Victor Reyes de garde sur The Night Manager

News

Victor Reyes

Victor Reyes

The Night Manager tel est le nom de cette mini-série qui va sans doute faire grand bruit ; déjà par son casting qui comporte tout de même Hugh Laurie et Tom Hiddleston et ensuite de par son intrigue où un directeur d’hôtel choisit de devenir un agent secret pour venger sa femme et déstabiliser un dangereux trafiquant d’armes. Le programme est basé sur un roman éponyme de John le Carré et est produit de concert par la BBC et AMC. Au niveau de la bande son (car c’est le thème du site quand même), ce sera Victor Reyes qui va s’y coller. Petite présentation d’un talent aussi génial que discret.

Originaire d’Espagne, Victor Reyes a dès sa plus tendre enfance affectionné les musiques de western d’Ennio Morricone et avoue à 53 ans que John Williams est son ultime idole, de bons goûts… et un bon doigté aussi, lui qui est un pianiste de haut niveau. Et quoi de mieux pour un pianiste que de faire la BO de The Grand Piano, un thriller dont le personnage principal est un pianiste de renom dans la tourmente. Pour cette BO, la Critique a été élogieuse et à l’écoute on comprend vite pourquoi tant le travail pianistique de l’espagnol est surprenant au niveau de son expressivité, de ses sonorités multiples et de la complexité de certaines de ses phases. Élément central d’un orchestre symphonique, il rythme ce qui est un mélange entre concerto et musique de film, impression confirmée par le compositeur lui-même à asturscore.com, détaillant que cette bande son se trouve être l’accompagnement des émotions du personnage ou la musique de son concert.

Bien que sur ce film il ait trouvé une sacrée complicité avec Eugenio Mira, réalisateur et compositeur, il est plus lié artistiquement à Rodrigo Cortés, pour qui il a composé les partitions de Dirt Devil, Concursante, Enterré, Red Lights et Por Activa y por Pasiva. Avec The Night Management le castillan reste fidèle à sa préférence pour la Télévision, enchaînant et collectionnant séries et mini-séries depuis plus de 10 ans, mais on l’entend tout de même dans le modeste thriller Newcomer dont les qualités s’ébruitent pianissimo.

Didier Bianay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s