44ème cérémonie des Annie Awards : Nominations

(n°679)

News

C’est bientôt l’heure de récompenser ce qui s’est fait de mieux dans les programmes d’animation cette année, que ce soit au ciné ou à la télé. Pour ces 44ème Annies on a l’agréable surprise de voir figurer le jeune compositeur français Laurent Perez Del Mar. De son côté Alexandre Desplat enregistre ses 2ème et 3ème nominations. Voici ci-dessous uniquement les catégories musicales :

annie awardsMusique pour un film d’animation

Kristopher Carter, Lolita Ritmanis et Michael McCuistion – Batman: Return of the Caped Crusaders 

Joby Talbot – Tous En Scène


Hans Zimmer, Richard Harvey et Camille – Le Petit Prince 

Laurent Perez Del Mar – La Tortue Rouge

Alexandre Desplat – Comme Des Bêtes

Musique pour un téléfilm ou série d’animation

Loren Bouchard et John Dylan Keith – Bob’s Burgers 

Christopher Willis – Mickey Mouse

Alexandre Desplat et Tim Davies – Trollhunters

Scot Stafford, Alexis Harte et JJ Wiesler – Pearl


Kevin Kiner
 – Star Wars Rebels (Episode: #2-24: Twilight of the Apprentice)

Il ne reste plus qu’aux nominés à patienter 2 longs mois avant les résultats qui seront anoncés le 4 février 2017, lors de la cérémonie des Annies au UCLA’s Royce Hall (Los Angeles).

Didier Bianay

bianaydidier.com

Publicités

Première Écoute : La BO des « Enfants De La Chance »

(n°678)

Première Écoute

les-enfants-de-la-chancePour sa première BO de long métrage Adrien Bekerman a frappé fort en proposant un travail particulièrement mélodieux. Entre nostalgie lyrique et noirceur ponctuelle, il n’a pas manqué d’apporter une approche intelligente sur des pistes plus joyeuses.

Perfusion lyrique et mélancolique

À entendre le morceau Solitude, on sent déjà que ça commence bien, car ce morceau d’ouverture qui expose un des thèmes principaux est particulièrement réussi. Mais il n’est qu’un apercu des excellentes séquences lyriques qui suivront dans les morceaux Arrivée À L’hôpital, Madeleine, Les Histoires Du Dortoir, Flashback, Adieu Samuel et Tante Regina. Le plus souvent Adrien Bekerman utilise piano et violons pour illustrer un lyrisme plutôt mélancolique ou innocent. Le compositeur donne aussi quelques places à la clarinette dans le même but lorsque de fréquentes tenues de violons sont plutôt bonnes à illustrer un certain dramatisme, et que dire des remarquables jeux larmoyants de ces instruments à cordes dans La Rafle. Dans l’ensemble la BO atteint rarement une forte intensité malgré l’orchestre de Paris ; normal cette intrigue basée sur la tendresse et la bonté milite peu pour des envahissements de sonorités massives et s’allie plus à un style sentimental très français, que Bekerman a fièrement retranscrit. 

Diagnostic intelligent

Les Enfants De La Chance rentre plutôt de la catégorie Dramédie, entre Drame et Comédie, un genre cinématographique qui peut faire passer du rire à la tristesse en peu de temps. On trouve dans la BO plusieurs compositions courtes qui auraient pu desservir le compositeur s’il n’avait pas suffisamment d’imagination et de diversité musicale pour donner à chacune d’entre elles un univers très marqué, plus ou moins gai, capable de souligner fortement certaines scènes importantes du film ; c’est particulièrement le cas dans le précité La Rafle et aussi dans Occupation qui ramènent bien à la dure cruauté de l’époque quand, à l’inverse, Évasion semble jouer ironiquement avec les codes et arpèges des films d’espionnage et d’aventures. On trouve aussi dans cette bande-son quelque chose d’intelligent dans l’utilisation de l’accordéon, volontairement imparfait et enfantin dans la chanson-thème Chanson Du Dortoir et dans ses dérivées, Les Carottes, Je Guérirai et Les Bergers Allemands. Mais la perfection de l’imperfection est pleinement atteinte dans les irrégularités rythmiques judicieuses de La Valse Du Bourré ponctuées d’un accord bien brouillon conforme au contexte. Elle est aussi là la force de la partition d’Adrien Bekerman, de savoir suivre un contexte à la trace, ce qui donne à la musique du film une grande variété de tons et un certain réalisme finalement.

