Alone Yet Not Alone disqualifiée des Oscars

Bruce Broughton

Bruce Broughton

News

La décision de l’Académie est tombée et elle est irrévocable : Alone Yet Not Alone ne fera pas partie des nominés lors de la soirée des Oscars, le 2 mars 2014. En cause le comportement de son compositeur Bruce Broughton, un membre de l’Académie, qui a fait la promotion de cette chanson en envoyant quelques mail à ses collègues de la branche musicale de cette institution artistique.

« La décision a été motivée par la découverte que [Bruce] Broughton, un ancien gouverneur [de l’Académie] et actuel membre du comité de direction de la branche musique [de l’Académie] avait envoyé des courriels aux membres de sa branche pour les informer, pendant la période de vote pour les nominations, que sa chanson était candidate », a affirmé l’Académie dans un communiqué.

« Que cette communication ait été bien intentionnée ou non, user de son statut d’ancien gouverneur et d’actuel membre du comité de direction pour promouvoir personnellement sa propre candidature aux Oscars crée l’apparence d’un avantage déloyal », a déclaré la présidente de l’Académie, Cheryl Boone Isaacs.

Une chanson, des polémiques

L’Académie a fait savoir qu’il n’y aurait pas de remplaçant, peut être pour ne pas créer une nouvelle polémique. Car Alone Yet Not Alone a déjà bien fait jaser depuis sa nomination le 16 janvier, et même dans le milieu de la Musique. Son manque de popularité a immédiatement éveillé des soupçons qui ont mené a une enquête, puis à cette disqualification récente de la part de l’Académie.  Mais voilà que 15 jours plus tard, sa côte de popularité a eu le temps de grimper en flèche, surtout chez la communauté chrétienne américaine qui portait Joni Eareckson Tada en triomphe, autant dire que cette disqualification a fait beaucoup de mécontents Outre Atlantique ; des nouveaux fans qui commençaient déjà a parler de complot artistique, voire même religieux… Bref, malheur à l’artiste qui l’aurait remplacer…

Didier Bianay

reydarts.fr

Dernières sorties BO (29/01/14)

 

McCanick – Jóhann Jóhannsson  

Milan Records (28 janvier 2014) – En digital

The Zero Theorem – George Fenton

Milan Records (28 janvier 2014)

That Awkward Moment – David Torn

Varese Sarabande (28 janvier 2014)

Jack et la mécanique du coeur – Dionysos  

Barclay (27 janvier 2014) – En CD et Digital

Stalingrad – Angelo Badalamenti

Moviescore Media (27 janvier 2014) – En Digital

Black Sails – Bear McCreary (TV)

Sparks & Shadows (28 janvier 2014)

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

Steven Price sur « Believe »

Steven Price

Steven Price

News

Steven Price (Gravity) compose actuellement la BO de Believe, la dernière série dramatique d’Alfonso Cuarón. La série raconte les aventures d’une jeune fille aux pouvoirs mystérieux et d’un évadé de prison qui a été chargé, par une organisation secrète, de la protéger. Johnny Sequoyah, qui jouera le rôle de cette petite fille, sera principalement accompagnée de Jake McLaughlin, Jamie Chung, Arian Moayed, Kyle MacLachlan et Delroy Lindo, lors de la saison 1. Believe démarre le 10 Mars 2014 sur NBC, et y sera diffusée tous les dimanches.

Pour Steven Price et Alfonso Cuarón ce sont des retrouvailles sur un concept bien différent que celui de Gravity, pour lequel Price avait réalisé sa 3ème BO pour un long métrage ; BO qui lui a valu d’ailleurs une 1ère nomination aux Oscar 2014. Un excellent début donc… enfin en ce qui concerne le poste de compositeur, puisqu’il est loin d’être un débutant dans la Musique de Film. En effet, malgré ses 36 ans, il enregistre déjà 18 ans de carrière, le plus souvent dans les départements musicaux, en tant que programmateur, instrumentiste ou compositeur invité. Il a ainsi pu travailler sur quelques grands blockbursters de la décennie précédente, tels les films de la saga du Seigneur des Anneaux (2002, 2003), Batman Begins (2005) et plus récemment sur la série Robin Hood (2006-2009). En plus de Believe, Steven Price planche actuellement sur la BO d’un film à gros budget … sans nom pour l’instant. Si si, vous devez me croire…

Didier Bianay

reydarts.fr

Grammy Awards 2014 : « Skyfall » au top

News

Skyfall a été à l’honneur en ce qui concerne la Musique de Film, avec 002 récompenses venues de la part d’Adele et de Thomas Newman, respectivement dans les catégories Meilleure chanson écrite pour un média visuel et Meilleure bande originale pour un média visuel.

