Avec dignité

(n°617)

Musiques De Films Légendaires

John Williams

John Williams

« C’est différent de ce que nous avions fait auparavant. Nous avons tous les deux essayé de changer nos styles (…). John avait besoin de rendre hommage au souvenir que nous tentions de recréer. Ainsi que je ne voulais pas utiliser mais ficelles, c’est ainsi que John ne voulait pas utiliser les siennes ». Tels sont les mots de Steven Spielberg à insidefilm.com concernant son approche et celle du compositeur John Williams pour un film ayant finalement fait date, La Liste De Schindler.

Sur le thème de ce long-métrage tout a été fait pour remémorer dignement en musique cette terrible tragédie humaine. La mélodie se veut triste, l’orchestration intimiste et modeste avec un violon dominant joué par Itzhak Perlman. Et quelle interprétation ! On entendrait presque ce violon pleurer tant le jeu de ce virtuose est émotionel. Peu ostentatoire donc, profond, touchant et méditatif, ce thème de John Williams est l’un des plus mythiques et plus intelligents du Cinéma.

Dans la même lignée, le reste de la BO est très dramatique, avec tendresse comme avec force, possède la même teinte sombre et est tout aussi qualitatif ; et il est logique que cette partition ait remporté des prix prestigieux en 94 et 95 avec 1 Oscar, 1 Grammy, 1 BMI Award et 1 BAFTA, tout en ne passant pas très loin du Golden Globe. De plus l’album fut notamment certifié Disque d’argent au Royaume-Uni et Disque d’or aux USA avec plus de 500 000 copies vendus, de très bons scores pour une musique de film ; normal après tout, l’œuvre en elle-même est exceptionnelle, possédant une telle âme et une telle larme.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine…

Le Récap’

01/07 2 ténors de la Musique de Film, voilà qui tenaient le haut du pavé dans la rubrique dernières sorties. En effet John Williams sort sa dernière BO pour The BFG tandis qu’Alexandre Desplat nous revient avec celle de Comme Des Bêtes.

28/06 Avec au moins plus d’une décennie de retard la chambre de commerce d’Hollywood annonce que le grand maestro Jerry Goldsmith recevra son étoile sur Hollywood Boulevard en 2017. Mieux vaut tard que jamais…

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

Kris DirksenQuarryGraham Gordy, Michael D. Fuller et Max Allan Collins

Johnny Klimek Jungle Greg McLean

Siddhartha KhoslaThis Is UsDan Fogelman

Mark KilianBrother’s BloodJohn Pogue 

David Campbell*In Search of FelliniTaron Lexton

Robert Duncan – TimelessEric Kripke et Shawn Ryan

Christian Jacob et The Tierney Sutton Band – Sully Clint Eastwood

Reinhold HeilBerlin StationOlen Steinhauer

Frederik WiedmannT@ggedHannah MacPherson

Rob Simonsen GiftedMarc Webb**

Cliff MartinezWolverine: Weapon XJames Mangold***

* Il a co-signé l’année dernière la bande-son de Joy

** Le réalisateur de L’extraordinaire Spider-Man 1 et 2

*** On lui doit le précédent volet sorti en 2013

Didier Bianay

bianaydidier.com

Dernières sorties BO (01/07/16)

bfgh

The BFGJohn Williams

Walt Disney Records (1er juillet 2016)

Comme Des BêtesAlexandre Desplat

Back Lot Music (1er juillet 2016)

Insaisissables 2Brian Tyler

Varese Sarabande (1er juillet 2016)

American Nightmare 3 : ÉlectionsNathan Whitehead  

Back Lot Music (1er juillet 2016)

Sur Quel Pied Danser – Olivier Daviaud (Album)

Loin derrière l’Oural (1er juillet 2016)

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine…

Le Récap’

10/06 J’en avais parlé depuis février 2015 et elle est enfin sortie cette BO du film Warcraft : Le Commencement, de Ramin Djawadi. Et on n’oublie pas notre frenchy, le trompettiste Ibrahim Maalouf avec sa dernière bande-son pour le film d’aventure Dans Les Forêts De Sibérie.

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

Keegan DeWitt Divorce Sharon Horgan 

RobPlanetarium Rebecca Zlotowski

Alan SilvestriAvengers: Infinity War – Part 1 et Part 2 Anthony et Joe Russo

Mychael et Jeff DannaBilly Lynn’s Long Halftime Walk Ang Lee

Ludwig Goransson – Atlanta Donald Glover

Zbigniew Preisner* The Queen of Spain Fernando Trueba

Lorne BalfeThe Lego Batman MovieChris McKay

John WilliamsReady Player One Steven Spielberg

John Williams – Indiana Jones 5Steven Spielberg

Christophe BeckMenaDoug Liman 

* En 1995 ce compositeur polonais décroche son premier César avec la partition de Trois Couleurs: Rouge

** Grand réalisateur aux multiples succès, il a déjà remporté 2 oscars pour les films Le Secret de Brokeback Mountain (2005) et L’Odyssée de Pi (2012)

Didier Bianay

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine…

Le Récap’

13/05 On en parle tellement de ce long-métrage avec le Festival de Cannes qui bat son plein actuellement, Money Monster voit aussi sa BO paraître ce vendredi, partition réalisée par Dominic Lewis. Martin Phipps de son coté sort enfin l’intéressante BO de la mini-série War And Peace.

