, mais qui a brillé sans la capitale du Cinéma. Un luxe…

Didier Bianay

Dernières sorties (11/09/13)

Dernières sorties

Rush – Hans Zimmer  

WaterTower Music (10 septembre 2013) – CD et Digital

The Grandmaster – Nathaniel Mechaly (version internationale) / Shigeru Umebayashi (version chinoise)  

Lakeshore Records (10 septembre 2013)

Jimmy Picard, Un indien des plaines – Howard Shore  

Howe Records (10 septembre 2013) – CD et digital

Insidious: Chapter 2 – Joseph Bishara  

Void Recordings (10 septembre 2013) – CD et Digital

Kiss of the Damned – Steven Hufsteter  

Soraya Recordings (10 septembre 2013) – Digital

The Ultimate Life – Mark McKenzie  

Varese Sarabande (10 septembre 2013)

Thanks for Sharing – Christopher Lennertz  

Milan Music (10 septembre 2013)

Colette – Atli Örvarsson  

MovieScore Media (10 septembre 2013) – Digital

Justin and the Knights of Valour – Ilan Eshkeri  

Sony Music (9 septembre 2013) – CD et digital

Una Mamma Imperfetta – Paolo Buonvino  

Indigo Film srl (9 septembre 2013) – Digital

Dear Dumb Diary – Steven Argila (TV)

Lakeshore Records (10 septembre 2013)

Luther – Paul Englishby (TV)

Silva Screen Records (9 septembre 2013) – Digital

65ème cérémonie des Primetime Emmy Awards (8/11)

Dossiers

Robert Duncan (Last Resort)

Robert Duncan

Robert Duncan

Nominé pour la catégorie Meilleure composition musicale pour une série TV.

Musicinews s’invite sur Cinézik.fr !

Retrouvez l’article ici : http://www.cinezik.org/compositeurs/index.php?compo=Duncan

Didier Bianay

65ème cérémonie des Primetime Emmy Awards (7/11)

Dossiers

Nathan Barr (The Americans et Hemlock Grove)

Nathan Barr

Nathan Barr

Doublement nominé dans la catégorie Meilleure musique thème pour une série TV.

Né le 9 février 1973, et fils de musiciens professionnels, l’américain Nathan Barr commence à étudier la musique à l’âge de 4 ans à … Tokyo. Plus tard, il fréquente le Skidmore College de Saratoga Springs (État de New York). C’est aussi pendant ses jeunes années qu’il participe à une tournée en Italie et en Suisse avec le Juilliard Cello Ensemble, lors de l’été 1993. Nathan Barr c’est aussi un profil atypique, lui qui aime collectionner des instruments inédit et étranges (Un harmonica en verre, une trompette en os de fémur humain, des cornemuses faites à partir de ventre de porcs…) et qui joue la quasi-totalité des instruments présents dans ses compositions. Un profil qui n’a pas échappé à l’œil du célèbre Hans Zimmer qui le prend sous son aile dès 1996, année où Nathan Barr emménage à Los Angeles. Fréquenter étroitement Hans Zimmer lui permet de participer à des films de gros calibres comme Pour le Pire et Pour le Meilleur (1997) et Le Prince d’Égypte (1998). The Last Exorcism (2010) est le seul film d’envergure pour lequel il a composé toute une bande originale. Bien qu’il est la plupart du temps composé pour le cinéma depuis 1996, c’est surtout ses travaux sur des séries TV qui feront sa renommée; tout d’abord avec True Blood (2008-2013) puis plus récemment sur The Americans et Hemlock Grove. Ces 2 dernières lui valent 2 nominations dans la même catégorie. C’est dire si Nathan Barr aime se démarquer. Mais comme les 9 autres candidats en lice, qui sont et seront présentés dans ce blog, il s’est laissé aller au jeu des questions complices du Hollywood Reporter.

The Hollywood Reporter : Quand vous composez pour un nouvel épisode, par quoi commencez-vous ?

Nathan Barr : J’ai une très grande collection de toutes sortes d’instruments du monde entier, dans mon studio, donc pour moi le processus est vraiment de m’assoir et commencer en prenant un de ces instruments et improviser… J’ai beaucoup d’orgues différents, et j’ai une trompette en os humain. J’ai beaucoup d’instruments uniques.

The Hollywood Reporter : Quelle est votre musique thème préférée à la télévision ?

Nathan Barr : L’Incroyable Hulk. La série TV originelle avait ce thème au piano, vraiment obsédant.

Source : Hollywood Reporter (http://www.hollywoodreporter.com/)

Avec 5 récompenses engrangées durant sa carrière à savoir 1 Chainsaw Award (Cabin Fever, 2002), 1 Hollywood Media in Music Award (True Blood, 2009), 3  BMI Award (The Dukes of Hazzard 2006 / True Blood, 2009 / True Blood Season 2, 2010), Nathan Barr a l’occasion de faire coup double lors la soirée du 22 septembre 2013. C’est tout le mal que l’on souhaite à ce phénomène au profil atypique qui compose depuis son ancien… garage.