Adele

Adele

La réplique du séisme Adele

Adele a remporté un Grammy Awards pour la chanson Skyfall, musique originale du film portant le même nom. Cela pourrait surprendre puisque cette suite de la saga James Bond n’est pas récente, étant sortie en octobre 2012. Cependant il faut préciser qu’ont été pris en compte les compositions musicales portant sur des films sortis entre le 1er octobre 2012 et le 30 septembre 2013. On rappelle aussi que 2012 a été une année faste pour la chanteuse britannique qui s’était alors vu attribuée le privilège de composer une chanson originale pour Skyfall. Son travail a donc porté ses fruits au grand dam de Coldplay qui rate une 2ème distinction majeure cet année, après avoir été finaliste au Golden Globes 2014. Bien qu’elle n’ait pas pu se rendre personnellement au Staples Center (Los Angeles) pour récolter le 10ème Grammy de sa carrière, Adele a néanmoins tenu à faire son speech via twitter :

« Faut vivre avec son temps », comme on dit.

Thomas Newman

Thomas Newman

Thomas Newman en vieux briscard

Son nom est Newman … Thomas Newman plus précisément, car à Hollywood la famille Newman compte pas mal de grands compositeurs (Alfred, David et Randy Newman). Et c’est pour sa bande originale pour le film Skyfall que Thomas Newman se voit récompensé du Grammy de la Meilleure bande originale pour un média visuel. Encore une distinction qui prouve que Thomas Newman (55 ans) n’a plus rien à … prouver avec une 38ème récompense et 37 nominations, dont 12 aux Oscars. Oui les nominations sont tout de même des gages de haute qualité, c’est le raisonnement que le français Alexandre Desplat pourra tenir pour se consoler, étant rentré bredouille, bien que doublement nominé avec les bandes originales d’Argo et de Zero Dark Thirty. Mychael Danna, pourtant lauréat des Oscars 2013 avec la BO de Life of Pi, a aussi échoué en finale. De son côté, il pourra relativiser en se disant que cette partition lui a tout de même valu 5 trophées l’année passée.

Didier Bianay

reydarts.fr

Reznor et Ross remettent ça sur « Gone Girl »

 News

Trent Reznor a annoncé sur son compte twitter qu’il vient de commencer une nouvelle collaboration avec le compositeur Atticus Ross, pour le Thriller de David Fincher, Gone Girl.

Atticus Ross (à gauche) et Trent Reznor (à droite)

Atticus Ross (à gauche) et Trent Reznor (à droite)

Gone Girl est basé sur le roman de Gillian Flynn et compte dans son casting Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris, Tyler Perry, Kim Dickens, Patrick Fugit et Carrie Coon. Le film raconte les déboires d’un homme dont la femme a disparu le jour de leur 5ème anniversaire de mariage. Le long métrage est produit par la 20th Century Fox et sortira le 3 Octobre 2014.

2 inséparables…

Atticus Ross et Trent Reznor se retrouvent pour la 3ème fois après des collaborations sur les films The Social Network (2010) et The Girl With the Dragon Tattoo (2011), 2 films aussi réalisés par David Fincher. C’est que ce dernier ne veut pas changer une équipe qui gagne… En effet, c’est par leur première collaboration pour le cinéma que Ross et Reznor ont remporté les premiers Oscars de leurs carrières respectives, avec la BO de The Social Network. Des carrières qui s’entrecroisent déjà depuis un bon bout de temps puisque les 2 hommes se connaissent et collaborent régulièrement depuis 2000, année à partir de laquelle Atticus Ross commence une série de participations en tant que programmeur et/ou producteur sur 4 albums de Nine Inch Nails dont le leader n’est autre que Trent Reznor. Enfin, ces 2 artistes sont aussi membres du groupe How to Destroy Angels depuis 2010.

Dans le Cinema Trent Reznor en est à son troisième long métrage, en revanche, Atticus Ross, est plus spécialisé dans la Musique de Film, carrière qu’il a embrassé en 2004, avec la série Touching Evil. Outre, Gone Girl, Atticus Ross est attendu sur Love & Mercy (2014).

