Emmys 2015 : Les vainqueurs

News

Un Jeff Beal et une Rachel Portman qui confirment et un O’Halloran qui s’affirme, la première partie des Emmys a récompensé des compositeurs aux profils bien variés.

Jeff Beal

Jeff Beal

Jeff Beal l’élu de longue date

Jeff Beal s’est adjugé le prix de la meilleure composition pour une série grâce à la musique du chapitre 32, précisément, de House Of Cards ; c’est la petite particularité des Emmys… C’est donc le quatrième Emmy de ce trompettiste de formation plus tourné vers le Petit Écran et qui fréquente très régulièrement cette cérémonie. En fait on pourrait dire que c’est l’ensemble du travail de Beal sur la saison 3 de House Of Cards qui mérite cette récompense. Sombre, étrange et élégante sa BO s’inscrit bien dans une ambiance de férocité politique, avec une teinte futuriste appliquée par voie électronique et aussi par d’amples réverbes sur des instruments acoustiques. C’est indéniable House Of Cards possède un style musical bien à elle et bien fait… maison. Car c’est depuis sa demeure que Beal travaille et le compositeur n’hésite pas à mettre à contribution sa femme Joan et son fils Henry. Devenu indispensable, comme l’avoue le créateur et scénariste Beau Willimon, Jeff Beal risque d’accompagner HOC jusqu’au terme de son mandat, chose qui ne déplairait pas à ce jazzman qui avoue aimer le fait que la complexité de cette série l’autorise à une complexité musicale. Et si House Of Cards l’inspire encore autant, il y a de fortes chances qu’il revienne la représenter musicalement aux prochains Emmys, comme il le fait depuis 2013.

Dustin O'Halloran

Dustin O’Halloran

Le premier gros coup de Dustin O’Halloran

C’était la première grosse récompense dans le domaine de la Musique de Film pour O’Halloran ! Ayant apprit le piano de manière autodidacte c’est avec cet instrument qu’il signe son thème victorieux pour la série Transparent (vidéo ci-dessous), un succès qui lui donnera plus de visibilité… Pour plus de transparence le compositeur a tenu à expliquer son approche plutôt Classique du thème : « Il y a tellement de nostalgie dans ce générique, la vieille vidéos 8, l’aspect granuleux de la VHS… il s’agissait de capturer ce sentiment. Ce lien familial est vraiment le cœur du programme et je voulais créer un sentiment d’honnêteté et de franchise. Jill (Soloway) a vraiment aimé mon deuxième album piano et je savais que c’était le meilleur point de départ ». Vu que la discographie de O’Halloran l’a inspiré pour le script, c’est donc naturellement que son amie et créatrice de la série, Jill Soloway, l’a inclus dans la bande son. Déjà reconnu sur la Scène musicale en solo ou avec le groupe Devics, cette récompense desservira Dustin O’Halloran aussi pour sa carrière dans le Cinéma ; une première non anecdotique aussi sur la forme puisque le natif de L.A. a tout de même devancé des grosses pointures tels John Debney, Bruce Broughton, Jeff Beal ou encore Mychael Danna, excusez du peu ! 

Enfin Rachel Portman a remporté aussi son premier Emmy pour sa partition du téléfilm Bessie, après 2 nominations infructueuses. Elle continue de confirmer son statut de compositrice respectée dans un milieu malheureusement encore trop masculin.

Didier Bianay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s