Les 40 minutes de la BO de ce compositeur passent bien ma foi, nous montrant la large étendue de ses capacités, et ce dès son premier long métrage ; et ce n’est pas la chance du débutant vu son passé studieux et ses expériences au service de compositeurs respectés. Un premier long métrage qui ne sera sans doute pas le dernier et je serais pas étonné de voir le petit dernier faire partie des premiers dans la course au César de la meilleure musique alitée musicalité.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine…

(n°677)

Le Récap’

25/11 Pas de grands noms dans la rubrique sorties BO de vendredi, mais ici on parle de tout le monde, isn’t it ?… Ce jour est paru l’album du film La Fine Équipe avec les participations d’Oxmo Puccino, Jérôme Bensoussan et Côme Aguiar. Autre parution à souligner celle de la BO de la dramédie Les Enfants De La Chance, signée Adrien Bekerman.

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

Jeff ToyneNine ElevenMartin Guigui 

Iggy Pop* (chanson originale) – Gold – Stephen Gaghan**

Christopher GordonOut Of The Shadows Dee McLachlan 

Kim Allen Kluge et Katherine Kluge Silence Martin Scorsese

Benjamin Wallfisch Annabelle 2 David F. Sandberg***

Jeff Russo The Three Christs of Ypsilanti Jon Avnet 

* Célèbre chanteur de Rock qui a eu l’occasion quelques fois de composer à l’Image comme sur les docus To Stay Alive: A Method (2016) et Derniers Mots (2008), le jeu vidéo Gran Turismo 3: A-Spec (2001), ou encore le long métrage de Johnny Depp, The Brave (1997)

** En 2001 il gagne l’oscar du meilleur scénario adapté pour son travail sur Traffic

*** Le réalisateur du récent film d’horreur Dans Le Noir

Didier Bianay

bianaydidier.com

Dernières sorties BO (25/11/16)

la-fine-equipeh

La Fine Équipe – Oxmo Puccino, Jérôme Bensoussan, Côme Aguiar (Album)

Blue Monday Productions (25 Novembre 2016)

Les Enfants De La Chance – Adrien Bekerman

Milan Music (25 Novembre 2016)

Pays – Simon Bertrand

Silverstag (19 Novembre 2016)

Mob Psycho 100 – Kenji Kawai

Warner (23 Novembre 2016) 2 CD

Source : cinezik.org et underscore.fr

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

bianaydidier.com

Le prometteur Jeff Toyne sur « Nine Eleven »

(n°675)

News

Jeff Toyne

Jeff Toyne

Jeff Toyne vient de boucler la BO du drame Nine Eleven, réalisé par Martin Guigui. Comme son nom le laisse deviner Nine Eleven aura pour contexte les attentats du 11 Septembre et suivra un groupe de 5 personnes coincées dans un ascenseur d’une des tours, luttant pour la survie. Charlie Sheen, Whoopi Goldberg, Luis Guzman, Wood Harris, Olga Fonda, Jacqueline Bisset et Gina Gershon sont les principaux acteurs de ce long métrage à paraître l’année prochaine.

Né en 1975 à Sault Ste. Marie, le compositeur canadien est certes peu connu mais est loin d’être un novice dans la Musique de Film, puisque sa carrière dure maintenant depuis 1999. S’il n’a jamais écrit pour des gros films il demeure un compositeur à suivre pour plusieurs raisons. Déjà parce qu’il a côtoyé étroitement des tauliers tels Ed Shearmur, Jerry Goldsmith et récemment, à plusieurs reprises, Brian Tyler ; pas mal pour apprendre les subtilités du métier… Puis aussi parce qu’il est un compositeur au style assez joviale, très mélodieux, qui capte l’attention par ses nombreuses variations orchestrales. Récemment sur HD1 est passé le biopic sur JK Rowling, J.K. Rowling: La magie des mots où les téléspectateurs ont pu entendre sa bande-son hybride, tournant autour du fameux thème de John Williams pour Harry Potter avec une féérie symphonique ou un aspect émotionnel plus contemporain et moderne. Pour la face symphonique il eut été intéressant d’entendre son travail avec plus de moyens mais vu le potentiel de ce compositeur, pas de doute que ça viendra.

En attendant son premier film à gros budget Jeff Toyne devra se coltiner encore quelques projets assez urgent comme Thom Pain (Based on Nothing) et 2 téléfilms de Noël, My Christmas Love et Christmas List, c’est de saison… Il continue de travailler sur les séries Rogue et You Me Her.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Christopher Gordon, la perle rare

(n°674)

Dossiers

Christopher Gordon

Christopher Gordon

Il se fait rare dans la Musique de Film l’anglo-australien Christopher Gordon même si son apport est souvent précieux et salué, témoignent les nombreuses nominations et récompenses (13) qu’il a reçues de par ses BO pour Moby Dick, Mao’s Last DancerMaster and Commander : De l’autre côté du monde,  Salem’s Lot et le documentaire Sydney: A Story of a City. C’est surtout au tournant des années 2000 (de 1998 à 2004) qu’il s’est le plus activé pour la musique à l’Image avant une absence encore plus longue de 2004 à 2009. En fait cela tient de la double carrière assumée de ce compositeur qui fut souvent sollicité pour symboliser en musique de grands événements comme le Centenaire de la fédération australienne (2001), la Coupe du monde de Rugby en Australie (2003), les Jeux du Commonwealth (2006) ou encore une trentaine d’oeuvres de concert qu’il a composées pour divers commanditaires depuis 2000 jusqu’à cette année. Sur ces dernières à regarder de plus près on observe un goût pour la promotion d’instruments rarement solistes comme la harpe, le cor, le trombone et autre tuba ; à vrai dire c’est bien le reflet de Christopher Gordon, un amoureux de l’orchestre symphonique qui sait donner une place à tous les instruments par une orchestration fine, maîtrisée, précise et propre. Cela transparaît bien dans ses BO et témoigne d’un compositeur à la technique d’écriture particulièrement poussée.

A l’écouter on se dit que si l’Australie l’a adopté pourvu qu’il n’abandonne pas le Cinéma, mais c’est peu probable pour ce curieux qui aime en l’aventure cinématographique le fait que les « compétences musicales du compositeur soit étirées vers toutes sortes de directions inattendues ». C’est même pour le Cinéma qu’il compose actuellement et le film Out Of The Shadows, ou l’histoire d’un couple dont l’emménagement se trouve contrarié par des forces surnaturelles. Réalisé par Dee McLachlan, ce film d’horreur débarquera l’année prochaine, 4 ans après la dernière et scintillante bande-son de Gordon pour Perfect Mothers.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Dans les annales

(n°673)

Musiques De Films Légendaires

Bruce Springsteen

Bruce Springsteen

Bruce Springsteen a été très loin de capoter avec ce morceau Streets Of Philadelphia qui a fait un carton de part et d’autre de l’Atlantique en 1994. Alors s’il est vrai que le chanteur américain a récolté 1 oscar, 1 Golden Globe, 4 Grammies et une honorable 9ème place au Billboard Hot 100 dans son pays d’origine, c’est surtout en Europe que ce single composé pour le film Philadelphia a imposé sa légende, dominant un temps les charts en Autriche, Belgique, France, Allemagne, Irlande, Italie et en Norvège, sans oublier une place de leader chez le voisin canadien et des places d’honneur dans bien d’autres pays, européens ou non.