Didier Bianay

reydarts.fr

Brian Tyler n’a pas fait illusion

Coup De Coeur

Brian Tyler

Brian Tyler

Pour Insaisissables, qui relate les aventures de 4 illusionnistes braqueurs en cavale, Brian Tyler a sorti de son chapeau une musique thème qui correspond bien au film, sous divers égards. Mais cela ne s’est pas fait d’un coup de baguette magique… Explications :

Tout d’abord, précisons que ce thème se décompose en 3 phases distinctes qui partagent globalement la même ambiance mystérieuse grâce à l’emploi d’enchainements d’accords, nuancés, exécutés dans les graves, et aussi grâce à des interventions inopinées et subtiles du vibraphone. Si cette ambiance mystérieuse est prédominante sur la 3ème phase (de 3:29 à la fin), il en va autrement des 2 premières (du début à 1:30/de 1:33 à 3:29) qui font preuve de beaucoup plus de dynamisme et de majestuosité. Pour cette dernière caractéristique, Brian Tyler se sert des timbres ronflants et grondants des trombones ajoutés à la puissance et à la brillance sonore des trompettes ; des cuivres qui n’ont d’ailleurs aucun mal à se dégager de l’orchestre pour jouer les motifs ou pour apporter des phrases musicales qui ajoutent du dynamisme, particulièrement lors de la phase 2. Ce dynamisme est accentué par les contrechants véloces et légèrement secs interprétés aux cordes (violons/altos/violoncelles) et surtout par l’incroyable énergie déployée par Brian Tyler sur un set de batterie Rock à la sonorité sèche, fraîche et moderne, sachant aussi se faire discrète et élégante lors de l’ultime partie.

Ainsi, par la puissance des cuivres, par des interprétations énergiques émanant des cordes et des percussions, et par une harmonie nuancée, Brian Tyler a su donner à cette musique thème un aspect majestueux, dynamique et mystérieux. D’ailleurs, ne sont-ce pas des adjectifs que l’on attribue à un bon numéro de Grande Illusion ?

Didier Bianay

reydarts.fr

Dernières sorties BO (22/01/14)

Dernières Sorties

I, Frankenstein – Johnny Klimek & Reinhold Heil, By Maker  

Lakeshore Records (21 janvier 2014)

Broken England – Elliott Daniels  

Elliott Daniels (21 janvier 2014) – Digital

Sur la terre des dinosaures – Paul Leonard-Morgan  

Metropolis Movie Music (20 janvier 2014) – Digital

Belle comme la femme d’un autre – Gast Waltzing  

Cristal Records (20 janvier 2014) – Digital

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

Eric Neveux sur « La voie de l’ennemi »

Éric Neveux

Éric Neveux

News

Éric Neveux (Borgia) vient de terminer son travail de composition pour la BO du nouveau Bouchareb, le drame La voie de l’ennemi. Le film décrit l’histoire d’un ex-accusé, Garnett, qui tente de se réinsérer après 18 ans de prison. Malheureusement son passé le rattrape puisque le collègue de l’officier qu’il a tué compte lui enlever la vie à son tour. Ce film franco-américo-algérien (dont la version originale est en anglais) a été co-produit par l’Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel. Forest Whitaker, l’acteur principal, est accompagné de Harvey Keitel, Ellen Burstyn, Brenda Blethyn et Luis Guzman. Aucune date de sortie n’est encore confirmée ni aux USA ni dans l’Hexagone, cependant la première diffusion aura lieu lors de la 64e Berlinale (Festival international du film de Berlin).

Rachid Bouchareb a décidé de rappeler Éric Neveux après une première collaboration sur Just Like a Woman (2012). Le natif de Saint-Quentin est un compositeur expérimenté à la filmographie réputée hétérogène, témoins ses récentes partitions sur la série dramatique Un Village Français (2009-2012), la comédie Le Grand Méchant Loup (2013) ou le documentaire Il Était Une Forêt (2013). Éric Neveux a aussi fait un virage French Touch sous le pseudo Mr Neveux, lors des 90’s, quelques temps après avoir accompagné le premier long métrage de François Ozon, Regarde la mer (1997).

Didier Bianay

reydarts.fr

Christopher Lennertz recruté pour « Horrible Bosses 2 »

Christopher Lennertz

Christopher Lennertz

News

Sean Anders fait appel à Christopher Lennertz (Identity Thief) pour réaliser la bande originale de Horrible Bosses 2. Dans cette suite, Nick (Jason Bateman), Dale (Charlie Day), et Kurt (Jason Sudeikis) décident de se mettre à leurs comptes. Dans le casting on retrouve aussi 3 grands noms d’Hollywood à savoir Jamie Foxx, Kevin Spacey et Jennifer Aniston. La sortie du film est prévue pour le 26 novembre 2014, aux USA.

