Menace (très) pesante…

Coup de Cœur

Michael Giacchino

Michael Giacchino

Dans le style ambiance angoissante j’ai retenu cette compo de Michael Giacchino intitulée Bury the Hatchling. Introduisant la BO de Jurassic World, cette subtile partition possède une juste dose de musicalité.

Mettre une ambiance musicale bien flippante sans faire un désastre demande une sacrée précision d’écriture. Alors le maestro Giacchino altère tout d’abord l’harmonie. En effet, le thème de L’Indominus Rex multiplie des mouvements peu lumineux et froids tels que des secondes mineures, des tierces mineures, des quartes et des quintes mineures, dans une gamme qui n’est finalement ni majeure ni mineure… Déroutante pour les oreilles, peu élégante sur le papier, la trame mélodique ne reste heureusement jamais toute seule mais est toujours soutenue soit par du sound design, soit par des tenues de notes ou d’accords atonaux ; des arrangements secondaires pas plus réjouissants mais qui s’avèrent cruciaux car apportant un enrichissement minimal et une tension adéquate.

Le caractère un peu rêche de l’harmonie se voit de plus adouci par une interprétation majoritairement douce, une manière de jouer introvertie qui va de pair avec le sentiment d’effroi, de crainte d’un danger non explicite mais palpable. C’est d’ailleurs pour s’en tenir à une menace pesante qu’aucun instrument n’emballe vraiment la dynamique du morceau.

Avec en prime des grincements et trémolos de cordes et des violents coups de percus imprévisibles, Bury the Hatchling rassemble bien les codes de la musique d’effroi mais n’en devient pas effroyable, et pourtant il s’en faut toujours d’un pas… Malgré des phrases mélodiques volontairement peu sexy, le compositeur trouve un équilibre musical grâce à un accompagnement sombre, omniprésent et complémentaire. Le tout atteint bien son but : ne pas nous rassurer…

Didier Bianay

Finition impeccable

Coup De Cœur

Michael Giacchino

Michael Giacchino

Aujourd’hui mon coup de cœur va à Nine To Survival Job, sur la BO de Jurassic World composée par Michael Giacchino. Et ce dernier a, à sa manière, bien respecté la tradition de la saga. Voyons comment :

Dans Jurassic Park la dernière scène est toujours très calme et reposante, les héros digèrent leur aventure et les dinosaures digèrent… Dans cette optique Giacchino démarre cette compo sur des harmonies jazzy et planantes ; calmement le piano et la harpe enchaînent des accords très dissonants et sont rejoints tout aussi doucement par les cordes. C’est toujours dans cette même ambiance qu’arrive son thème mélodique qui symbolise les liens familiaux dans le film, prolongé avec tendresse par la flûte.

La phase du milieu (1:20-1:40) a une triple utilité en termes d’ambiance, d’harmonie et de timing. En effet le pianiste maintient une certaine douceur, l’arpège qu’il exécute est en cohérence avec la suite et la répétition de cet arpège sert à réguler le timing des arrangements pour que le grand déballage arrive au bon moment par rapport au scénario. Et quel déballage ! C’est à cet endroit que Giacchino libère les gros dinos de son orchestre, les instruments réputés les plus voraces en décibels, à savoir trompettes, chœurs, trombones, cors, timbales et autres cymbales, pour un final qui assoit le motif principal du film tout en faisant un clin d’œil à celui de John Williams. Le tout donne un épilogue musical inédit qui affiche émerveillement et grandeur.

Et c’est là que Giacchino respecte bien la tradition et l’esprit de Jurassic Park, en veillant sur la fin à retranscrire, malgré la gravité des événements, une vision positive honorant la puissance et la magnificence de la nature.

Didier Bianay

Dernières sorties BO (10/06/15)

jurassic-world 5 h

Jurassic World – Michael Giacchino  

Back Lot Music (9 juin 2015)

London Road – Adam Cork 

Universal Music (8 juin 2015)

Poldark – Anne Dudley (TV)

Sony Classical (8 juin 2015) – CD et digital

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

Giacchino croquera dans « Jurassic World »

Michael Giacchino

Michael Giacchino

News

La BO de Jurassic World sera composée par Michael Giacchino. Pour ce quatrième volet c’est Colin Trevorrow qui est à la réalisation. Le film se déroule 22 ans après les événements du premier épisode et notre Omar Sy national fera partie du casting tout comme Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Jake Johnson, Ty Simpkins, Nick Robinson, Vincent D’Onofrio, Judy Greer et BD Wong. Le film est actuellement en tournage et sortira en juin 2015. Il amorcera un été 2015 qui sera très chaud cinématographiquement parlant, avec tant de gros blockbusters qui vont s’y bousculer…

Michaël Giacchino est le troisième compositeur à écrire une partition pour la Saga Jurassic Park après Don Davis et l’illustre John Williams. Est-il le digne héritier de ce dernier ? Seul l’avenir nous le dira, mais son passé est déjà sacrément fourni pour un compositeur qui n’a que 46 ans. En effet depuis 1995, ce travailleur acharné a déjà à son actif plus d’une centaine de références pour différents types de médias. Il a commencé et continue sa carrière en composant pour des jeux vidéos tels The Lost World, les saga de Medal of Honour et celles de Call of Duty. Au niveau film il a notamment composé les BO de Lost (2004-2010), The Incredibles (2004), Mission: Impossible III (2006), Ratatouille (2007), Star Trek (2009), Cars 2 (2011), Mission: Impossible – Ghost Protocol (2011), et plus récemment Star Trek: Into Darkness. Michael Giachino c’est une Success Story sans fausse note avec une impressionnante collection de prix (42), le plus prestigieux étant cet Oscar qui récompensa son travail sur le film Là-Haut (2009). Michael Giachino c’est aussi une imagination qui semble infinies débouchant sur des partitions généreuses, imprévisibles ou explosives . Avec une évidente préférence pour la musique symphonique, il utilise parfois la large palette d’instruments que constitue un orchestre pour trouver des sonorités originales, aboutissant à des passages loufoques et drôles.

Michael Giacchino c’est finalement un compositeur qui s’éclate dans sa passion qu’est la Musique de Film et qui est encore promis à un grand avenir. Et en parlant d’avenir je finis par mentionner qu’outre Jurassic World, il est attendu sur This Is Where I Leave You (2014), La Planète des Singes : L’Affrontement (2014), Jupiter Ascending (2014) et Tomorrowland (2015).

Didier Bianay

reydarts.fr