11/05 L’American Film Institute annonce que John Williams recevra la 44ème distinction honorifique, pour son apport au Cinéma américain et sa carrière exceptionnelle. C’est la première fois que ce prix est remis à un compositeur. Ce sera Steven Spielberg qui le présentera au cours de cette soirée de gala, le 9 juin 2016 au Dolby Theatre (Hollywood).

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

Richard PatrickTrue CrimesAlexandros Avranas

Jeff BealThe Sweet LifeRob Spera

Nick Cave et Warren EllisHell or High WaterDavid Mackenzie

Phil MossmanMercy Chris Sparling*

Brian TylerThe MummyAlex Kurtzman

Son Lux**Mean DreamsNathan Morlando

Pat IrwinFeed the BeastClyde Phillips

Bruno CoulaisMarie CurieMarie Noelle

Brian ReitzellAmerican GodsBryan Fuller et Michael Green 

Klaus Badelt (bande-son) et Chris Braide (chanson originales) BallerinaEric Summer et Eric Warin

BT*** The Possibility of Fireflies Deborah Chow 

Jun MiyakeOppenheimer StratégiesJoseph Cedar****

* Le scénariste de Buried (2010)

** Il a récemment composé pour La Face Cachée de Margot

*** Il a écrit la bande-son pour le tout premier Fast and Furious

**** Talentueux réalisateur israélien auteur de films assez remarqués par la critique tels Footnote, Beaufort ou encore Medurat Hashevet 

Didier Bianay

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine…

Le Récap’

6/05 Pas mal de sorties intéressantes ce vendredi. Tout d’abord celle de la BO du blockbuster du moment, Captain America : Civil War, signée Henry Jackman, puis la parution de l’album d’Angry Birds. Enfin Alexandre Desplat apporte du neuf avec la bande-son de la comédie dramatique Florence Foster Jenkins.

4/05 Les organisateurs des World Soundtrack Awards (19 Octobre 2016) ont annoncé que Ryuichi Sakamoto y recevra un prix d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, lui qui a composé et obtenu un oscar pour la BO du film Le Dernier Empereur. Parmi ses meilleures références on trouve aussi Snake Eyes, Femme Fatale, Little Buddha, Un Thé au Sahara ou encore Furyo. Les meilleures œuvres du compositeur seront interprétées par l’orchestre Philarmonique de Bruxelles sous la direction de Dirk Brossé. On rappelle que, comme d’habitude, les WSA arriveront en clôture du festival du film de Gand qui d’ailleurs cette année célébrera le Cinéma japonais.

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

Christian Wibe What Happened to Monday ?Tommy Wirkola*

Daniel HartPete’s DragonDavid Lowery

Will et Brooke BlairThe Scent of Rain & LightningBlake Robbins

Toby ChuLes Rois de la glisse 2 – Henry Yu

John Williams  Dear Basketball Glen Keane

Matthew ComptonPopstar: Never Stop Never Stopping – Akiva Schaffer et Jorma Taccone

Michael Giacchino Doctor Strange  Scott Derrickson**

tomandandy***47 Meters Down Johannes Roberts

* Le réalisateur d’Hansel et Gretel : Witch Hunters

** On lui doit le film Sinister en 2012 (et son affiche particulièrement trash…)

*** Ce duo de compositeur (Tom Hajdu et Andy Milburn) fut à l’oeuvre sur le film La Colline a des Yeux en 2006

Didier Bianay

bianaydidier.com

Saturn Awards 2016 : Les compositeurs nominés

News

Les Saturn Awards sont des récompenses de Cinéma et de Télévision qui sont décernées aux meilleures œuvres audiovisuelles concernant les genres Science-Fiction, Fantastique et Horreur. Voici la liste des compositeurs nominés dans la catégorie meilleure BO :

Saturn_AwardMad Max: Fury Road Tom Holkenborg

Sicario – Johann Johannsson

Baahubali: The Beginning – M.M. Keeravani

Les 8 Salopards – Ennio Morricone

Crimson Peak – Fernando Velazquez

Star Wars: Le Réveil de la Force – John Williams

Le vainqueur sera annoncé lors de la 42ème cérémonie des Saturn Awards, en Juin 2016. La date précise sera bientôt annoncée.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Douce Force

Coup De Cœur

John Williams

John Williams

C’est Le thème de Star Wars 7, celui de Rey, et c’est sans doute celui qui a le plus surpris. Détails :

Le magnifique thème de Rey étonne par sa nature entre un héroïsme sous-entendu par cors, trombones et trompettes et de la tendresse matérialisée par l’emploi des cordes, des bois, d’un glockenspiel et d’un céleste. Je dirais même que c’est une tendresse lyrique qui l’emporte, le Rey’s Theme n’étant jamais vraiment épique bien que ce personnage principal mène bien des combats… Alors pourquoi ce choix ? John Williams a avoué au prestigieux LA Times son concept : « C’est un défi intéressant avec elle, car le morceau ne suggère pas un thème romantique. Il suggère une aventurière, mais avec une grande force. C’est une combattante, elle est animé par la Force, et cela devait être quelque chose de fort mais attentionné ».

Par extension l’emploi de ce thème dans la BO est du même genre. Apparaissant d’abord dans la piste 2, The Scavenger, il est par la suite repris dans That Girl With The Staff, Maz’s Counsel, Kylo Ren Arrives At The Battle, The Abduction, The Ways Of The Force, Farewell And The Trip, et dans le final avec toujours ce côté épique minoritaire même dans les pistes qui soutiennent les scènes d’action. Avec l’avènement de ce nouveau personnage central et le fait qu’il soit de sexe féminin, le compositeur a voulu donc partir musicalement sur un autre chemin, quitte a faire peut-être des déçus, qui s’attendaient à quelque chose de plus brutal. Quoiqu’au final le morceau a fini par rencontrer un franc succès auprès des fans de la saga et, par sa richesse mélodique, offre de nombreuses possibilités de développement. Alors qu’en sera-t-il dans les prochains épisodes ? On verra, ou plutôt on entendra… Une chose est sûre le Rey’s Theme est un mythe naissant.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Papy Williams fait de la résistance

Coup De Cœur

John Williams

John Williams

Avec le thème de Rey c’est l’une des compos qui m’ont le plus marquées dans cette BO de Star Wars 7. March Of The Resistance de John Williams, outre qu’elle est bien écrite, montre bien l’identité du compositeur. Décryptage :

Une écriture classique…

Rien qu’au titre on devinerait déjà que ce morceau ne laisse pas la part belle à une ambiance posée. Non, là l’orchestre est plutôt mené tambours battants dans un cheminement musical habile où Williams varie les combinaisons de timbres ou de groupes d’instruments ; trompettes et cuivres graves, trompettes et cordes, cors et bois etc., la dernière étant sacrément emmerdante… Mais bon en vieux taulier qu’il est, Williams sait exceller dans cet exercice tout comme il sait que devait dominer des timbres qui font souvent référence au courage, à l’héroïsme tels des trompettes puissantes et perçantes, des trombones et cors lourds et musclés. Jusque-là on est dans l’instrumentation et l’orchestration habituelles de la Musique de Film occidentale, mais March Of The Resistance a bien d’autres secrets.

…et une écriture Classique

On voit le style Classique de John Williams dans cette composition au niveau des arrangements avec une écriture en imitation qui arrive à son paroxysme sur cette magnifique fugue (de 1:12 à 1:32), de même que l’écriture en dialogue qui couvre une bonne partie de cette partition. Et c’est sur ce dernier point qu’elle se distingue de la célèbre Imperial March avec laquelle la comparaison semble inévitée…, le thème de Dark Vador jouant plus sur la complexité rythmique. Mais faire des groupes d’instruments se répondre entre eux n’est pas une partie de plaisir non plus puisque la succession de différents timbres emmène l’oreille dans une logique de comparaison, d’où la nécessité d’un relatif équilibre en terme de puissance, ce qui a poussé le compositeur à dispatché les cuivres, surtout… Toutefois le dialogue a aussi plusieurs avantages : éviter une lourdeur sonore, apporter du dynamisme et une meilleure mise en avant des arrangements, enfin, pas autant que les puissants unissons dont le compositeur nous gratifie à l’introduction et à la conclusion de ce morceau entraînant et, ma foi, irrésistible.

S’il est vrai que l’écriture de John Williams a changé et s’est modernisée avec le temps, il est agréable de constater que le compositeur a toujours tenu à garder son amour pour la musique Classique et ses codes, car c’est bien à ce genre musical qu’on le rapproche le plus. Et même s’il avoue avoir quelques sympathies pour les sonorités électroniques de la nouvelle vague, on le voit mal se départir de son identité musicale car il sait qu’en musique seule l’ivresse compte, peu importe le falcon flacon.

Didier Bianay

bianaydidier.com

88ème cérémonie des Oscars : les compositeurs nominés

News

C’est la 50ème nomination pour John Williams avec cette année la BO de Star Wars 7 en guise de copie. Il est bien entouré puisque l’on retrouve aussi Thomas Newman qui espère remporter enfin l’oscar après 13 nominations. Le récent vainqueur des Golden Globes 2016 est aussi de la partie, Ennio Morricone le vieux briscard que l’on ne présente plus, tout le contraire de Johann Johannsson qui, mine de rien, prend de plus en plus de galon avec une 2ème nomination d’affilée. Enfin pour Carter Burwell c’est une grande première.

Meilleure BO

 Le Pont Des Espions – Thomas Newman

side_oscarCarol – Carter Burwell

Les 8 Salopards – Ennio Morricone

Sicario – Johann Johannsson

Star Wars: Le Réveil de la Force – John Williams

Meilleure chanson originale

Earned It (50 Nuances De Grey), musique et paroles par Abel Tesfaye, Ahmad Balshe, Jason Daheala Quenneville et Stephan Moccio

Manta Ray (Racing Extinction), musique par J. Ralph et paroles par Antony Hegarty

Til it Happens to You (The Hunting Ground), musique et paroles par David Lang

Simple Song #3 (Youth), musique et paroles par Diane Warren et Lady Gaga

Writing’s On the Wall (007 Spectre), musique et paroles par Jimmy Napes et Sam Smith

La cérémonie aura lieu le dimanche 28 février 2016 au Dolby Theatre (Los Angeles).

Didier Bianay

bianaydidier.com

Le thème ensorcelant d’Harry Potter

Musiques De Films Légendaires

John Williams

John Williams

Assez récent, le thème d’Harry Potter est devenu un incontournable pour les amateurs de musiques de films et par extension pour les fans de Cinéma.

Oui ces temps-ci je parle beaucoup de John Williams, mais que voulez-vous, c’est la loi des séries. Bon là il s’agit d’un film, que dis-je toute une saga, celle d’Harry Potter, ses 8 volets et son Hedwig’s Theme qui est de surcroît le thème principal. Un poil de féérie, des harmonies parfois étranges et mystérieuses, du lyrisme, de la malice et des coups de boutoirs épiques…, cette musique-thème non seulement se fond dans le reste de la BO mais résume à elle seule le contenu émotionnel des aventures de cet apprenti sorcier né de l’imagination de J.K. Rowling, pendant que son train se faisait attendre.

Mais s’il y a un qui n’a jamais un train de retard c’est bien Williams qui, en 2002, s’est donné une double chance de décrocher l’oscar en ajoutant et à la BO d’Harry Potter 1 celle plus tourmentée et un poil plus moderne d’A.I. Intelligence Artificielle, montrant sa capacité à s’adapter à 2 mondes totalement différents. Malheureusement pour lui il repartira bredouille, devancé par l’exceptionnelle partition d’Howard Shore pour Le Seigneur des Anneaux 1. Il fallait au moins ça pour battre le grand manitou ce soir-là…

Cette juteuse BO qui a particulièrement envoûté les charts canadiens et britanniques reste un modèle-type de ce que peut fournir la créativité fertile de John Williams et a influencé le reste de la saga avec une kyrielle de thèmes pour les principaux personnages, leitmotifs qui ont perduré sur les volets suivants quand bien même Williams s’est arrêté au 3ème chapitre. Car il était impensable pour ses successeurs, Patrick Doyle, Nicholas Hooper et Alexandre Desplat, de faire disparaître des airs déjà devenus cultes pour toute une jeune génération…

Didier Bianay

bianaydidier.com

Première Écoute : La BO de Star Wars 7

Première Écoute

star wars 7 pochetteJohn Williams revient en force avec cette BO du 7ème opus de la saga Star Wars, en restant fidèle au style musical de la franchise.

Précis, versatile, complexe et… bien trippant

Ce n’est pas de la musique au mètre mais de la musique au millimètre que nous propose là John Williams, le compositeur ayant été hyper précis non seulement au niveau du timing mais aussi au niveau émotionnel, afin de se soustraire avant tout à l’image. Ce qui explique le caractère extrêmement versatile des compositions d’action, versatilité qui est maîtrisée par une adresse d’écriture indéniable. Et il fallait bien être adroit pour organiser les phases très agitées des morceaux les plus tourmentés tels I Can Fly Anything, The Falcon, The Rathtars !, The Ways Of The Force, Sherzo For X-Wings et The Jedi Steps And Finale avec en prime des rythmiques occasionnellement indépendantes entre groupes d’instruments… Bref un sacré casse-tête dont Williams a le secret, incité qu’il fut par le réalisateur J.J. Abrams qui lui a donné pratiquement carte blanche : « Just do your things ». 4 mots qui signifient des centaines d’idées dans l’imagination fertile de ce taulier de la Musique de Film de 83 ans… Ce dernier a même avoué ne pas avoir eu à relire ses anciennes partitions, faisant juste appel à sa longue expérience dans la musique d’aventure ; et l’aventure il nous l’a bien fait sentir, ses mitraillements de cuivres rendant certaines scènes de bataille excitantes, voire même jouissives.

Saveurs d’antan et nouveautés croustillantes

La BO de Star Wars 7 renoue avec les grandes partitions anciennes de l’âge d’or de la Musique de Film. Mais il était aussi important pour le compositeur qu’elle renoue surtout avec les partitions des épisodes précédents en gardant quelques anciens motifs mélodiques comme celui de Leïa, de Han et Léia, de la Force ou encore le Rebel Fanfare, ce sont ceux qui reviennent le plus, sans oublier évidemment le thème principal de la saga. Mais qui dit Star Wars 7 dit nouveaux personnages, et qui dit nouveaux personnages dit aussi nouveaux thèmes et à ce niveau-là John Williams a aussi fait un boulot satisfaisant, avec tout d’abord le thème de la nouvelle héroïne Rey qui oscille toujours entre courage et sensibilité lyrique. La mélodie révolutionnaire développée dans l’excellent March Of The Resistance n’est pas en reste non plus car très engagée et très reconnaissable. Ce dernier attribut est très important et le fait qu’il manque au thème du cruel Kylo Ren le prouve. En effet dans une BO qui, comme celles d’antan, comporte beaucoup d’arrangements très mélodiques, ce thème peu évident a du mal à émerger sauf à grands renforts de cuivres graves et écrasantes, mais aussi est moins mémorisable et mémorable que celui de son grand père Dark Vador. Enfin les 77 minutes de musique laisse aussi entrevoir quelques belles envolées lyriques et dramatiques avec bien-sûr un bon travail sur les bois pour la touche tendresse, le tout sans faire appel à aucun synthétiseur, ce qui est aussi un attachement au style old school ; mais l’orchestration est tellement diversifiée et subtile qu’on les oublie complètement.

L’empereur John Williams a donc tué tout le monde avec cette BO de Star Wars 7, grâce à une technicité nullement égalée cette année. C’est aussi un retour aux grandes partitions à l’ancienne et une large victoire du tout-symphonique, de quoi bien terminer l’année pour les amateurs de musiques de films et bien commencer l’année suivante pour le compositeur, sa côte aux Oscars étant à 1/1…

Didier Bianay

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine …

Le Récap’

18/12 Le jour du retour du maestro John Williams avec la BO du 7ème volet de la mythique saga Star Wars. Ennio Morricone aussi a marqué la rubrique Dernières Sorties d’hier avec la bande son des Huit Salopards.

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

Julian WassAnimalsPhil Matarese 

Tim Hecker – The Free WorldJason Lew

Victor ReyesThe Night Manager – Susanne Bier

Michael Brook*TallulahSian Heder**

Trevor Morris Goon: Last of the Enforcers Jay Baruchel

Brian Tyler – Under the GunStephanie Soechtig

Fil EislerCHiPsDax Shepard

Toby ChuUnforgettableDenise Di Novi***

Burt Bacharach – PoJohn Asher

Nicholas Britell****The Free State of JonesGary Ross

* En 2008 il passe pas loin du Golden Globe avec la BO d’Into The Wild

** Co productrice, scénariste et éditrice de scénarios de la série Orange Is The New Black

*** Mme Di Novi a le nez creux, elle qui a produit quelques beaux succès inattendus tels Edward Aux Mains d’Argent, Ed Wood, Diversion, ou encore Crazy, Stupid, Love

**** On l’entendra prochainement dans le film événement The Big Short : Le Casse Du Siècle

Didier Bianay

bianaydidier.com

Dernières sorties BO (18/12/15)

STAR WARS 7h

Star Wars : Episode VII – Le Réveil de la Force – John Williams  

Walt Disney Records (18 décembre 2015)

Les Huit Salopards – Ennio Morricone 

Decca Records (18 décembre 2015)

Concussion – James Newton Howard  

Sony Classical (18 décembre 2015)

The Revenant – Ryuichi Sakamoto et Alva Noto 

Milan Records (18 décembre 2015)

Le Grand Jeu – Morando & Villeneuve 

True Velvet Records (16 décembre 2015) En Digital

Joy – West Dylan Thordson & David Campbell

Blake Mills Abkco (18 décembre 2015) En Digital

Palmeras En La Nieve – Lucas Vidal

Warner (18 décembre 2015) CD et Digital

Poker Night – Scott Glasgow

MovieScore Media (18 décembre 2015) En Digital

Source : cinezik.org et underscore.fr

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine …

 Le Récap’

18/03 Ont été mentionnées dans la rubrique Dernières Sorties les parutions de la BO d’Insurgent de Joseph Trapanese et de l’album de Fast and Furious 7.

Alexandre Desplat Star Wars Rogue OneGareth Edwards

Alan Menken Beauty and the Beast Bill Condon 

Joseph Trapanese Straight Outta Compton F. Gary Gray

Mac Quayle*Mr. Robot Sam Esmail

Thomas Newman Bridge of Spies Steven Spielberg

John Williams The BFG Steven Spielberg

Rolfe Kent Tibetan Rock Dog Ash Brannon

Michael Andrews HeadlockMark Polish

Mark Isham PapaBob Yari**

* Sur 300 morceaux auxquels il a participé, Mac Quayle enregistre plus de 40 places de numéro 1 au Billboard Dance Hits