Christopher Lennertz devient donc un habitué de la saga après avoir écrit la partition du premier volet dirigé à l’époque par Seth Gordon (2011). Depuis ses débuts sur Midnight Tease (1994), Lennertz aura touché à tout, composant sur des courts et longs métrages (TV et Cinéma) et, comme Ramin Djawadi, s’attaquant aux BO de gros jeux vidéo avec comme références Medal of Honor: Pacific Assault (2004), Medal of Honor: European Assault (2005), James Bond 007: From Russia with Love (2005), The Simpsons Game (2007), Quantum of Solace (2008), Le Parrain – 2ème Partie (2009) et plus récemment Mass Effect 3 (2012). Le natif de la région de Boston est aussi le compositeur attitré de la série à succès Supernatural qui en est à sa 9ème saison. Et pour en revenir au Cinéma, sa BO pour Ride Along (2014) vient tout juste de sortir, BO que vous pouvez retrouver ici dans la section « Comédie ».

Didier Bianay

reydarts.fr

Première Écoute : La BO de « All Is Lost »

All-Is-LostPremière Écoute

Une drôle de BO que celle de All Is Lost ! Composée par Alex Ebert, elle a récemment été élue meilleure bande originale aux Golden Globes 2014. La chance du débutant ? Une surprise ? Rien de tout cela finalement.

45 minutes d’errance musicale

All Is Lost raconte les mésaventures d’un marin à la dérive en plein océan Indien. Un film très psychologique où solitude, désespoir, oisiveté et morosité sont les maitres mots. C’était cela que devait faire ressortir Alex Ebert à travers cette BO sous les directives du réalisateur, J.C.Chandor. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne pouvait pas mieux réussir son coup avec, disons-le, de sacrées prises de risques. Car pour nous faire sentir la torture psychologique que produit une telle mésaventure, Alex Ebert agit significativement dans 3 domaines de la composition musicale :

– L’instrumentation : elle est souvent assez pauvre, avec des instruments principaux livrés à eux-mêmes. Alex Ebert s’arme principalement de la flûte alto, de la guitare, et se fait entendre occasionnellement, tout comme les violons. Le piano, instrument banni par les souhaits du réalisateur, fait ses apparitions surtout lors du générique de fin, sur la musique thème du film, « Amen ». Les objets de cristal sont abondamment utilisés contrairement aux percussions, la notion de mesure temporelle étant largement écartée dans cette BO. D’autres instruments font des incursions incongrues et inopinées comme le xylophone, mais peu significatives.

– Les jeux des instruments : Alex Ebert tenait à la flûte alto et en a fait des usages intéressants. En effet on entend très souvent cet instrument, au son modifié, jouant ou poussant des sons ressemblant à ceux de cornes de brumes de navires ou de cris de baleine. Le jeu de la guitare est particulier à certains moment, égrenant des arpèges fluides avec modulation et de manières récurentes, comme des passages incessants d’houles océaniques (All Is Lost, Virginia’s Dream, Excelsior and the All Day Man ). Dans cette bande originale, les jeux des instruments sont majoritairement nonchalants, exprimant bien l’oisiveté à laquelle n’échappe pas un marin perdu dans l’océan ; oisiveté encore plus symbolisée par ces sifflotements et ces hmmm (Virginia dreams, Dance of Lilies, Somewhere In The Midnight of Summer) émanant d’Alex Ebert. Plus discrets, les objets de cristal ont toutefois une part assez importante du fait de leurs apparitions régulières sur l’ensemble de la BO. Ils évoquent bien les bruits audibles dans un bateau bercé par les flots, tout comme la contrebasse, en simulant régulièrement les grincements d’une coque.