Didier Bianay

L’ingénieux générique de MacGyver

Musiques De Films Légendaires

Randy Edelman

Randy Edelman

Bien qu’elle ne soit pas tirée d’un film à proprement parler, mais plutôt d’une série (MacGyver), cette musique thème a attiré mon attention. Composée par Randy Edelman en 1985, le générique de MacGyver fait partie de ces airs mythiques qui restent gravés dans les têtes de toute une génération pendant des décennies.

On note que la plupart des gens ne se rappelle que de la partie principale qui commence à 0:20 mais en oublie l’intro. La raison tient du fait que cette dernière est beaucoup moins pétillante mais n’en demeure pas moins essentielle, car démarrer le morceau directement sur la partie principale aurait surpris plus d’un téléspectateur… Ainsi Randy Edelman commence par une intro relativement posée, franchit un palier en incorporant les cordes à partir de 0:13, puis crée un léger relâchement entre 0:18 et 0:20. Ce dernier, par effet de contraste, contribue à sublimer l’amorce percussive d’une partie principale catchy et inoubliable. (de 0:20 à 1:05). Enfin, la conclusion est progressive avec une mélodie descendante, suivie d’un crescendo de batterie qui crée une tension avant le début de l’épisode.

Randy Edelman a donc signé l’oeuvre de sa vie par une musique pop 80’s facile à mémoriser; avec des arrangements aussi ingénieux que le personnage qu’elle évoque…

Didier Bianay

Ramin Djawadi composera la BO d’Edge Of Tomorrow

Ramin Djawadi

Ramin Djawadi

News

Encore un blockbuster pour le talentueux Ramin Djawadi, après un excellent travail sur Pacific Rim. Cette fois-ci le compositeur d’origine allemande s’emploiera à réaliser la bande originale du film de science fiction Edge Of Tomorrow (2014). On rappelle aussi que Djawadi vient de terminer son travail pour les dernières saisons de Game of Thrones et Person of Interest et qu’il est attendu sur le documentaire African Safari 3D (2014) et le film d’animation The House of Magic (Noël 2013). À préciser aussi que Ramin Djawadi n’en est pas à son premier film d’animation lui qui a déjà œuvré pour Fly Me to the Moon 3D (2008) et A Turtle’s Tale: Sammy’s Adventure (2010) et sa suite.

Didier Bianay

65ème cérémonie des Primetime Emmy Awards (6/11)

Dossier

Charlie Mole (Mr Selfridge)

Charlie Mole

Charlie Mole

Nominé pour la catégorie Meilleure composition musicale pour une série TV

Le compositeur franco-britanique Charlie Mole a fréquenté l’université d’Oxford, où il a terminé son cursus musical. Il commence ensuite une carrière professionnelle en tant que parolier et arrangeur chez Warner-Chappell, un label très réputé à travers le monde. En tant que parolier-arrangeur, il eu l’occasion de travaillé avec de grandes vedettes de la musique tels que Lenny Kravitz, Savage Garden ou Kylie Minogue. Il reste chez Warner-Chappell 10 ans avant de se tourner vers la Musique de Film. Ainsi, depuis 1989, il compose pour des films ou des documentaires. Ses meilleurs succès au cinéma sont : Othello (1995), An Ideal Husband (1999), St. Trinian’s (2007) ou Dorian Gray (2009). Concernant le petit écran on peut l’entendre dans la mini-série Le Journal d’Anne Frank (2008), le documentaire North America (2013) et évidemment dans Mr Selfridge, série qu’il représente pour cette cérémonie des Primetime Emmy Awards 2013.

The Hollywood Reporter : Lorsqu’arrive des passages d’époques, à quel point basez-vous votre composition sur le style musical de la période en question ?

Charlie Mole : C’est toujours un équilibre difficile à atteindre lorsqu’il s’agit de satisfaire tant les puristes que la production. Le premier épisode (Mr Selfridge) se passe en 1909, et la musique de cette époque – il y a une ou deux bonnes chansons qui ont passé l’épreuve du temps, mais généralement c’est un truc assez morne. Ils (les membres de la production) voulaient cette ambiance typique de Chicago… Il y a actuellement une ou deux personnes qui ont écrit pour se plaindre.

The Hollywood Reporter : Quelle musique aimez-vous écouter lors de vos temps libres ?

Charlie Mole : Earth, Wind & Fire et The Doobie Brothers. Pour moi ce genre de musique ne peut être amélioré.

