Du calme à la tempête Lorne

Coup De Cœur

Lorne Balfe

Lorne Balfe

Ça commence doucement pour finir fort, voilà comment on peut résumer The Chase Of The Two Fugitives, une excellente composition de Lorne Balfe issue de la BO d’En Route ! Mais sur M-C-N on aime rentrer dans les détails. Alors voici pourquoi le natif d’Inverness prouve qu’il est l’un des tout meilleurs collaborateurs d’Hans Zimmer :

En bon compositeur Lorne Balfe fait tout son orchestre travailler et sait mettre en valeur chaque instrument, c’est cela une bonne orchestration. Le début est assez limpide et clair, et on remarque comment le trombone exécute sur la pointe des pieds le thème de l’extraterrestre Oh! pour laisser s’exprimer des instruments beaucoup moins puissants et plus lumineux tels les violons, la flûte, le triangle et un dulcimer britannique aux origines persanes (0:26). Le souci de métissage est d’ailleurs particulièrement visible dans cette compo tant dans le choix des instruments que dans la rythmique. On croirait même entendre une ambiance latino lorsque les trompettes entre en action (0:14).

Après une partie lyrique un peu plus sombre et dramatique où les chœurs et les violoncelles donnent une belle ampleur (0:39 – 1:18), c’est un set de percussions Rock qui soustiendra une dernière phase bien tourmentée (1:18 – fin). Oui ça sent bien l’aventure dès le moment où le thème principal est réarrangé avec une mélodie et une harmonie façon films d’espionnage (1:28 – 1:43), vient ensuite un enchevêtrement d’arrangements assez virevoltants particulièrement ardus à organiser pour un compositeur, tant il est difficile d’harmoniser timings et notes pour éviter la cacophonie… Tout aussi difficile constitue le fait de passer naturellement du coq à l’âne ou du calme à la tempête (de quoi il parle ?!!). Je parle de cet « œil du cyclone » (2:14 – 2:29) que Lorne Balfe prépare intelligemment avant de s’en extirper, l’air de rien, pour une dernière ligne droite très agitée, le tout avec une cohérence qui si elle faisait défaut aurait fait passer ce morceau pour un medley douteux.

Lorne Balfe a ainsi montré que lorsqu’il donne libre cours à son imagination il est capable d’être assez virtuose. Sur des programmes pour enfants qui exigent une musique souvent turbulente et lunatique, il a montré aussi sa maîtrise d’écriture pour conférer à ce morceau une cohérence naturelle, malgré des arrangements ultra complexes. C’est la marque des très grands.

Didier Bianay

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s