– les arrangements : la mélodie (quand elle existe) tourne en rond ou bien erre sans but précis, sans rythme et est parfois noyée par des synthé avares et graves, installant une grande morosité. (Excelsior, The infinite Bleed, Pulse of the Weight). Les chœurs insistant dans Invisible Man jouent le même rôle, faisant aussi penser au Kalevala finlandais. Un des thèmes principaux de la BO, présent dans Excelsior et Excelsior And The All Day Man, est même terriblement descendant rajoutant une bonne touche de tristesse et de désespoir…

Un débutant qui a déjà tout compris

Alex Ebert, l’ex-leader du groupe Edward Sharpe and the Magnetic Zéros, en était à sa première BO pour un film, après une bande son réalisée pour un reportage, en 2009. Avec ce Golden Globe il réalise donc un départ en fanfare dans la Musique de Film, une réussite qui n’a rien d’hasardeuse car Alex Ebert a tout compris, ayant discerné qu’une BO n’est pas une enfilade de compos qui déchirent, mais qui avant tout décrivent… Par une orchestration, des jeux d’instruments et des mélodies aux caractéristiques semblables au décor marin et à la psychologie du personnage, la BO de All Is Lost est l’équivalent en musique de ce que le réalisateur J.C.Chandor a mis en vidéo, décrivant musicalement l’errance d’une âme en mer et tout ce qui peut en découler à savoir la solitude, le désespoir, la morosité, la nonchalance, l’oisiveté, la perte de la notion du temps dans un environnement vaste, vide, immatériel et aux mouvements récurrents. Et ces pensées d’errance tout aussi récurrentes, que j’ai eu pendant ces 45 minutes, finissent par me convaincre qu’Alex Ebert a vraiment mérité son Golden Globe, pour cette BO très immersive…

Didier Bianay

reydarts.fr

Oscars 2014 : les compositeurs nominés

News

On sait désormais quelles seront les forces en présence lors de la cérémonie des Oscars 2014 dans les catégories Meilleure bande originale et Meilleure chanson originale. Si Alex Ebert, récent lauréat des Golden Globes, ne sera pas présent, ce ne sera pas le cas de Joni Eareckson Tada, l’invitée surprise, avec Alone Yet Not Alone.

Meilleure bande originale

side_oscarThe Book Thief John Williams

Gravity – Steven Price

Her – William Butler et Owen Pallett

Philomena – Alexandre Desplat

Saving Mr. Banks – Thomas Newman

Meilleure chanson originale

Alone Yet Not AloneAlone Yet Not Alone – Joni Eareckson Tada

HappyDespicable Me 2 – Pharrell Williams

Let It Go – Frozen – Demi Lovato

The Moon SongHer – Karen O

Ordinary Love Mandela : Un Long Chemin Vers La Liberté – U2

La cérémonie se tiendra le 2 mars au Dolby Theater (Los Angeles)

Et puisque tout le monde se demande : Mais c’est quoi cette chanson Alone Yet Not Alone ? :

Didier Bianay

reydarts.fr

James Newton Howard compose pour « Cut Bank »

James Newton Howard

James Newton Howard

News

James Newton Howard (After Earth) écrit actuellement la partition de Cut Bank, le premier film de cinéma réalisé par Matt Shakman, jusque-là habitué aux séries TV. Le long métrage nous fera suivre l’histoire d’un homme qui quitte sa petite ville de Cut Bank pour s’installer en ville avec sa petite amie ; mais cet exode rural tant attendu va mal tourner dans ce Thriller qui compte notamment dans son casting Liam Hemsworth, John Malkovich, Billy Bob Thornton, Teresa Palmer, Bruce Dern, Oliver Platt et Michael Stuhlbarg.  Concernant la sortie du film, aucune date n’a encore été fixée pour l’Hexagone.

James Newton Howard peut désormais se réjouir pour ses futurs projets, car ceux-ci s’annoncent d’ores et déjà intéressants et s’étaleraient jusqu’en 2016 si ses participation sur les BO de The American Can (2015) et Alice in Wonderland 2 (2016) sont confirmées. Une chose est sûre c’est qu’il est bel et bien attendu sur Maleficent (2014), The Hunger Games: Mockingjay – Part 1 (2014) et The Hunger Games: Mockingjay – Part 2 (2015). L’homme aux 8 nominations aux Oscars aura encore de bonnes occasions d’ajouter la fameuse statuette d’or aux 55 récompenses qui garnissent son palmarès.

Didier Bianay

reydarts.fr

Dernières Sorties (15/01/14)

Dernières Sorties

Afrik’aïoli – Michel Korb  

Music Box Records (15 janvier 2014)

Oldboy – Roque Banos  

Varese Sarabande (14 janvier 2014) – Digital

Ride Along – Christopher Lennertz  

Back Lot Music / Varese Sarabande (14 janvier 2014) – Digital

The Sleepwalker – Sondre Lerche et Kato Ådland  

Mona Records (14 janvier 2014) – Digital

Maidentrip – Ben Sollee  

sonaBLAST! Records (14 janvier 2014) – Digital

Reaching for the Moon – Marcelo Zarvos 

Lakeshore Records (14 janvier 2014)

