2 BO recommandées

(n°834)

Bandes Originales Recommandées

  

Justice League – Danny Elfman

Apres avoir co-composé avec Brian Tyler sur Avengers 2, Danny Elfman s’est fait Justice League lui-même et nous a préparé une généreuse bande-son, passant même par des fan moments lorsqu’il réutilisa le thème de Superman avec une teinte plus sombre ou donna à celui de Wonder Woman un aspect plus intimidant ; d’intelligents hommages à John Williams et Hans Zimmer qui plairont au grand public. De surcroît, le natif de Los Angeles a aussi exprimé sa personnalité en ramenant son mythique thème de Batman et en apportant du neuf par des leïtmotivs simples pour Flash, Cyborg et Aquaman, idem pour le thème principal (Hero Theme) et son motif en tierce mineure entêtant. Dominée par les altos et les violoncelles dans les moments sentimentaux cette sombre bande-son monte progressivement en puissance pour atteindre en son centre une teinte épique monstrueuse à grands renforts de cuivres, de chœur et de percussions pétaradantes, le tout par une maîtrise d’écriture et des arrangements impressionnants. Généreuse, la production l’a aussi été en incluant dans cette BO les versions longues des titres tourmentés The Tunnel Fight et The Final Battle, soit un rab de 11 minutes bien jouissif.

Paddington 2 – Dario Marianelli

3 ans après le premier volet le facétieux Paddington revient, toujours sous la houlette du réalisateur Paul King ; c’est au niveau de la conception de la musique que l’on trouve du changement puisque Nick Urata a été remplacé par Dario Marianelli qui avait brillé l’année dernière sur Kubo et L’armure Magique. Mais pour ce nouvel épisode il n’a pas été fait table rase de la partition passée puisque l’italien reprend certaines idées d’Urata comme ce que l’on peut qualifier de thème de la poursuite, ou encore cette rythmique haletante sous-jacente davantage usitée dans ce volet pour affirmer un concept musical sautillant. Dans le même ordre d’idée le compositeur fait la part belle à des marimba, célesta, flûtes, harpe ou cymbales pourvoyant une dose de ludicité à une intrigue rocambolesque et familiale. Le calypso, représenté par les interventions du groupe Tobago and d’Lime, finit d’apporter de la gaîté à une partition à la pétillance tenace et à l’instrumentation vorace.

Didier Bianay

 bianaydidier.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s