** Il retourne derrière la caméra 26 ans après Mind Games

Didier Bianay

Star Wars Rogue One : 4 raisons pour lesquelles Desplat est un bon choix

Dossiers

Star-Wars-logo 2

Cela n’a échappé à aucun cinéphile ces derniers jours : John Williams ne sera pas aux commandes de la BO de Star Wars Rogue One et se voit remplacé par Alexandre Desplat pour ce spin-off. Un spin-off késako ? Un spin-off est un film ou une série dérivée qui reprend les personnages d’une série originale mais dans un univers différent. Un exemple récent, la série Chicago Police Department qui se focalise sur certains personnages de Chicago Fire. Si aucun synopsis n’a été révélé, il semblerait que Rogue One développera l’histoire d’un des pilotes connu de la saga. Concernant le casting on est pas loin, pour l’heure, du vide intersidéral puisque seul Felicity Jones est confirmée, outre bien sûr Alexandre Desplat. Mais alors pourquoi ce remplacement par Desplat ? Voici 4 raisons qui prouvent que c’est un choix judicieux.

L’après John Williams est inévitable

Le compositeur attitré de Star Wars a 83 ans et lève logiquement le pied concernant sa filmographie, ayant tendance à s’éloigner du Cinéma et de ses délais infernaux. Il a pris son temps et du plaisir à composer pour La Voleuse de Livres, un projet qui lui tenait à cœur, puis s’est engagé pour le très attendu Star Wars VII qui sortira cet été. Il compose pour St James Place qui paraîtra cet automne et la rumeur l’annonce sur Indiana Jones 5 (2016). Mais John Williams est surtout proche d’une retraite bien méritée et le gros bébé de Georges Lucas ne va pas s’arrêter de grandir ces prochaines années, parole de la Walt Disney Company désormais propriétaire de Lucasfilm. Alors il faut remplacer le maître, et en douceur, avec un spin-off qui va initier le remplaçant à l’univers Star Wars.

Alexandre Desplat

Alexandre Desplat

L’expérience de Desplat…

Très bien installé dans l’industrie cinématographique hollywoodienne, Desplat a eu l’occasion de travailler sur des grosses productions américaines parmi lesquelles figurent Twilight: Tentation, Zero Dark ThirtyL’Étrange Histoire de Benjamin Button, Harry Potter et les reliques de la mort (1ère partie).  Mais lorsqu’on se dépayse avec les BO d’Argo, de Godzilla et du Grand Budapest Hotel on a la certitude que Desplat peut s’attaquer à n’importe quel horizon musical sans partir dans le décor. Son talent pour la musique à l’image a été maintes fois salué, le natif de Paris en est actuellement à 67 récompenses dont 1 oscar récemment.  Une grande expérience et un talent reconnu… il faut aux moins ça pour s’attaquer à du Star Wars, car on ne prend pas le premier venu…

… son style hybride…

Desplat c’est le compositeur de la réconciliation. Celle entre le style old school, orchestral, mélodique, gargantuesque et complexe dont John Williams est l’empereur et le style new school, plus minimaliste, plus musclé, plus électronique et plus sombre façon Brian Tyler. Et cela est assez frappant dans sa discographie où il est capable de confronter les 2 styles avec une aisance qui plaît les afficionados des 2 camps. Mais c’est bien le style mélodieux qui est de plus en plus recherché par les réalisateurs outre-Atlantique, et pas que pour des films romantiques… Si les producteurs recherchent un compositeur sachant proposer une grande partition orchestrale avec une bonne touche de modernité, Desplat est sans doute le compositeur qui peut offrir le meilleur compromis.

… et sa complicité avec Gareth Edwards

Cela est tres important pour une bande son de qualité. L’alchimie qui existe entre certains réalisateurs et certains compositeurs est un phénomène avéré, les deux s’inspirant mutuellement. Ayant collaboré ensemble sur Godzilla on y sent un Desplat assez libéré, symphonique et gourmant, qui ne s’est pas senti obliger d’imprimer un style moderne a ce reboot, mais qui a plutôt privilégié le style orchestral et une technique plus acoustique pour certains effets qu’il aurait été si simple de faire avec du sound design (gémissements de violons, clameurs des chœurs etc.). Gareth Edwards lui laissant une grande liberté et étant souvent friand de ses nouvelles idées, nul doute que Desplat continuera de proposer de belles choses avec ce réalisateur comme il se plaît bien avec l’univers de Wes Anderson.

Alors j’espère que j’aurais rassuré les plus sceptiques avec ces 4 raisons. En tout cas il faudra forcément un successeur à John Williams et je ne parle pas que de Star Wars VIII mais du bon paquet de spin-offs et autres épisodes d’ores et déjà annoncés et dont les musiques seront très attendues par les oreilles exigeantes des nombreux fans de la saga. Et vu son vécu, ses qualités et son sens du challenge, Desplat se trouve être un compositeur taillé pour Rogue One.

Roger

Didier Bianay

Historique et Sacré

Musiques De Films Légendaires

John Williams

John Williams

Un des thèmes les plus célèbres du 7ème Art signé Monsieur John Williams ! C’est de cela que je vais vous parler avec la musique thème des Aventuriers de l’Arche perdue.

Surnommée le Raiders March, cette composition est en fait une combinaison de 2 thèmes qui s’emboitent par des arrangements musicaux brillants, représentant tous les 2 l’intrépide Indiana Jones lors de ses actes héroïques. « Ma première tâche sur Les Aventuriers de l’Arche perdue a été de créer un thème reconnaissable pour le personnage d’Indiana Jones (…) Je me rappelle avoir joué pour Steven (Spielberg) une paire d’options au piano. Il les a apprécié et m’a suggéré : « Pourquoi tu ne les utiliserais pas toutes les 2″. Ces 2 musiques sont devenues motif principal et pont de ce que l’on appelle le Raiders March » a déclaré le compositeur à empireonline.com.

Pour une BO assez diversifiée musicalement John Williams décroche en 1982 un Saturn Award et un Grammy. Mais dans la course aux Oscars elle est devancée par celle des Chariots de Feu composé par Vangelis. Un véritable choc des titans musical…

Emmené par des cuivres tranchantes, ce thème a logiquement été reconduit pour les autres volets de la saga Indiana Jones. Cette dernière a vu ses partitions connaitre plusieurs rééditions (en 1995, 2003 et 2008), à grands renforts de traitements audio modernes. Un lifting sonore pour des œuvres qui vieillissent bien, le Raiders March semblant même éternel.

Didier Bianay

reydarts.fr

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine …

Le Récap’

Logo musicinewsCette semaine, si des équipes favorites connaissent le déshonneur… vos compositeurs favoris connaissent les honneurs. Voici le Récap’ :

27/06 Frank Ilfman a reçu un Saturn Award pour sa BO du drame Big Bad Wolves. Pour cette 40ème édition, il a devancé Danny Elfman (Oz the Great and Powerful), John Williams (The Book Thief), Brian Tyler (Iron Man 3, Insaisissables) et Howard Shore (Le Hobbit: La Désolation de Smaug). Pas mal.

27/06 Aaron Zigman (Sex And The City 2) compose pour  le dernier long-métrage de Michael Hoffman, le drame The Best of Me. On doit à ce même réalisateur The Last Station (2009).

27/06 Rendez-vous est fixé au 21 juillet prochain pour les compositeurs Gustavo Dudamel, Gustavo Santaolalla et John Williams. Sous la houlette de Tavis Smiley les 3 hommes participeront à une discussion à propos du métier de compositeur pour le Cinéma et partageront par la même occasion leurs expériences personnelles. L’événement sera public et se tiendra au Bing Theater (Los Angeles).

26/07 William Ross et Alex Kovacs écriront la partition d’Opération Change une série-documentaire de 10 épisodes. Ces 2 compositeurs se sont croisés très souvent depuis l’année dernière, précisément sur les 4 dernières BO de William Ross.

26/06 Le gala des ASCAP a fait beaucoup d’heureux en attribuant des prix aux compositeurs dont les morceaux ont été les plus entendus sur Petit ou Grand Écran. C’est donc logiquement que Bear McCreary (Da Vinci Demons), Dave Porter (Breaking Bad) Steven Price (Gravity), Marco Beltrami (The Wolverine), ou encore Heitor Pereira (Moi, moche et méchant 2) soient repartis le sourire aux lèvres.

25/06 12 compositeurs ont été invités par l’Academy pour compter parmi les plus de 6000 membres de cette institution organisatrice de la cérémonie des Oscars. On retrouve parmi eux Steven Price, Steve Jablonsky, Pharrell Williams, Buck Sanders, Robert Lopez et Kristen Anderson-Lopez.

25/06 Le groupe Pop Rock OneRepublic enregistre actuellement ce qui sera la chanson originale du drame The Giver. On rappelle que c’est Beltrami qui composera la BO de ce film signé Phillip Noyce.

25/06 La parution de la BO de The Internet Own’s Boy a été annoncée dans la rubrique hebdomadaire Dernières Sorties.

25/06 L’Academy rajoute une nouvelle clause qui stipule que les membres de la branche musicale de cette institution ne devraient assister à aucun live des chansons éligibles.

23/06 John Debney composera la BO de The Cobbler ; ce drame est réalisé par Tom McCarthy, un acteur de métier qui en est à sa 4ème expérience derrière la caméra.

23/06 Alexandre Desplat a été désigné pour être le président du Jury du 71ème Festival du Film de Venise. L’événement aura lieu du 27 Août au 6 Septembre 2014.

Didier Bianay

reydarts.fr

Première Écoute : La BO de « La Voleuse De Livres »

la-voleuse-de-livresPremière Écoute

Tendre et aussi dramatique, la BO du film La Voleuse de Livres est assez réussie, partant logiquement favorite dans la course à l’Oscar de la meilleure bande originale.

