88ème cérémonie des Oscars : les compositeurs nominés

News

C’est la 50ème nomination pour John Williams avec cette année la BO de Star Wars 7 en guise de copie. Il est bien entouré puisque l’on retrouve aussi Thomas Newman qui espère remporter enfin l’oscar après 13 nominations. Le récent vainqueur des Golden Globes 2016 est aussi de la partie, Ennio Morricone le vieux briscard que l’on ne présente plus, tout le contraire de Johann Johannsson qui, mine de rien, prend de plus en plus de galon avec une 2ème nomination d’affilée. Enfin pour Carter Burwell c’est une grande première.

Meilleure BO

 Le Pont Des Espions – Thomas Newman

side_oscarCarol – Carter Burwell

Les 8 Salopards – Ennio Morricone

Sicario – Johann Johannsson

Star Wars: Le Réveil de la Force – John Williams

Meilleure chanson originale

Earned It (50 Nuances De Grey), musique et paroles par Abel Tesfaye, Ahmad Balshe, Jason Daheala Quenneville et Stephan Moccio

Manta Ray (Racing Extinction), musique par J. Ralph et paroles par Antony Hegarty

Til it Happens to You (The Hunting Ground), musique et paroles par David Lang

Simple Song #3 (Youth), musique et paroles par Diane Warren et Lady Gaga

Writing’s On the Wall (007 Spectre), musique et paroles par Jimmy Napes et Sam Smith

La cérémonie aura lieu le dimanche 28 février 2016 au Dolby Theatre (Los Angeles).

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Morricone et Smith, la victoire aux 2 visages

News

Comme vous le savez Ennio Morricone et Sam Smith ont décroché respectivement les Golden Globes de la meilleure BO et de la meilleure chanson originale. Analyse de 2 triomphes… bien différents.

Tarantino représentant Morricone aux Golden Globes 2016

Tarantino représentant Morricone aux Golden Globes 2016

Morricone l’emporte en terrain conquis

Après avoir connu le succès sur des classiques tels que Pour Une Poignée de Dollars, Il Était une Fois Dans L’ouest ou encore Le Bon, La Brute et Le Truand, tous les amateurs de Musique de Film savent que le Western c’est son truc ! … même si Ennio Morricone n’avait pas écrit de partition pour le genre depuis 1981. Malgré cette brillante expérience, sa bande originale des 8 Salopards aurait pu ne jamais exister, le compositeur ayant avoué ne pas aimer la manière dont Tarantino utilise ses morceaux dans ses films et ayant un temps balayé l’idée d’une possible collaboration après Django Unchained. De son coté, le génial réalisateur est réputé pour faire peu de cas de la musique à l’Image préférant emprunter à sa guise un panel de musiques contemporaines aux styles variés. Ce n’est qu’au début de l’été 2015 que les 2 géants se sont finalement réconciliés pour collaborer sur le projet. Au final les contributions de Morricone sur l’album se sont avérées rétro, aigres, hypnotiques, tantôt dérangées, tantôt posées et penchent plutôt vers la musique d’ambiance, autour d’un thème principal curieux et un poil obsédant. Le compositeur a donc fait le choix d’une musique tourmentée pour accompagner des personnages qui le sont aussi, et ça lui a bien réussit.

Sam Smith

Sam Smith

Sam Smith promu en terre inconnue

Beaucoup plus jeune que Morricone, Sam Smith a lui décroché la récompense pour la chanson originale de 007 Spectre ; une première expérience dans le Cinéma qui avait fait l’objet d’un article dans la section Coup De Cœur de M-C-N et qui avait aussi fait quelques déçu chez les fans de la saga. Pas assez remuant pour une chanson Bondienne disent les inconditionnels… ce qui n’a pas empêché le single de faire son chemin dans les charts internationaux, plus difficilement que Skyfall toutefois, ne battant le titre d’Adèle qu’en Grande-Bretagne où il atteignit la place de leader peu après sa sortie. Pour ce crooner, la présence des tubes pandémiques Love Me Like You Do et See You Again avait même de quoi le pousser au désespoir : « Honnêtement, sérieusement, je n’aurais même pas pensé que nous allions le remporter. Cela a été la nuit la plus intéressante de ma vie. C’est génial ». Ce qui est aussi génial dans la contribution de Sam Smith c’est qu’il a su garder son identité, et a apporté sa sensibilité pour introduire Spectre. Dramatique, lyrique, Writing’s On The Wall s’est trouvé au final plus comme un prolongement de la BO que comme un titre à visée commerciale ; et comme James Bond il s’en est bien tiré, même face à l’adversité…

Didier Bianay

bianaydidier.com