Mais Streets Of Philadelphia est plus qu’un tube il est aussi devenu à part entière une figure du Cinéma, vissée au film Philadelphia tout comme à son message. Il faut dire que le chanteur a su si bien capter les désirs du réalisateur Jonathan Demme et le pouls de ce drame inspiré de faits réels traitant du Sida, de l’homosexualité et de l’homophobie ; en effet on retrouve dans cette composition un ensemble d’éléments complices au genre dramatique avec ces tenues de synthé sur des enchaînements d’accords mélancoliques ou encore la voix désabusée et triste de Springsteen alternée aux murmures hantés du refrain. Les paroles non plus ne sont pas en reste, elles qui reprennent poétiquement les thèmes principaux du film de manière touchante, montrant par là à quel point l’humaniste et tolérant Bruce Springsteen épousa cette cause. Un artiste bien choisi pour accompagner le souhait de William Penn qui voulait que ces mêmes qualités aient pour capitale la ville qu’il a fondée, Philadelphie.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine …

(n°672)

Le Récap’

18/11 Que de beau monde ce vendredi, même si la liste des sorties BO n’était pas exceptionnellement longue. Alan Silvestri a sorti sa BO pour le film Alliés alors que le même jour la BO du dernier Disney Vaiana est arrivée, composée par Mark Mancina, Opetaia Foa’i et Lin-Manuel Miranda. Particulièrement au centre de l’actu BO ces temps-ci, James Newton Howard a enregistré la parution de la bande-son du film Les Animaux Fantastiques.

17/11 Les HMMA 2016 ont livré leurs verdicts, voir la liste des vainqueurs ici (catégories principales).

Projets confirmés cette semaine (Compositeur film ou série réalisateur ou créateur)

Anne NikitinCaptiveDoug Liman, Simon Chinn et Jonathan Chinn

Clint MansellGhost in the Shell Rupert Sanders*

Chris BaconTitre non communiquéJonathan Levine**

James Newton HowardRed Sparrow Francis Lawrence

James Newton HowardThe Nutcracker and the Four Realms Lasse Hallström***

James Newton HowardInner CityDan Gilroy****

James Newton HowardLes Animaux FantastiquesDavid Yates

Adam Taylor Before I Fall Ry Russo-Young

* Le réalisateur de Blanche-Neige et le Chasseur

** On lui doit Warm Bodies 

*** L’Œuvre de Dieu, la part du Diable et Le Chocolat font partie des œuvres majeures de ce réalisateur triplement nominé aux Oscars

**** Réalisateur passé à une toute dimension depuis l’immense succès de Night Call (2014)

Didier Bianay

bianaydidier.com

Hollywood Music in Media Awards 2016 : Les vainqueurs

(n°671)

News

Voici les lauréats, des principales catégories, de cette cérémonie qui s’est tenue au Fonda Theater (Los Angeles) :

hmmaBande Originale : Film

Nicholas Britell – Moonlight

Bande Originale: Film Sci-Fi/Fantastique

John Debney – Le Livre de la Jungle

Bande Originale : Film d’animation

Alexandre Desplat– Comme Des Bêtes

Bande originale : Séries TV/Streaming

Alex Heffes et Phillip Miller – Roots

Musique thème : Séries TV/Streaming

Victor Reyes – The Night Manager

Chanson : Film

“City of Stars” (La La Land) – Ryan Gosling

Chanson : Film d’animation

“Can’t Stop The Feeling” (Les Trolls) – Justin Timberlake et Anna Kendrick

Chanson : Film Sci-Fi/Fantastique

“Just Like Fire” (Alice de L’autre Côté du Miroir) – Pink

Didier Bianay

bianaydidier.com

Dernières sorties BO (18/11/16)

vaianah

Vaiana, La Légende Du Bout Du MondeMark Mancina, Opetaia Foa’i et Lin-Manuel Miranda

Walt Disney Records (18 Novembre 2016) – 2 CD

AlliésAlan Silvestri

Sony Classical (18 Novembre 2016)

Les Animaux FantastiquesJames Newton Howard

Watertower Music (18 Novembre 2016) – CD / Vinyle

IrisDustin O’halloran et Adam Wiltzie (A Winged Victory For The Sullen)

Erased Tapes (16 Novembre 2016)

Loving – David Wingo

Back Lot Music (18 Novembre 2016)

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

bianaydidier.com

James Newton Howard compose pour « Red Sparrow »

(n°669)

News

James Newton Howard

James Newton Howard

James Newton Howard a révélé, dans une tournée de presse pour sa prochaine série de concerts, qu’il s’apprête à collaborer avec le réalisateur Francis Lawrence sur Red Sparrow. On y retrouvera la talentueuse Jennifer Lawrence dans le rôle d’une femme promue contre sa volonté en tant que « sparrow » pour séduire l’ennemi. Se déroulant dans un contexte actuel ce thriller d’espionnage offrira un prometteur jeu de dupe entre la CIA et les services de renseignement russes. Joel Edgerton est pour l’instant le seul acteur confirmé pour accompagner Jennifer Lawrence sur cette adaptation du roman éponyme de Jason Matthews qui sortira au cinéma l’année prochaine. À noter que ce sera la 5ème collaboration entre James Newton Howard et Francis Lawrence après Je Suis Une LégendeDe L’eau pour les Éléphants et les 3 derniers Hunger Games.

Si pour ce compositeur toujours très attendu 2015 a été une année difficile avec aucune nomination dans aucune cérémonie, 2016 semble être l’année d’une légère rédemption grâce à sa BO pour la mini-série All The Way qui lui a rapporté de récentes nominations aux Emmys 2016, aux HMMA 2016 et aux OFTA Television Award. Très posée, mélancolique, d’un ton assez grave et solennelle, la partition signe un mandat intéressant de 54 minutes en insufflant un vent d’inquiétude judicieux pour dépeindre l’angoisse de Lyndon Johnson face à l’imposante tâche qui consistait à remplacer JFK dans une Amérique mouvementée socialement. C’est sans doute ce que le compositeur a proposé de mieux depuis 2 ans, avec une sensibilité mélodieuse et un concept musical bien lisible. Malgré une année 2016 moins pourvue en projet qu’à ses habitudes le natif de Los Angeles est en ce moment bien au cœur de l’actualité BO avec la sortie du film événement Les Animaux Fantastiques et la parution de la BO ce vendredi. Il vient aussi d’être désigné comme compositeur de The Nutcracker and the Four Realms, un film produit par Disney dont la sortie est planifié pour courant 2018.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Le chant de bataille

(n°668)

Coup de Cœur

Rupert Gregson-Williams

Rupert Gregson-Williams

Proche collaborateur de Hans Zimmer, Rupert Gregson-Williams a repris ses conventions, mais a su aussi démontrer une recherche musicologique très subtile pour pimenter une compo assez prenante.

Au cœur de la BO de Tu Ne Tueras Point, la piste Japanese Retake The Ridge est à l’image de celle-ci, entre conventions et subtilités assez bien trouvées. De prime abord Gregson-Williams reprend certes quelques techniques d’écriture chez son mentor et compositeur auquel il ressemble le plus Hans Zimmer. On retrouve ces mêmes façons d’allier percussions et violons autour d’un premier rythme effreiné qui est d’ailleurs le fil rouge d’une bonne partie de ce morceau (de 0:10 à 2:36) et se trouve parfois sous le commandement de cuivres Zimmériens épiques et virils, ou rugissants. Avec peu de mélodie et des arpèges dissonants ultra rapides soulignés par des sonorités électroniques et des choeurs qui se rapprochent des chants gutturaux on est plutôt dans la musique d’ambiance, avec une atmosphère sacrément oppressante et haletante.

