Charge utile

(n°1131)

Coup De Coeur

Anne-Sophie Versnaeyen

Je retiens la chanson You Are Not Alone pour aujourd’hui car, outre le fait que je l’adore, elle est l’exemple que la réduction d’une orchestration peut amplifier son discours. Analyse :

Tendre à l’intérieur

Je n’ai jamais trouvé le nom de la chanteuse, je l’avoue, mais une chose est sûre, elle a une voix à la fois puissante, profonde et réconfortante, qui ne renie la tendresse du film Donne-Moi Des Ailes. Sur cette chanson point de percus pour baliser les mesures et le tempo de manière terre-à-terre, l’ensemble semble fluide et planant et les instruments employés sont ceux souvent préférés pour le sentimentalisme : violons, altos, violoncelles, contrebasses et piano, on peut dire qu’il pleut des cordes. Mais c’est l’interprétation des instrumentistes qui est déterminante car faite d’attaques de notes calmes, cette douceur se maintenant même lors d’envolées lyriques aussi poignantes que sublimes (1:09 à 1:39 ; 2:19 à 2:39).

Minimum = Maximum

La taille ne compte pas… en tout cas pas en Musique. Ici Anne-Sophie Versnaeyen n’a pas eu besoin d’un orchestre conséquent ou de détours mélodiques compliqués pour arriver à ses fins. L’instrumentation est somme toute assez modeste et son utilisation minimaliste montre qu’une bonne partie de l’approche de la compositrice se basait sur l’harmonie et la réverbération. Cette dernière exprime toute sa largeur dès l’introduction au piano et l’entrée en lice de la chanteuse, normal, puisqu’elle se perçoit davantage à mesure que le nombre d’instruments diminue. C’est donc dans cette optique que les cordes sont très en retrait quand l’interprète chante, et vice versa, car cette volonté de limiter le nombre d’instruments mis en avant permet, via la réverbe, de garder une teinte aérienne et d’amplifier l’émotivité du jeu des instrumentistes ; c’est ainsi qu’en minimisant les moyens, l’objectif de Versnaeyen est devenu plus évident et plus effectif.

You Are Not Alone est l’un de ces nombreux morceaux qui montrent qu’un compositeur n’est point obligé de multiplier les instruments et noircir sa partition pour faire une œuvre parlante ; qu’importe le nombre de pistes, le niveau des décibels, la dynamic range ou autres considérations plus scientifiques qu’artistiques, tout n’est finalement qu’intention, expression et cohérence.

Didier Bianay

www.bianaydidier.com

BO recommandée

(n°1112)

Bandes Originales Recommandées


Donne-Moi Des Ailes – Armand Amar

Le film est déjà un franc succès en salle et sa BO parue dans la foulée en est la cerise sur le gâteau. Planante et très lumineuse, la musique d’Armand Amar cadre parfaitement avec cette intrigue où un scientifique et son fils tente de sauver une espèce d’oies en voie de disparition grâce à un ULM. Le compositeur était accompagné de quelques acolytes tels Mathieu Coupat, Laurent Coubier et Hugo Gonzalez Pioli autour d’un même concept sonore où dominent des cordes lentes, aériennes, ou encore un piano, un accordéon et des bois d’une douceur nostalgique, le tout relevé d’arrangements à la guitare acoustique. Bien qu’elle soit rarement exploitée à plein régime, l’instrumentation orchestrale s’avère assez variée, Armand Amar ayant pu s’en contenter, mais l’ajout d’arrangements vocaux mixtes par l’intermédiaire de chœurs ou de solistes a approfondi sa partition en y ajoutant un supplément d’âme et de tendresse. Parmi ces voix émerge celle d’Anne Sophie Versnaeyen, plus amplement employée sur You Are Not Alone, une inspirante chanson originale qui n’en oublie l’essence sonore et mélodique de la bande-son ; et il en va un peu de même de ce twist hypnotique vers la musique de Thriller moderne qui accompagne les situations plus problématiques de ce feel good movie. À moins que ce soit un road movie…

Didier Bianay

www.bianaydidier.com