Lumineux !

(n°790)

Coup De Coeur

Takatsugu Muramatsu

Ouvrant l’excellente BO de Mary and the Witch’s Flower le Mary’s Theme résume le personnage… mais seulement à ses origines. Analyse :

Innocence…

C’est avant tout ce qui attire le plus l’attention dans tout morceau, sa mélodie. Celle que Takatsugu Muramatsu a réservée en guise de thème pour la jeune fille est un air plutôt enjoué, assez innocent par essence et bien mise en valeur par les violons qui dominent largement le reste de l’orchestre dans les refrains. On remarque aussi la hauteur moyenne de tout le cheminement mélodique, assez aigu, qu’il soit repris par le piano, les cors, une flûte et appuyé occasionnellement par une guitare et des trompettes pour rajouter de la brillance, comme d’ailleurs les contre-chants timides au clavecin et au célesta. Cette orchestration volontairement penchée vers des instruments à l’aise dans le registre aigu est faite aussi pour amplifier l’innocence de la mélodie et par extension celle d’une fillette fraîchement débarquée dans l’Angleterre profonde. Seul manque à l’appel le dulcimer qui pourtant s’avérera par la suite être l’instrument principal de la BO, mais plutôt réservé à des accents mystiques, hors Mary ne naît pas sorcière elle le devient.

… et sens de l’aventure

Par contre le personnage principal semble être venu au monde avec le gêne de l’aventure c’est ce que laisse sous entendre Muramatsu. En effet ce morceau est faussement lyrique puisque la lenteur de sa merveilleuse mélodie s’accompagne toujours de quelque chose qui gigote dans le fond sur une allure beaucoup plus dynamique, pratiquement de bout en bout ; cela peut être l’accompagnement du piano au début, les rythmes des percussions tribales, l’insistance d’une cloche, les accompagnements haletants des violoncelles, des tubas et contrebasses. Plutôt implicites dans ce thème les rythmes vitaminés seront bien plus audibles sur les pistes suivantes lorsque Mary foncera tête baissée dans une aventure qui la dépasserait presque…

D’entrée Muramatsu ne s’est donc pas fourvoyé en dépeignant ce qui est le thème de Mary et non pas le thème de Mary and the Witch’s Flower. Avec cette mélodie, une teinte d’ensemble assez aiguë et un dynamisme voilé il a mis en exergue l’innocence et la témérité de la jeune fille dans son tempérament d’origine, occultant l’occultisme.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s