Du calme à la tempête Lorne

Coup De Cœur

Lorne Balfe

Lorne Balfe

Ça commence doucement pour finir fort, voilà comment on peut résumer The Chase Of The Two Fugitives, une excellente composition de Lorne Balfe issue de la BO d’En Route ! Mais sur M-C-N on aime rentrer dans les détails. Alors voici pourquoi le natif d’Inverness prouve qu’il est l’un des tout meilleurs collaborateurs d’Hans Zimmer :

En bon compositeur Lorne Balfe fait tout son orchestre travailler et sait mettre en valeur chaque instrument, c’est cela une bonne orchestration. Le début est assez limpide et clair, et on remarque comment le trombone exécute sur la pointe des pieds le thème de l’extraterrestre Oh! pour laisser s’exprimer des instruments beaucoup moins puissants et plus lumineux tels les violons, la flûte, le triangle et un dulcimer britannique aux origines persanes (0:26). Le souci de métissage est d’ailleurs particulièrement visible dans cette compo tant dans le choix des instruments que dans la rythmique. On croirait même entendre une ambiance latino lorsque les trompettes entre en action (0:14).

Après une partie lyrique un peu plus sombre et dramatique où les chœurs et les violoncelles donnent une belle ampleur (0:39 – 1:18), c’est un set de percussions Rock qui soustiendra une dernière phase bien tourmentée (1:18 – fin). Oui ça sent bien l’aventure dès le moment où le thème principal est réarrangé avec une mélodie et une harmonie façon films d’espionnage (1:28 – 1:43), vient ensuite un enchevêtrement d’arrangements assez virevoltants particulièrement ardus à organiser pour un compositeur, tant il est difficile d’harmoniser timings et notes pour éviter la cacophonie… Tout aussi difficile constitue le fait de passer naturellement du coq à l’âne ou du calme à la tempête (de quoi il parle ?!!). Je parle de cet « œil du cyclone » (2:14 – 2:29) que Lorne Balfe prépare intelligemment avant de s’en extirper, l’air de rien, pour une dernière ligne droite très agitée, le tout avec une cohérence qui si elle faisait défaut aurait fait passer ce morceau pour un medley douteux.

Lorne Balfe a ainsi montré que lorsqu’il donne libre cours à son imagination il est capable d’être assez virtuose. Sur des programmes pour enfants qui exigent une musique souvent turbulente et lunatique, il a montré aussi sa maîtrise d’écriture pour conférer à ce morceau une cohérence naturelle, malgré des arrangements ultra complexes. C’est la marque des très grands.

Didier Bianay

Publicités

2 BO recommandées

Bandes Originales Recommandées

en routeEn Route ! – Lorne Balfe

En route pour 40 minutes de musique de très bonne qualité ! Lorne Balfe a sorti l’artillerie lourde avec une partition très réussie et un concept bien défini. En effet, pour représenter la vision que l’extraterrestre Oh a du monde, Balfe a opté pour un choix d’instruments et des influences métissés. Outre l’orchestre symphonique, un sitar, un saz, un banjo ou encore un dulcimer s’affichent sans complexe. On y trouve aussi cette volonté affirmée de Lorne Balfe d’instaurer des percussions Rock et des rythmes catchy. Catchy l’orchestration l’est aussi, avec sa finesse et sa complexité, permettant à chaque instruments de trouver sa place au bon moment pour une illustration des émotions réussies, de l’excitation a la nostalgie. La cohérence mélodique des morceaux en font une BO très amusante, très écoutable, et sentant bon une aventure déjantée.

pourquoiPourquoi J’ai Pas Mangé Mon Père – Laurent Perez Del Mar

Pourquoi Perez n’a pas mangé sa partition ? Parce qu’il a su taper juste dans son concept et a fourni une bande son colossale et adaptée. Car on remarque vite l’intervention d’artistes beatbox qui symbolise bien un Âge où les instruments de musique n’existaient pas encore et on remarque aussi une certaine imperfection vocale qui renforce l’idée. Au niveau des arrangements, cette bande son de 1h20 laisse la part belle à des parties symphoniques lyriques et épiques très impressionnantes, surtout dans la première moitié de la BO et le finale. Dans l’ensemble, les thèmes principaux sont bien mis en évidence, l’art de l’harmonie savamment maîtrisée et souvent exécutée par des chœurs profonds. Avec sa belle palette d’émotions, cette BO imposante en quantité et en qualité est faite pour caler la faim musicale des béophiles mélomanes.

Didier Bianay

Dernières sorties BO (08/04/15)

home2

En route ! – Lorne Balfe  

Sony Classical (6 avril 2015) – Digital

Good Kill – Christophe Beck

Lakeshore Records (8 avril 2015) – Digital

Broken Horses – John Debney

Lakeshore Records (7 avril 2015)

Desert Dancer – Benjamin Wallfisch

Varèse Sarabande (7 avril 2015)

Going Clear: Scientology and the Prison of Belief – Fall On Your Sword / Will Bates

Milan Records (7 avril 2015)

Jet Lag – Alex Wurman

Lakeshore Records (7 avril 2015)

Pourquoi j’ai pas mangé mon père – Laurent Perez del Mar

Pathé Production (6 avril 2015) – Digital

Cerise – Michel Ochowiak et Marc Chouarain

Gaumont / Légende Films (1er avril 2015) – Digital

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

Dernières sorties BO (25/03/15)

The-SpongeBob2

Bob l’éponge, le film: un héros sort de l’eau – John Debney  

Varese Sarabande (24 mars 2015) – Digital

En route ! – Lorne Balfe (Album)

Roc Nation Records (24 mars 2015)

Dutch Book – Thomas Giles Rogers Jr.

Wise and Silent (25 mars 2015) – Digital

Spring – Jimmy Lavalle

Eastern Glow Recordings (24 mars 2015) – Digital

While We’re Young – James Murphy, LCD Soundsystem frontman  

Milan Records (19 mars 2014)

Les Témoins – Eric Demarsan (TV)

Music Box Records (18 mars 2015) – 2 disques

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici