Golden Globes 2018 : les bonnes habitudes de Desplat, Pasek et Paul

(n°864)

News

Alexandre Desplat et le duo Ben Pasek – Justin Paul ont chacun reçu leurs 2ème Golden Globes, bien que leurs parcours soient opposés.

Tous d’abord il y a notre Desplat national qu’on ne présente plus. Grand habitué des Golden Globes, où il enregistrait sa 9ème participation hier soir, il lui aura fallu attendre 11 ans pour enfin décrocher un 2ème sacre. Dans un plateau relevé avec comme concurrents d’autres grands noms de la Musique de Film comme Hans Zimmer (Dunkerque), John Williams (Pentagon Papers) et Carter Burwell (3 Billboards, Les Panneaux de la Vengeance), le français (La Forme de L’eau) a réussi à se détacher en marquant les esprits par sa bande originale acidulée, nous emportant dans une féérie et un romantisme à toute épreuve… « Ce film traite de l’amour. Rien d’autre. Amour. Partage. Humanisme et respect. La musique devait transmettre cela », s’est-il exprimé après cette 75ème édition. C’est dans cette optique que ce flûtiste de formation a donné beaucoup de champ à différents timbres de bois, naturellement sensibles, sans même proposer un son imposant dans les scènes les plus brutales, l’absence de trompettes aidant. Ainsi l’idée de l’eau était autant présente à travers les mouvements incessants de la caméra que dans la puissance limitée d’un orchestre semblant constamment immergé, selon les dires du compositeur à billboard.com. Très typée et sentant bon les ambitieuses BO d’antan, la partition de Desplat continu d’enchaîner les places d’honneur et les récompenses ces dernières semaines. Plutôt bon signe en vue des Oscars dont les nominations arrivent le 23 Janvier.

Eux aussi ont déjà goûté à un triomphe aux Golden Globes, il s’agit du tandem de paroliers Benj Pasek et Justin Paul à qui on doit les paroles de City Of Stars. À l’aise dans l’univers des comédies musicales ils enregistrent un 2ème succès d’affilé avec la chanson This Is Me qui, par son mastering ultra compressé et son chorus déchaîné, marque le biopic The Greatest Showman. La rétribution de ce véritable hymne à la confiance en soi, rempli de mots forts, est le symbole d’une belle année 2017 pour les 2 hommes, quasi inconnus il y a un an et demi. À l’entame de l’année de leurs 33 ans, Pasek et Paul continuent donc de s’affirmer comme des paroliers précieux et la rumeur les verrais même du côté de Disney pour les prochains Blanche Neige et Aladdin.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s