Tim’s Vermeer – Conrad Pope  

Milan Records (14 janvier 2014) – Digital

Nothing Without You – Victoria de la Vega  

ChainGangPictures (14 janvier 2014) – Digital

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

 

Beck remplace Djawadi sur « Edge of Tomorrow »

Christophe Beck

Christophe Beck

News

Christophe Beck remplace actuellement Ramin Djawadi pour la réalisation de la BO d’Edge of Tomorrow. Le long métrage est réalisé par Doug Liman et se base sur le roman d’Hiroshi Sakurazaka All You Need Is Kill qui place le contexte de l’histoire dans un futur proche où une horde d’extraterrestres redoutables asservit l’humanité. Cette dernière n’a d’autre choix que de faire preuve de solidarité pour espérer s’en sortir. A l’affiche on retrouvera Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton, Charlotte Riley et Kick Gurry. On rappelle aussi que la date de sortie d’Edge of Tomorrow, en France, est fixée au 28 mai 2014.

Christophe Beck est en pleine bourre actuellement avec une BO de Frozen qui caracole en tête du Billboard 200 américain. De quoi convaincre Doug Liman de s’attacher ses services et de changer de compositeur, lui qui avait ses habitudes avec John Powell sur ses 4 derniers films pour Grand Écran, à savoir La mémoire dans la peau (2002), M. et Mme Smith (2005), Jumper – Franchir le temps (2008), et Enjeux (2010). De son côté Christophe Beck, plus connu pour les BO de la saga Very Bad Trip, sort d’une année 2013 bien remplie avec 8 projets.

Didier Bianay

reydarts.fr

Golden Globes 2014 : Alex Ebert et U2 récompensés

News

Aux Golden Globes 2014, Alex Ebert et U2 ont été désignés vainqueurs respectivement dans les catégories Meilleure bande originale et Meilleure chanson originale.

Alex Ebert

Alex Ebert

Alex Ebert au forceps…

Il fallait le faire et Alex Ebert l’a fait ! Grillant la politesse à Hans Zimmer (12 Years A Slave) et John Williams (The Book Thief), il s’est adjugé le titre de la meilleure bande originale de l’année, hier soir, au Golden Globes 2014. Avec 2 poids lourds, parmi ses adversaires du soir, Alex Ebert a même avoué sa surprise après l’annonce de sa victoire, mais le jury des Golden Globes s’est montré objectif, jugeant uniquement sur la musique. Et celle d’Alex Ebert pour All Is Lost est surprenante, se caractérisant par une orchestration très épurée qui colle bien avec l’ambiance solitaire d’un film qui n’a d’ailleurs ramassé que cette récompense de toute la soirée ; au moins tout n’aura pas été perdu…

U2

U2

…U2, eux aussi

Le groupe U2 a reçu le prix de la meilleure chanson originale avec Ordinary Love, composée pour le film Mandela : Un long chemin vers la liberté. Les présences de Coldplay, Taylor Swift, Justin Timberlake et Demi Lovato, parmi les nominés, n’aura pas suffit à stopper la bande à Bono qui gagne avec une composition intelligente verbalement, accrocheuse musicalement et restant fidèle à cette sonorité planante qui caractérise si bien le groupe irlandais. « Nous travaillions pour Nelson Mandela depuis les années 70… depuis que nous étions adolescents, lorsque nous avons fait notre premier concert contre l’apartheid. Cela nous a pris 35 ans pour écrire cette chanson » a déclaré le guitariste The Edge. Et Bono d’ajouter  : « Cet homme a chamboulé nos vies. Il a refusé d’haïr parce qu’il pensait que l’amour ferait un meilleur travail ».

Enfin, pour Alex Ebert et U2 cette soirée gardera à jamais une saveur particulière puisqu’elle marque tout simplement leurs premières distinctions liées au Cinéma.

Didier Bianay

reydarts.fr

3 BO recommandées (10/01/14)

Logo musicinewsBandes Originales À Écouter

J’inaugure une nouvelle catégorie. Chaque semaine je recommande 3 BO que j’ai appréciées et je vous dit pourquoi. Il suffit de cliquer sur le titre pour avoir accès à la playlist Youtube. Mais on le sait, les playlists sont assez éphémères sur ce site, alors profitez-en avant qu’elles ne disparaissent… De toute manière vous pouvez retrouver ces BO à la page « La BOutique« .

