Oscars 2015 : Desplat enfin récompensé

News

Hier soir, lors de la cérémonie des Oscars, Alexandre Desplat a décroché la première statuette de sa carrière grâce à sa partition pour le film The Grand Budapest Hotel. Le duo John Legend-Common remporte l’oscar de la meilleure chanson originale avec le titre Glory.

Alexandre Desplat

Alexandre Desplat

Desplat… enfin !

Avec les récentes victoires de la BO du Grand Budapest Hotel aux BAFTA et aux Grammy il y a 2 semaines, on se disait que Desplat pouvait bien décrocher son premier oscar le soir du 22 février. Et ce fut chose faite. Malgré la double chance qu’il avait ce soir-là, (défendant aussi sa BO pour The Imitation Game), les bookmaker d’Hollywood avaient plutôt misé sur la sensibilité lyrique de la bande son d’Une Merveilleuse Histoire du Temps de Johann Johannson. Mais c’est bien le style balkanais et déjanté de Desplat qui a fait la différence et lui apporte son premier oscar aux bout de 8 nominations. Il a par la suite confié au micro d’Europe 1 : « C’est formidable. Je suis très ému, très heureux, c’est un film fantastique de Wes Anderson, c’est notre troisième film ensemble. C’est fantastique, l’Oscar c’est un Graal que tout filmmaker rêve d’obtenir. Même si on pense toute l’année qu’on a créé la plus belle des musiques, c’est malgré tout une reconnaissance formidable de nos pairs. » Enfin cet oscar est aussi la récompense d’une formidable complicité qu’il entretient avec Wes Anderson, le réalisateur qu’il trouve le plus inspirant.

Common et John Legend

Common et John Legend

John Legend et Common y ont eu Droit aussi

Le poignant Soul-Rap humaniste intitulé Glory et composé par John Legend et Common a lui aussi fait mouche. En guise de discours John Legend a réservé des propos très engagés : Ce que nous disons c’est que Selma c’est maintenant. Car la lutte pour la justice s’opère maintenant. Nous savons que le Voting Rights Act pour lequel ils se sont battus il y a cinquante ans est aujourd’hui remis en cause dans notre pays. Nous savons que la lutte pour la liberté et la justice est bien réelle. Nous vivons dans le pays le plus emprisonné du monde. Nous avons plus d’hommes noirs sous contrôle judiciaire que sous l’esclavage en 1850. Nous disons aux gens qui ont défilé au son de notre chanson : nous sommes avec vous, nous vous voyons et que la marche continue« . Engagées, les paroles de la chanson originale de Selma le sont tout aussi et après leur interprétation lors de cette soirée par ce tandem accompagnés d’un chœur impressionnant, ce fut la standing ovation dans le Dolby Theatre. Il y a des soirs comme ça ou rien ne peut vous arriver…

Didier Bianay

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s