2 BO recommandées

(n°1152)

Bandes Originales Recommandées

  

Mr. Robot (Vol.7) – Mac Quayle 

Mac Quayle, Sam Esmail, et Mr Robot, une connivence artistique qui fait mouche depuis 4 ans car c’était déjà pour une composition de la bande-son de la saison 1 que le compositeur avait décroché un Emmy en septembre 2016. Avec le volume 7 qui reprend des compositions des 6 premiers épisodes de la saison 4, Mac Quayle propose à nouveau une BO électronique sombre et mystérieuse un poil lugubre, parfois cristalline. De la vrai musique de Thriller agrémentée d’un impressionnant panel de sonorités électroniques, souvent saturées et d’une certaine rondeur qui laisse à penser qu’il tient là le meilleur volume des 7 sortis jusqu’alors, surtout par l’amélioration de la qualité sonore et un mixage plus atmosphérique. Mac Quayle montre donc qu’il ne s’endort pas sur sa statuette et qu’il reste un grand manitou de l’électro, capable qu’il est de donner une âme à ses sonorités électroniques sans donner l’impression de forcer, mais avec une plus profonde réflexion autour de leurs caractères.

Dr. Stone Original Soundtrack 2 – Tatsuya Katō, Hiroaki Tsutsumi et Yuki Kanesaka 

Un trio de compositeurs chanceux, très chanceux, pour une intrigue ou peu de personnages ont survécu à une apocalypse de pétrification, car grand intérêt à été porté à la musique à en juger par la quantité fournie sur ce volume 2 qui propose près de 2 heures de musique, après les 1h15 du volume 1 pour cette même première saison… Et pas de quoi s’ennuyer puisqu’une grande diversité de sonorités est proposée avec, en plus des instruments de l’orchestre symphonique, une belle collection d’instruments et de percussions issus des quatre coins du monde tout comme des genres musicaux variés, Pop, Jazz, Rap ou même Reggae etc.. L’usage parcimonieux de l’instrumentation représente l’isolement des personnages et est réhaussé par une certaine positivité que met en exergue les arrangements du score et des chansons originales engageantes et inspirantes. À cette partition plutôt lumineuse et poétique, vu le concept, s’ajoutent tout de même de convaincantes séquences épiques ou inquiétantes surtout à la toute fin de la BO, trahissant les nouveaux défis d’un nouveau monde.

Didier Bianay

bianaydidier.com