Oscars 2018 : Desplat et les Lopez passent la seconde

(n°892)

News

Desplat, évidemment

Le français Alexandre Desplat remporte son 2ème oscar pour la BO de La Forme de L’eau devançant Jonny Greenwood (Phantom Thread), Hans Zimmer (Dunkerque), John Williams (Star Wars 8 : Les Derniers Jedi) et Carter Burwell (Trois Billboards : Les Panneaux de la Vengeance) ; on pourrait dire « juste une confirmation » tant on l’avait senti venir, après que cette bande-son romantique ait décroché il y a quelques semaines un Golden Globes et un BAFTA. À force l’essentiel a été dit sur ce site concernant cette BO à part que statistiquement elle a rapporté au parisien plus de récompenses (16) que celle de Grand Budapest Hotel (10), en attendant d’autres cérémonies, et non des moindres, telles les WSA ou Grammy 2018 où il pourrait difficilement passer à côté d’une nomination. Durant son speech, mieux rôdé que lors des BAFTA, il n’a pas manqué de chaudement remercier ses proches et ses collaborateurs et surtout Guillermo Del Toro pour avoir laisser sa musique autant s’exprimer dans cette romance. En coulisse il a aussi souligner la grande ouverture d’esprit du réalisateur face à ses suggestions, un contexte de travail décisif car c’est bien ces quelques sifflements, cet accordéon sud-américain et globalement cette texture sonore douce qui ont permis au score d’imprimer son originalité poétique.

Les Lopez dans une autre dimension

Ils s’étaient fait connaître il y a 4 ans avec leur premier oscar pour la chanson de La Reine des Neiges Let It Go (Libérée, Délivrée), mais ici la performance est davantage à saluer puisque leur titre Remember Me (Coco) s’inspire du folklore musical mexicain auquel il n’étaient pas du tout familier ; et ce n’est qu’après un travail approfondi avec des spécialistes du genre et une plongée dans la fête du Jour des morts que le couple a découvert la grande richesse musicale à exploiter (vulture.com). Remember Me, interprété par le duo Miguel et Natalia Lafourcade, a aussi pour eux une résonance personnelle et familiale puisque cette mélancolique chanson se réfère à la mère du compositeur décédée l’année passée et pour laquelle Robert Lopez a dédié la statuette dorée. Dans ce concours de la meilleure chanson originale, le suspens fut néanmoins entier grâce à la présence d’un autre duo en pleine bourre ces temps-ci, Pasek-Paul, lauréat du dernier Golden Globes avec le titre This Is Me. Avec ce 2ème succès, la parolière et le compositeur prouvent non seulement qu’il sont capables de se diversifier culturellement… mais aussi qu’Hollywood leur réussi autant que Broadway.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s