(Le cousin) Impérial

(n°703)

Coup de Cœur

michael giacchino 2

Michael Giacchino

Pour les besoins de Rogue One Michael Giacchino a composé un morceau qui n’est pas passé inaperçu, l’Imperial Suite, un thème qui s’avère techniquement être le cousin de l’Imperial March. Analyse :

Il ne faut pas forcément être un expert pour dénicher des brins d’ADN communs entre la légendaire composition de John Williams et ce nouveau thème de Michael Giacchino. Tout d’abord on retrouve en plein milieu de l’Imperial Suite un arrangement dérivé de l’Imperial March, réalisé une première fois au calme (de 1:17 à 1:25), puis une deuxième fois, plus explicite, à grand renfort de trompettes (de 1:38 à 1:46). De plus dans le fond des 2 morceaux on retrouve un rythme ressemblant sur caisse claire, les mêmes interprétations très véloces et affolées des cordes et des bois pour dépeindre la notion de crainte qu’inspire les forces obscures, et que dire de ces mitraillements de notes… so Star Wars.

Mais le plus audible c’est quand même bien la prédominance des cuivres dans les 2 œuvres, qui accaparent une bonne majorité de la ligne mélodique. Mais sur ce dernier point il y a un petit bémol, c’est que Giacchino donne le premier rôle à une combinaison trombones/cors quand Williams penche pour un alliance trombones/trompettes, tout un symbole de la principale différence entre les 2 compositeurs ; car c’est d’abord là que Giacchino, bien qu’adepte de Williams, imprime son style en optant comme à son habitude pour des sonorités orchestrales très grasses et musclées. Ici elles sont exacerbées par ces lourds tamponnages (ex. de 0:17 à 0:25) dans les refrains et une utlisation des timbales dans un registre plus grondant que ne l’avait fait Williams pour la Marche Impériale ; et le tout a le mérite de donner une ambiance plus pesante, plus intimidante que le thème de Dark Vador.

Finalement le Seigneur Noir des Sith est bien derrière l’inspiration de ces 2 morceaux mais l’enfantement de L’Imperial Suite était nécessaire non seulement pour accompagner les exactions de L’Empire mais aussi pour proposer une alternative à un Imperial March déjà abondamment utilisé dans la saga ; d’où cet air de famille…

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Impérial

(n°698)

Musiques de Films Légendaires

John+Williams

John Williams

Il fallait y être le 29 avril 1980 au Symphony Hall de Boston pour entendre pour la toute première fois la Marche Impériale, 3 semaines avant la sortie de l’épisode 5 de Star Wars. Composée par John Williams et interprétée ce soir-la par le prestigieux Boston Pops Orchestra, elle est devenue une œuvre mythique au panthéon de la Musique de Film. C’est l’une de ses œuvres qui a rapporté à Williams le plus de reconnaissance et le plus de… droits d’auteur tant elle est rentrée dans la culture populaire et a été reprise d’innombrables fois par des artistes mais surtout par des franchises sportives nord-américaines au début des matches.

Mais en ce qui concerne son utilisation dans la saga, elle s’est faite à reculons forcément puisque le personnage est au cœur de la première trilogie 4, 5, 6 avant l’arrivée des préquels. Et toute la difficulté pour John Williams est venue à la préparation de l’épisode 1 lorsqu’il s’agissait donc de réaliser le thème du jeune et innocent Anakin Skywalker sans se départir du sinistre thème qui illustre son avenir. Il avait alors proposé un antécédent (vidéo ci-dessous) comportant une mélodie un brin instable mais lumineuse ponctuée par une insistance de plus en plus pressante de 4 notes bien explicites, avant que le tout ne meure sur le souffle très discret de qui vous savez… Ultérieurement, pour les épisodes 2 et 3, le compositeur a rendu le thème de plus en plus évident au fur et à mesure qu’Anakin s’assombrissait. Utilisé à plusieurs reprises dans le récent spin-off Rogue One, il a été très peu entendu dans le 7 qui est de loin postérieur à la mort du funeste empereur et a peu de chance d’être à nouveau entendu dans les épisodes 8 et 9 ; mais son empreinte incisive et sombre encore nous hantera…

Didier Bianay

bianaydidier.com