Un sommet d’adaptabilité

Musiques de Films Légendaires

Bruno Coulais

Bruno Coulais

Alors ce n’est point une musique pour danser en boîte (ou avec des boîtes) mais c’est l’une des plus grandes références de la Musique de Film hexagonale, bien qu’elle fasse beaucoup penser à des contrées bien lointaines : « Je me documente beaucoup. J’écoute les instruments et les musiques, mais je n’essaye pas de copier cet univers. Je recherche davantage des impressions. Les musiques ethniques sont si riches et appartiennent tellement aux musiciens qui les pratiquent que c’est impossible et ridicule d’essayer de les approcher. »

C’est sans doute la modestie de Bruno Coulais qui parle car avec Norbu, et par extension toute la BO, le parisien s’est tout de même sacrément approcher de la musique tibétaine par l’ajout de percussions, d’instruments, d’harmonies typiques, de mantras récitatifs et de chants gutturaux graves interprétés par des chanteurs tibétains et… corses. Oui, car comme cité précédemment, Coulais ne cherche habituellement pas à se calquer à une culture musicale mais aime mélanger les influences, c’est ainsi qu’on entend aussi dans ce film d’Éric Valli des notes de piano et de violons plus occidentales. Véritable dépaysement auditif, pourvue d’arrangements magiques et surprenants, c’est logiquement donc que la BO d’Himalaya : L’Enfance D’un Chef remporta le César de la meilleure musique originale en 2000 et marqua un tournant dans la carrière du compositeur.

Imprévisible d’un film à l’autre, Bruno Coulais est réputé pour être cet électron libre qui a multiplié les expériences totalement différentes et souvent fructueuses, ayant remporté jusqu’à présent 12 prix prestigieux dont 3 césars en comptant les BO des Choristes et de Microcosmos. Malgré cela, son exotisme musical est souvent sous-estimé même par les amateurs de musiques de films davantage accoutumés à des sonorités symphoniques plus proches culturellement ; mais vu sa personnalité artistique affirmée et assumée, il n’est pas prêt de changer, à raison. C’est donc à prendre ou à laisser…

Didier Bianay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s