The Book Thief – John Williams

Une BO très tendre et une ambiance particulière. John Williams pose des mélodies touchantes sur des harmonies souvent froides. Un choix judicieux vu le contexte du film. Une partition colossale qui s’apprécie de plus en plus avec le temps.

Captain Phillips – Henry Jackman

Pour ce thriller Henry Jackman propose un savant mélange entre ambiance occidentale et africaine. Une BO haletante, percutante, grâce à un travail sur les percussions assez remarquable. Jackman s’est surpassé.

Arrow (Série TV) – Blake Neely

Une BO surprenante qui sent bon l’aventure. On oscille entre ambiances haletantes, angoissantes ou tendres. Le tout ponctué de sonorités et d’effets sonores électro qui confèrent un aspect moderne et urbain.

Didier Bianay

reydarts.fr

Robert Duncan sur « The Gabby Douglas Story »

Robert Duncan

Robert Duncan

News

Robert Duncan (Castle) vient de décrocher un contrat pour composer la bande originale du téléfilm biographique The Gabby Douglas Story. Réalisé par Gregg Champion il mettra en vedette Imani Hakim (Gabby adulte), Sydney Mikayla (Gabby adolescente), Regina King, S. Epatha Merkerson et Brian Tee. Le long métrage relate l’histoire de Gabby Douglas, la première Afro-américaine a avoir remportée une médaille d’or au concours général individuel de gymnastique artistique, lors des JO 2012 à Londres. The Gabby Douglas Story connaîtra sa Première le 1er février 2014 sur Lifetime.

Robert Duncan a manqué de peu le premier Emmy Award de sa carrière avec Last Resort qui, depuis, a coulé… Ces dernières années c’est d’ailleurs toujours le même refrain pour Robert Duncan qui voit malheureusement ses collaborations stoppées net à cause de séries avortées au bout d’une saison comme The Gates (2010), Terriers (2010), Chicago Code (2011) et Missing (2012). The Gabby Douglas Story tombe à point nommé pour ce compositeur canadien qui fera momentanément la gymnastique entre ce téléfilm et Castle.

Didier Bianay

reydarts.fr

Dernières sorties BO (08/01/14)

Dernières Sorties

Cadences obstinées – Jean-Michel Bernard  

Cristal Records (6 janvier 2014) – CD et Digital

Prêt à tout – Christophe La Pinta  

Cristal Records (6 janvier 2014) – CD et Digital

Yves Saint Laurent – Ibrahim Maalouf & Artistes variés  

WY Productions (6 janvier 2014) – CD et Digital

Un été à Osage County – Gustavo Santaolalla, Adam Taylor  

Sony Classical (3 janvier 2014) – Digital

Un week-end à Paris – Jeremy Sams  

Milan Music (3 janvier 2014) – Digital

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

Mychael Danna en pleine « Transcendence »

Mychael Danna

Mychael Danna

News

Des nouvelles du dernier vainqueur de l’Oscar de la meilleure musique de film, Mychael Danna. Il s’occupe activement de l’élaboration de la bande originale de Transcendence, le premier film de Wally Pfister, un directeur de photographie de métier (saga Batman, Inception). Et pour son premier long métrage Pfister nous propose de suivre les péripéties d’un éminent chercheur en Intelligence Artificielle qui élabore une machine dotée d’une grande intelligence et capable d’éprouver des émotions. C’est Jack Paglen qui s’est chargé du scénario de ce Thriller Sci-Fi qui sortira le 11 juin 2014. Au niveau casting on note les présences de Johnny Depp, de Morgan Freeman et d’autres acteurs beaucoup moins connus comme Paul Bettany, Rebecca Hall, Kate Mara, Cillian Murphy ou Clifton Collins, Jr., mais tout de même rompus aux superproductions Hollywoodiennes.

Mychael Danna a levé le pied en 2013 avec une seule bande originale composée, celle du drame Devil’s Knot. Mais 2013 restera mémorable pour le natif de Winnipeg (Canada) qui a surfé tout au long de l’année sur le succès de la BO de Life of Pi (5 récompenses). Et après ? Et bien outre Transcendence il est attendu sur 2 films aux dates de sorties inconnues pour l’instant, Foxcatcher et The Captive, pour lesquels il a déjà bouclé les bandes originales.