Ayant beaucoup apprécié La Voleuse de Livres, le roman de Markus Zusak dont le film est inspiré, et ayant eu vent d’une adaptation cinématographique, John Williams s’est proposé personnellement au réalisateur Brian Percival pour réaliser la bande originale de son long métrage. Une nouvelle qui a surpris par le fait que John Williams se soit détaché de Steven Spielberg pour la première fois depuis 2005, du moins en ce qui concerne le cinéma. Et pour son seul gros projet cinématographique de l’année 2013, il a composé une BO qui se révèle un bon cru de 52 minutes, qui s’apprécie de plus en plus avec le temps…

Tendresse et innocence enfantines …

John Williams a mis en place une instrumentation particulière, choisissant en guise d’instruments principaux ceux appartenant au registre Classique (violoncelles, altos, violons, piano, clarinette, flûte, harpe) mais aussi possédant des timbres fragiles, plus aptes à exprimer la sensibilité et l’innocence. En ce qui concerne les cuivres elles sont quasi inexistantes. Et parmi tous les instruments, et sur l’ensemble de la BO, c’est bien le piano qui domine ; c’est d’ailleurs le premier instrument que l’on entend sur i One Small Fact, le premier morceau. C’est sur cette même piste que sont exécutés les thèmes principaux qui reviennent très souvent par la suite. Très tendre i One Small Fact donne le ton avec une harmonie un peu froide mais terriblement attendrissante ; clarinettes, harpe, flûte prennent le relais toujours dans cette même tendresse enfantine et innocente pendant 52 minutes. Ce n’est qu’à partir de la piste 9 dénommée Max and Liesel que l’on s’aperçoit que John Williams a aussi réservé un très joli thème à Max, thème que l’on retrouve dans The Departure of Max, Max Lives et Finale. The Snow Fight et Foot Race font encore plus ressortir les bons moments propres à l’enfance, l’émerveillement de la découverte n’y échappant pas et étant bien dépeint dans Ilsa’s Library, Learning to Read. Mais même ces deux dernières compositions n’affichent pas une humeur totalement gaie, le spectre tragique de la guerre ne pouvant être continuellement ignoré.

… sur fond de drames humains

La BO ne prend jamais un ton virulent même pour décrire l’angoisse dans Book Burning, mais la touche dramatique est pratiquement omniprésente et plus ou moins intense. Malgré une instrumentation et une orchestration qui pourrait être propres aux BO de films féeriques, John Williams esquive justement tout enchantement avec des arrangements aux harmonies froides, qui nous rappelle la dureté omniprésente et plus ou moins palpable de la guerre ; car il y a toujours ces notes malicieuses, ou ces brusques intervalles de notes, surprenant un peu l’oreille et ternissant légèrement les mélodies. Un travail de sape harmonique bien dosé que John Williams a donc dû réaliser pour rester dans le ton dramatique du film tout en maintenant une œuvre agréable à l’écoute, et qui témoigne aussi de l’extrême maîtrise du compositeur. Mais outre l’aspect harmonique, ce sont surtout les cordes (violons, altos, violoncelles) qui se chargent de la teinte dramatique générale de la BO, avec des interprétations modulantes et traînantes, qui leurs confèrent, du coup, des sonorités grinçantes et déprimantes. Poussées un peu plus dans cette optique, cela aboutit à des pièces très touchantes et sombres tels The Train StationRescuing the Book, Rudy is Taken.

John Williams a donc réalisé un bon travail sur cette BO et montre qu’il est un compositeur qui continue de surprendre même après plus de 60 ans de carrière. Bien que les  thèmes principaux reviennent très (trop ?) souvent, les arrangements complexes qui s’articulent autour sont tous simplement monstrueux. Un énorme travail qui s’écoute avec plaisir, les fans de Classique y trouveront leurs comptes et ceux de La Voleuse De Livres aussi, tant l’adéquation avec l’ambiance du film est indiscutable. Ça, les membres de l’Académie l’ont bien noté, reste à savoir si cette partition décrochera l’Oscar de la meilleure BO de l’année écoulée, verdict le 2 mars prochain.

Didier Bianay

reydarts.fr

Oscars 2014 : les compositeurs nominés

News

On sait désormais quelles seront les forces en présence lors de la cérémonie des Oscars 2014 dans les catégories Meilleure bande originale et Meilleure chanson originale. Si Alex Ebert, récent lauréat des Golden Globes, ne sera pas présent, ce ne sera pas le cas de Joni Eareckson Tada, l’invitée surprise, avec Alone Yet Not Alone.

Meilleure bande originale

side_oscarThe Book Thief John Williams

Gravity – Steven Price

Her – William Butler et Owen Pallett

Philomena – Alexandre Desplat

Saving Mr. Banks – Thomas Newman

Meilleure chanson originale

Alone Yet Not AloneAlone Yet Not Alone – Joni Eareckson Tada

HappyDespicable Me 2 – Pharrell Williams

Let It Go – Frozen – Demi Lovato

The Moon SongHer – Karen O

Ordinary Love Mandela : Un Long Chemin Vers La Liberté – U2

La cérémonie se tiendra le 2 mars au Dolby Theater (Los Angeles)

Et puisque tout le monde se demande : Mais c’est quoi cette chanson Alone Yet Not Alone ? :

Didier Bianay

reydarts.fr