5 BO recommandées

(n°627)

Bandes Originales Recommandées

           

Dans Les Forêts de Sibérie – Ibrahim Maalouf

Les échos de trompettes résonnant dans les vastes contrées glacées de Sibérie, telle est l’image que je retiens après avoir écouté cette agréable BO. À juste propos Ibrahim Maalouf se sert de cet instrument connu pour son ampleur et sa puissance sonore afin de magnifier des paysages grandioses. Mais le compositeur sait aussi changer son fusil d’épaule lorsqu’il s’agit d’exprimer le caractère intimiste de cette aventure entre 2 hommes rencontrés fortuitement ; c’est ainsi qu’à certains moments il privilégie la prédominance d’une trompette  dramatique ou apaisée, de tendres piano et guitare ou de longues tenues de notes au milieu de la bande-son. Pour un compositeur qui aime scénariser ses morceaux le Cinéma était une suite logique, et avec cette partition Maalouf montre un net potentiel dans le domaine.

Insaisissables 2 – Brian Tyler

Brian Tyler nous revient avec la suite des aventures de brillants illusionistes braqueurs et le compositeur reprend ici les mêmes ingrédients avec une majesté orchestrale, beaucoup de dynamisme et une pointe de mystère pour couronner le tout, soit dit en passant d’excellents ingrédients pour un bon tour d’illusion. Si la musique du premier volet avait brillé par sa variété styliste, celle du deuxième brille par la qualité d’écriture du compositeur auteur d’une partition excitante et très prolifique au niveau de l’orchestration et de l’instrumentation. Alternant selon les dires de Tyler entre musique fantasy, spy ou groovy à la 70’s, la BO d’Insaisissables 2 se veut une évolution de la partition originelle grâce à un nouveau réalisateur, Jon Chu, assez mélomane ; Tyler en a donc profité pour se libérer et c’est pas passé inaperçu…

Saucisse PartyChristopher Lennertz et Alan Menken

Pour cette comédie parodique pour adulte les réalisateurs Conrad Vernon et Greg Tiernan tenaient à pousser la parodie jusqu’à la bande-son en réclamant les services de 2 chefs : Christopher Lennertz, un habitué des comédies et Alan Menken un habitué des… programmes jeunesse. La chanson originale The Great Beyond donne d’ailleurs le ton en mélangeant sauce musicale Disney et lyrics bien crus… Ce qui suit s’avère être un vrai patchwork et un good work des 2 compositeurs qui ont été impressionnants tant dans leur versatilité que dans leurs techniques d’écriture, imitant notamment les styles Star Wars, Seigneur Des Anneaux ou encore Braveheart d’une manière épique à souhait. Dans la même veine des tubes rétros finissent d’ajouter du piment à une carte sonore amusante, gourmande et malicieusement assaisonnée.

Rappel

Creed – Ludwig Göransson (Göransson à la porte)

« Mais c’est sans doute sur la BO de Creed qu’il a frappé un très grand coup l’année dernière. Alors que personne ne l’attendait à ce niveau le natif de Linköping a proposé un travail impressionnant de créativité par une partition qui confronte jazz, symphonie, électro, ballade, hip-hop, passant d’une influence à l’autre avec une fluidité remarquable, un jam musical dans l’air du temps comme l’avait fait Bill Conti à son époque. Mais en filigrane on retrouve ce ton guerrier et quelques thèmes incontournables, ingrédients types de la franchise repris là de manières subtiles. »

Justice League : Throne Of Atlantis Frederik Wiedmann (Un Frederik Wiedmann à taguer)

« Et ce n’est pas sa récente BO pour Justice League : Throne Of Atlantis qui le démentira tant son travail est intéressant. De séquences très enflammées et déchaînées à d’autres profondément mystérieuses et solennelles, Frederik Wiedmann montre sa créativité en proposant à nos oreilles quantité de sonorités et d’arrangements particulièrement mélodiques, toujours sur fond assez sombre. »

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Göransson à la porte

News

Ludwig Göransson

Ludwig Göransson

Ludwig Göransson est annoncé sur le court-métrage de Disney Inner Workings. Réalisé par Leonardo Matsuda il raconte les confrontations internes d’un homme, entre son côté pragmatique et son côté ouvert et aventureux. À vrai dire ce film d’animation est juste prévu pour être exposé avant la projection d’une autre grosse production de Disney, Moana, dont la sortie est prévue pour fin novembre 2016.

Le futur Ibrahimović de la Musique de Film ? Peut-être, en tout cas le suédois attire désormais l’attention des studios Disney réputés assez exigeants sur les compositeurs de leurs projets les plus en vue. Pourtant Göransson n’est toujours pas porté sur le Cinéma avec 7 longs métrages depuis 2013 dont Les Millers, Stretch et Creed, non il est plutôt attaché au Petit-Écran. Mais c’est sans doute sur la BO de Creed qu’il a frappé un très grand coup l’année dernière. Alors que personne ne l’attendait à ce niveau le natif de Linköping a proposé un travail impressionnant de créativité par une partition qui confronte jazz, symphonie, électro, ballade, hip-hop, passant d’une influence à l’autre avec une fluidité remarquable, un jam musical dans l’air du temps comme l’avait fait Bill Conti à son époque. Mais en filigrane on retrouve ce ton guerrier et quelques thèmes incontournables, ingrédients types de la franchise repris là de manières subtiles.

Le film a donc montré ce qu’était Ludwig Göransson lorsqu’on lui procure la grande liberté artistique que lui a donnée Ryan Coogler et Sylvester Stallone, un travailleur acharné qui aime les challenges et qui a fait plus que accompagner la franchise et le travail de Conti en leur faisant carrément honneur. Si la réussite c’est 10% de talent et 90% de travail, on sait déjà jusqu’ou Göransson risque d’aller… Pour finir on signale qu’il est annoncé sur un énorme jeu vidéo, Grand Theft Auto VI : Detroit (2019), mais entre temps s’occupera des séries Angie Tribeca, New Girl, Survivor’s Remorse et Atlanta et du court métrage Remembrance.

Didier Bianay

bianaydidier.com