Source : Hollywood Reporter (http://www.hollywoodreporter.com/)

Après avoir prouvé ses compétences dans le domaine de la Musique, Charlie Mole continue son ascension dans la Musique de Film. Avec aucune récompense ni nomination antérieures, dans ce domaine, il est le moins capé de tous les candidats en lice pour la catégorie Meilleure composition musicale pour une série TV. Toutefois, c’est loin d’être perdu d’avance tant sa composition pour Mr Selfridge est remarquable et confirme bien la grande polyvalence de son talent.

Didier Bianay

Alexandre Desplat pour la BO du prochain Godzilla

News

Alexandre Desplat

Alexandre Desplat

Le compositeur français, Alexandre Desplat, a été choisi par Legendary Pictures pour composer la bande originale du prochain Godzilla. Le film réalisé par Gareth Edwards, avec notamment Aaron Taylor-Johnson et Juliette Binoche (oui oui, vous avez bien lu) est prévu pour mai 2014. Il retracera les origines du fameux monstre selon une histoire signée Borenstein et Dave Callaham.

En attendant on pourra entendre les compositions du natif de Paris dans des films qui sortiront bientôt tels Philomena (de Stephen Frears), The Grand Budapest Hotel (de Wes Anderson) et The Monuments Men (de Georges Clooney). Une fin d’année qui s’annonce donc riche pour Alexandre Desplat, année qui avait commencé avec sa nomination aux Oscars 2013 pour la meilleure musique de film avec Argo (de Ben Affleck).

Didier Bianay

Première Écoute : La BO de The Lone Ranger

Première Écoute

lone rangerInitialement confiée à Jack White qui n’a pas pu assurer la tâche (problème d’agenda), cette bande originale a finalement été composée par Hans Zimmer. Et franchement, vu la qualité du remplaçant on peut difficilement être déçu; l’écoute de cette BO confirme cette impression.

Fantasque…

La diversité des styles que l’on entend dans la bande originale de The Lone Ranger est perceptible dès les premières pistes. À part de la musique symphonique, on retrouve de la musique celte, amérindienne, balkanique et de la pure musique Western. Cette BO symbolise bien l’Ouest Américain, c’est à dire un carrefour de cultures. Sur Never Take Off the Mask, on commence en douceur avec un coup de violon style western et un poil celtique. Ce premier morceau tranche avec l’ambiance loufoque et percutante de son prolongement, Absurdity. Cette dernière expose bien le style de Hans Zimmer, avec une orchestration riche, turbulente et lourde. Red’s Theater of the Absurd sonne très musique de cirque ou de foire, tout droit sortie des Balkans; mais le compositeur originel, Jack White, n’est pas si étranger que ça à ce style malgré ses origines polonaises et cela est confirmé par la maîtrise du genre.

… et Fantastique !

Qu’importe les styles musicaux à travers lesquels on voyage dans cette bande originale, on est toujours enchanté par le travail de très bonne qualité d’Hans Zimmer. Les mélodies et les thèmes sont remarquables et facilement mémorisables, les arrangements sont très poussés; c’est qu’Hans Zimmer n’est pas du genre à bâcler le travail, il appuie souvent là où ça fait mal. Témoin ce morceau de près de 10 minutes, baptisé Finale, où il s’amuse avec une célèbre composition de Rossini (L’Ouverture de Guillaume Tell) en y ajoutant tantôt son style symphonique propre, tantôt un style Western, sans que cela ne choque. C’est même terriblement jouissif à écouter ! La dernière piste de la BO est calme, mélancolique et reposante, son nom : Home. Elle peut paraître fade après le terrifiant Finale. Mais ce n’est qu’une impression car elle n’en demeure pas moins magnifique et sait se faire apprécier, comme un repos à la maison après une dure journée de labeur…

On a donc là une BO éclectique, aussi divertissante que jolie. Une vrai réussite de la part d’Hans Zimmer qui a joué le remplaçant de luxe sur le coup. Mais il n’a pas raté l’occasion de s’illustrer, une fois de plus.

Didier Bianay

Dernières sorties (04/09/13)

Dernières sorties

Getaway – Justin Burnett  

Varèse Sarabande (3 septembre 2013)

Visitors – Philip Glass 

Orange Mountain Music (3 septembre 2013) – CD et digital

Empire State – David Wittman  

Metropolis Movie Music (3 septembre 2013) – Digital

Winnie Mandela – Laurent Eyquem  

RCA Records (3 septembre 2013) – Digital

Les Lignes de Wellington – Jorge Arriagada  

Disques Cinémusique (2 septembre 2013)

I’ll Follow You Down – Andrew Lockington 

Ellchris Music (30 août 2013)

Snowpiercer / Le Transperceneige – Marco Beltrami  

Import asiatique : CJ E&M Music (29 août 2013)

Hemlock Grove – Nathan Barr (TV)

Varèse Sarabande (3 septembre 2013)

Revolution – Christopher Lennertz (TV)

WaterTower Music (3 septembre 2013) – Digital