Didier Bianay

reydarts.fr

La Bio : Marco Beltrami

Marco Beltrami

Marco Beltrami

Biographies De Compositeurs De Musiques De Films

Connu de par ses bandes originales pour la saga Scream ainsi que pour les films Démineur,  Terminator 3: La guerre des machines, I, Robot et Hellboy, Marco Beltrami a aussi montré qu’il peut exceller hors des styles Horreur et Action avec les BO de 3h10 pour Yuma et Soul Surfer, toutes deux acclamées par une Critique qui l’oublie cependant un peu trop souvent.

Formations et débuts

Né le 7 octobre 1966 à Long Island (New York), Marco Beltrami fréquente l’université Brown de Providence (Rhode Island) avant de poursuivre à la Yale School of Music de New Haven (Connecticut). Désireux de devenir un compositeur pour le Cinéma, il quitte logiquement le Connecticut pour la place forte du Cinéma américain… Los Angeles, plus précisément dans le quartier de Venice. Là il rencontre Luigi Nono avec qui il collabore en sudio pendant quelques temps. C’est aussi à L.A. qu’il fait connaissance avec le légendaire Jerry Goldsmith qui parachève sa formation.

Ses matières préférées

Beltrami passe donc de longues années à étudier et ce caractère studieux lui est profitable par la suite. En effet le succès arrive rapidement, en 1996, après seulement 2 ans de carrière. Et c’est sur le film Scream (1996) qu’il se fait un nom avec une partition originale, renversant les clichés de la musique d’Horreur. C’est d’ailleurs dans les créneaux Horreur/Fantastique qu’il consolide sa réputation et sa filmographie le prouve avec de célèbres références du genre tels les autres films de la saga Scream (1997, 2000, 2011) tous réalisés par Wes Craven, ces 2 hommes formant un de ces duos célèbres d’Hollywood. On les retrouve aussi en 2005 sur Maléfice. L’année suivante c’est sur le film La Malédiction que Beltrami rend hommage à son mentor et ami Jerry Goldsmith, décédé 2 années auparavant, en reprenant la musique thème de la première version de The Omen (1976). Resident Evil (2002), Blade (2002) font aussi partie intégrante de la collection des films d’Horreur mis en musique par Marco Beltrami.

Mais au delà de la musique d’Horreur, Beltrami est aussi le maître du genre Thriller/Action avec les BO de films célèbres comme Mimic (1997), Terminator 3: La guerre des machines (2003), I, Robot (2004), Hellboy (2004), xXx: State of the Union (2005), Red Eye (2005), Underworld: Evolution (2006), Live Free or Die Hard (2007), Don’t Be Afraid of the Dark (2010). Cependant c’est avec son travail sur Démineur (2008) qu’il obtient sa seconde nomination aux Oscars.

Ré-orientation conseillée ?

1 an avant cette seconde nomination Beltrami est finaliste pour la première fois de sa carrière aux Oscars 2008 grâce à la partition de 3h10 pour Yuma un … western. Cette BO surprenante de fraîcheur et assez réussie le ferait presque passer pour un élève du grand Morricone. Celle du film Soul Surfer se fait aussi remarquer par la Critique. Pour ce drame biographique, il compose une bande originale où il mélange occasionnellement et habilement le style occidental et hawaïen, un mariage réussi et honoré par un Satellite Award en 2011. Plus récemment il réalise un travail très poussé et remarquable sur The Wolverine (2013) où il fait des emprunts à la musique japonaise traditionnelle. Des travaux étonnants donc, qui laissent à penser que Beltrami semble s’épanouir aussi dans des ambiances aux antipodes de la musique d’Horreur ou d’Action, bien que ces styles lui ont valu l’écrasante majorité de ses récompenses.

Un talent sous-noté

Concernant ses récentes œuvres, les BO de The Wolverine et Warm Bodies (2013) font partie des 114 en lice pour la course aux Oscars, celle de Snowpiecer ayant étonnamment été recalée. Reste à savoir si elles lui permettront enfin de mettre la main sur la statuette d’or. Mais outre les Oscars ou la confiance que lui accordent nombre de réalisateurs de renom, Marco Beltrami est un compositeur qui demeure tout de même sous-estimé. Son style est certes peu flashy, avec des compositions sombres et assez intimistes, mais il demeure expressif, contagieux, revêtant un aspect soigné, très travaillé et recélant souvent de subtiles originalités, tant dans les jeux des instruments que dans leurs sonorités. Mais force est de constater que cette discographie majoritairement sombre lui fait sans doute de l’ombre dans le monde du Cinéma, faisant un peu oublier à quel point Beltrami peut étonner, même lorsqu’il s’aventure hors de ses genres musicaux fétiches.

Didier Bianay

reydarts.fr