2 BO recommandées

(n°778)

Bandes Originales Recommandées

   

Valérian et la Cité des Mille Planètes – Alexandre Desplat et artistes variés

33 ans que l’Orchestre philarmonique de Radio France ne s’était frotté à la Musique de Film ; cela ne signifie pas que dans cet univers il ne valait rien mais juste que l’ensemble musical dirigé par Mikko Franck se focalise habituellement sur les activités pédagogiques et les concerts ; un honneur pour Desplat donc qui s’est attaché les services de 95 de ses musiciens afin d’offrir au spectateur une expérience auditive riche et prenante. En effet, l’orchestration du parisien est très créative et ne manque pas de laisser, dans les moments les plus calmes, la place à tout type de bois et aux synthés, une multitude de sonorités toujours appréciable sur une BO. De plus, outre le côté très mélodique voulu par Besson, le compositeur a gardé un fil conducteur bien audible selon lequel l’aventure s’accompagne de cuivres virils, de percussions nerveuses et de phrases aux cordes supraluminiques, des passages épiques réussis à l’impact indéniable. Pour sa première avec Desplat, Luc Besson a ainsi accordé une grande liberté au compositeur dont on perçoit la variété du langage musical que lui a insufflé ce film de science-fiction pure.

Enfin, on retrouve aussi dans ce coffret 2 volumes des emprunts à des artistes de divers horizons tel David Bowie, Wycleff Jean, Charles Bradley parmi lesquels les œuvres originales de Cara Delevingne (I Feel Everything), d’Alexiane (A Million On My Soul) et de Julien Rey (Bubble Dance) font plutôt bonnes figures.

Rappel

The Monkey King 2 – Christopher Young (Le vétéran Young sur NEW-GEN)

« Pour le dernier cité il a, on peut le dire, renoué avec la Musique de Film old school car sa partition a été d’une expressivité permanente qui fait plus penser aux anciennes BO même pour le genre Aventure. Nouant avec les éléments de la culture musicale chinoise il les a incorporés au style occidental par touches pour infuser une saveur asiatique à la partition sans tomber dans la caricature ou donner l’impression d’un mélange forcé. Un exemple de métissage musical qui démontre la profondeur du travail de documentation du compositeur et réaffirme sa capacité d’adaptation. »

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités