Ça annonce la couleur…

Coup de Cœur

Heitor Pereira

Heitor Pereira

Dans le titre inauguratoire Red On The Run on distingue 3 phases dont 2 où Heitor Pereira annonce bien la teneur de ce qui attend le spectateur. Précisions :

Les premières secondes sont trompeuses et à l’opposé de la suite. En effet Red On The Run commence de manière on ne peut plus douce et le compositeur a tout fait pour nous tromper en posant d’entrée des bois, dont certains imitent des vocalises d’oiseaux, et une harpe exécutant des accords assez aériens. Ce sont surtout ces harmonies qui font bonne impression, l’orchestration étant la reproduction ironique d’une recette bien connue pour apporter une ambiance zen.

Mais il s’agit d’Angry Bird – Le Film et Pereira souhaitait que ça se voie même à l’oreille d’où l’arrivée d’une ample armée de cuivres graves avant le lâcher d’un orchestre assez conséquent, donnant une teinte cinématographique assez marquée (de 0:11 à 0:58), bien loin de la musique de jeux vidéo… même si sur ce média elle a considérablement évoluée ces dernières années. C’est sur la fin de cette phase qu’on remarque une accélération de la mélodie, arrangement qui lance idéalement une ultime phase (de 0:58 à la fin) qui s’accommode bien à la course effrénée de Red mais aussi à son caractère, car beaucoup plus nerveuse. Les percus se pressent, s’alourdissent, les trompettes sont incisives, les cordes se font très véloces, tranchantes, le tout soutenant un motif musical exécuté par un groupement d’instruments graves (violoncelles, contrebasses, basse, cors, trombones etc.) ; ce motif prenant une teinte assez virile, finalement, on tendrait presque vers la musique de film d’action si le compositeur n’avait pas rajouté une touche enfantine à sa partition avec des mélodies sautillantes, capricieuses, imprévisibles qui adoucissent l’ensemble.

Placée en tête de la BO, Red On Run plonge l’auditeur d’entrée dans une ambiance cinéma et laisse entrevoir le tempérament nerveux de Red, tout en gardant un registre enfantin nécessaire à ce programme. En gros, Pereira a maîtrisé les multiples facettes de ce concept qui est repris dans le reste de la bande-son et qui prouve que dans les programmes jeunesse ce brésilien n’est point un bleu…

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s