Dernières sorties BO (05/04/19)

Shazam!Benjamin Wallfisch

– Watertower Music (5 Avril 2019)

La Lutte Des Classes – Guillaume Atlan

– La Tebwa (3 Avril 2019)

Mon Inconnue – Sage (Ambroise Willaume)

– Hamburger Records (3 Avril 2019)

Rebelles – Ludovic Bource

– Albertine Productions (1er Avril 2019)

High Life – Stuart Staples

– Milan Music (5 Avril 2019)

Hellboy – Benjamin Wallfisch

– Sony Classical (5 Avril 2019)

SimetierreChristopher Young

Pet Sematary – Paramount Music (5 Avril 2019)

The Best Of EnemiesMarcelo Zarvos

– Sony Classical (5 Avril 2019)

Notre PlanèteSteven Price

Our Planet – Decca Records (5 Avril 2019)

Teen Spirit – Artistes Variés

– Interscope Records (5 Avril 2019)

El Complot Mongol – Andres Sanchez Maher, Gus Reyes et Dan Zlotnik

Plaza Mayor Company (05 Avril 2019) – Digital

Source : cinezik.org et underscores.fr

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

bianaydidier.com

Publicités

La Bio : Marco Beltrami

Marco Beltrami

Marco Beltrami

Biographies De Compositeurs De Musiques De Films

Connu de par ses bandes originales pour la saga Scream ainsi que pour les films Démineur,  Terminator 3: La guerre des machines, I, Robot et Hellboy, Marco Beltrami a aussi montré qu’il peut exceller hors des styles Horreur et Action avec les BO de 3h10 pour Yuma et Soul Surfer, toutes deux acclamées par une Critique qui l’oublie cependant un peu trop souvent.

Formations et débuts

Né le 7 octobre 1966 à Long Island (New York), Marco Beltrami fréquente l’université Brown de Providence (Rhode Island) avant de poursuivre à la Yale School of Music de New Haven (Connecticut). Désireux de devenir un compositeur pour le Cinéma, il quitte logiquement le Connecticut pour la place forte du Cinéma américain… Los Angeles, plus précisément dans le quartier de Venice. Là il rencontre Luigi Nono avec qui il collabore en sudio pendant quelques temps. C’est aussi à L.A. qu’il fait connaissance avec le légendaire Jerry Goldsmith qui parachève sa formation.

Ses matières préférées

Beltrami passe donc de longues années à étudier et ce caractère studieux lui est profitable par la suite. En effet le succès arrive rapidement, en 1996, après seulement 2 ans de carrière. Et c’est sur le film Scream (1996) qu’il se fait un nom avec une partition originale, renversant les clichés de la musique d’Horreur. C’est d’ailleurs dans les créneaux Horreur/Fantastique qu’il consolide sa réputation et sa filmographie le prouve avec de célèbres références du genre tels les autres films de la saga Scream (1997, 2000, 2011) tous réalisés par Wes Craven, ces 2 hommes formant un de ces duos célèbres d’Hollywood. On les retrouve aussi en 2005 sur Maléfice. L’année suivante c’est sur le film La Malédiction que Beltrami rend hommage à son mentor et ami Jerry Goldsmith, décédé 2 années auparavant, en reprenant la musique thème de la première version de The Omen (1976). Resident Evil (2002), Blade (2002) font aussi partie intégrante de la collection des films d’Horreur mis en musique par Marco Beltrami.

Mais au delà de la musique d’Horreur, Beltrami est aussi le maître du genre Thriller/Action avec les BO de films célèbres comme Mimic (1997), Terminator 3: La guerre des machines (2003), I, Robot (2004), Hellboy (2004), xXx: State of the Union (2005), Red Eye (2005), Underworld: Evolution (2006), Live Free or Die Hard (2007), Don’t Be Afraid of the Dark (2010). Cependant c’est avec son travail sur Démineur (2008) qu’il obtient sa seconde nomination aux Oscars.

Ré-orientation conseillée ?

1 an avant cette seconde nomination Beltrami est finaliste pour la première fois de sa carrière aux Oscars 2008 grâce à la partition de 3h10 pour Yuma un … western. Cette BO surprenante de fraîcheur et assez réussie le ferait presque passer pour un élève du grand Morricone. Celle du film Soul Surfer se fait aussi remarquer par la Critique. Pour ce drame biographique, il compose une bande originale où il mélange occasionnellement et habilement le style occidental et hawaïen, un mariage réussi et honoré par un Satellite Award en 2011. Plus récemment il réalise un travail très poussé et remarquable sur The Wolverine (2013) où il fait des emprunts à la musique japonaise traditionnelle. Des travaux étonnants donc, qui laissent à penser que Beltrami semble s’épanouir aussi dans des ambiances aux antipodes de la musique d’Horreur ou d’Action, bien que ces styles lui ont valu l’écrasante majorité de ses récompenses.

Un talent sous-noté

Concernant ses récentes œuvres, les BO de The Wolverine et Warm Bodies (2013) font partie des 114 en lice pour la course aux Oscars, celle de Snowpiecer ayant étonnamment été recalée. Reste à savoir si elles lui permettront enfin de mettre la main sur la statuette d’or. Mais outre les Oscars ou la confiance que lui accordent nombre de réalisateurs de renom, Marco Beltrami est un compositeur qui demeure tout de même sous-estimé. Son style est certes peu flashy, avec des compositions sombres et assez intimistes, mais il demeure expressif, contagieux, revêtant un aspect soigné, très travaillé et recélant souvent de subtiles originalités, tant dans les jeux des instruments que dans leurs sonorités. Mais force est de constater que cette discographie majoritairement sombre lui fait sans doute de l’ombre dans le monde du Cinéma, faisant un peu oublier à quel point Beltrami peut étonner, même lorsqu’il s’aventure hors de ses genres musicaux fétiches.

Didier Bianay

reydarts.fr