Première Écoute : La BO de The Lone Ranger

Première Écoute

lone rangerInitialement confiée à Jack White qui n’a pas pu assurer la tâche (problème d’agenda), cette bande originale a finalement été composée par Hans Zimmer. Et franchement, vu la qualité du remplaçant on peut difficilement être déçu; l’écoute de cette BO confirme cette impression.

Fantasque…

La diversité des styles que l’on entend dans la bande originale de The Lone Ranger est perceptible dès les premières pistes. À part de la musique symphonique, on retrouve de la musique celte, amérindienne, balkanique et de la pure musique Western. Cette BO symbolise bien l’Ouest Américain, c’est à dire un carrefour de cultures. Sur Never Take Off the Mask, on commence en douceur avec un coup de violon style western et un poil celtique. Ce premier morceau tranche avec l’ambiance loufoque et percutante de son prolongement, Absurdity. Cette dernière expose bien le style de Hans Zimmer, avec une orchestration riche, turbulente et lourde. Red’s Theater of the Absurd sonne très musique de cirque ou de foire, tout droit sortie des Balkans; mais le compositeur originel, Jack White, n’est pas si étranger que ça à ce style malgré ses origines polonaises et cela est confirmé par la maîtrise du genre.

… et Fantastique !

Qu’importe les styles musicaux à travers lesquels on voyage dans cette bande originale, on est toujours enchanté par le travail de très bonne qualité d’Hans Zimmer. Les mélodies et les thèmes sont remarquables et facilement mémorisables, les arrangements sont très poussés; c’est qu’Hans Zimmer n’est pas du genre à bâcler le travail, il appuie souvent là où ça fait mal. Témoin ce morceau de près de 10 minutes, baptisé Finale, où il s’amuse avec une célèbre composition de Rossini (L’Ouverture de Guillaume Tell) en y ajoutant tantôt son style symphonique propre, tantôt un style Western, sans que cela ne choque. C’est même terriblement jouissif à écouter ! La dernière piste de la BO est calme, mélancolique et reposante, son nom : Home. Elle peut paraître fade après le terrifiant Finale. Mais ce n’est qu’une impression car elle n’en demeure pas moins magnifique et sait se faire apprécier, comme un repos à la maison après une dure journée de labeur…

On a donc là une BO éclectique, aussi divertissante que jolie. Une vrai réussite de la part d’Hans Zimmer qui a joué le remplaçant de luxe sur le coup. Mais il n’a pas raté l’occasion de s’illustrer, une fois de plus.

Didier Bianay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s