À la folie

Coup De Cœur

Sébastien Tellier

Sébastien Tellier

Un de mes trips du moment, le loufoque morceau « La Fille De L’Eau ».  C’est lors d’une interview intéressante pour Allociné que l’artiste Sébastien Tellier avait bien tenu à expliquer la génèse de cette compo affirmant : « J’ai aussi composé le morceau du clip avant que le film ne soit tourné. J’avais fait un album intitulé « My God is Blue » (2012) sur un chef de secte, et Sébastien (Betbeder) avait bien aimé cet album, donc il voulait quelque chose de ce style, qui soit très grandiloquent et fou, avec un esprit secte, ce qui était facile pour moi car ce sont des codes que j’avais l’habitude de maîtriser. C’est comme ça que « La Fille de l’eau » est née, et c’est bien car il y a de l’humour dans ce truc de secte ».

C’est sans doute le point d’orgue de la BO de Marie Et Les Naufragés et le morceau constitue une exception déjà dans le fait qu’il ait inspiré une des scènes du film, et non l’inverse, et aussi dans le fait qu’il ne soit pas construit de la même manière que les autres. En effet, contrairement aux styles minimalistes des autres plages où les arrangements s’empilent avec répétitions de motifs, La Fille De L’Eau met notamment en exergue un couplet et un refrain et se constitue plus comme un morceau d’album. Plusieurs éléments intéressants y sont présents. Tout d’abord, et ça saute aux oreilles, les sonorités électroniques sont très nombreuses et se mélangent allègrement ; acides elles sont quelques peu paradoxales, étant un peu rétros et… si modernes grâce à un mixage audio d’une très haute finesse. En parallèle on perçoit bien ce côté sectaire et dingue (qui m’a arraché quelques rires à la première écoute) lors des couplets, mais aussi lors des refrains où sont placés en fond des ricanements déments. Et justement les transitions entre ces couplets et refrains démontrent un travail soigné avec ces successions rapides d’accords (1:07-1:11 et 2:05-2:07) qui les lient très intelligemment et écartent donc définitivement tout style minimaliste.

L’ex-candidat français à l’eurovision 2008 a accepté de travailler avec le réalisteur Sébastien Betbeder qui lui a donné une grande liberté artistique et ça se perçoit sur une BO où chaque piste prend par surprise. Mais dans ces 38 minutes de musique c’est sans conteste La Fille De L’Eau qui est le point culminant, étant vraiment fait selon sa personnalité artistique qui aime nouer folie et électronique, avec un humour caricatural léger et assez drôle. Finalement, et Tellier le sous-entend, l’efficacité du titre coule de source…

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s