Cet effet général est assez réussi mais Gregson-Williams comme à son habitude va chercher des détails assez croustillants dans son instrumentation. En effet, outre l’utilisation des taikos pour souligner de frénétiques violons, ont perçoit quelques mitraillements de percussions dont le symbolisme est évident sur une scène de champs de bataille (de 1:30 à 1:57 ; de 4:00 à la fin). Mais c’est surtout l’utilisation parcimonieuse de l’horagai (ex. à 0:55) qui est particulièrement bien vue et témoigne d’une recherche musicologique assez approfondie quand on sait que cet instrument peu connu en Occident était utilisé par les samouraïs pour signifier des changements de formations de combat. Dans une accalmie orchestrale le compositeur l’a même accompagné d’un trombone (2:53), instrument plus puissant et dont le timbre se rapproche, la combinaison donnant un son homogène, original et terrifiant. Terrifiants le sont aussi ces coups de boutoir orchestraux très brutaux et ces contre-chants affolés des cordes sur la fin qui contredisent la conclusion héroïque des cuivres ; un excellent moyen de mettre en exergue la psychologie contrastée du soldat en pleine bataille, entre courage et peur.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine …

(n°667)

Le Récap’

11/11 Point d’armistice ce vendredi niveau sorties BO. A été mise en avant la musique de Jóhann Jóhannsson pour le film Arrival (Premier Contact), une sortie assez en amont par rapport à la sortie du film en France (7 décembre 2016). Pas mal de compositeurs français se sont aussi signalés dont Robin Coudert avec la parution de la bande son de Planétarium.

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

Gabriel YaredBach Eric Styles

Michael GiacchinoSpider-Man: HomecomingJon Watts

Nicholas BritellLa Bataille Des Sexes Jonathan Dayton et Valerie Faris*

Will Bates** Hot Summer Nights Elijah Bynum

Dario Marianelli Darkest Hour Joe Wright***

Julian WassFun Mom Dinner Alethea Jones

Bobby Krlic Shooter John Hlavin

Mark IshamSun DogsJennifer Morrison

Simon Franglen****IceRobert Munic

* Avec Little Miss Sunshine ce duo de réalisateurs a enregistré un plébiscite à travers les festivals du monde entier, dont un César du meilleur film étranger, en 2007

** Le compositeur de la série The Magicians

*** On lui doit quelques longs métrages à succès tels Orgueil Et Préjugés (2005), Reviens-moi (2007) ou encore Anna Karenine (2012)

**** Collaborateur de longue date de James Horner. À la suite de la mort de ce dernier il a complété son travail pour le récent western Les 7 Mercenaires.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Dernières sorties BO (11/11/16)

arrivalh

Arrival – Jóhann Jóhannsson

Deutsche Grammophon (11 Novembre 2016)

PlanétariumRobin Coudert

Hippocampus / Music Box Records (10 Novembre 2016) – Vinyle / CD

Le Petit Locataire – Guillaume Loiseau

Les Films Du Worso (10 Novembre 2016)

L’histoire De L’amour – Armand Amar

Idol (4 Novembre 2016)

Les TrollsChristophe Beck

Rca (4 Novembre 2016)

Almost ChristmasJohn Paesano

Back Lot Music (11 Novembre 2016)

Le Gang Des Antillais – Thibault Agyeman, James Edjouma (Album)

Grown Kid (11 Novembre 2016)

MarsNick Cave, Warren Ellis (TV)

Milan Records (11 Novembre 2016)

Source : cinezik.org

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

bianaydidier.com

Nicholas Britell sur « La Bataille Des Sexes »

(n°665)

News

Nicholas Brittel

Nicholas Britell

Nicholas Britell continue sur sa lancée et compose pour La Bataille Des Sexes, des réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris. Ce biopic se remémorera la célèbre opposition mixte qui eut lieu entre la tenniswoman Billie Jean King et son confrère Bobby Riggs tout comme le contexte qui entoura ce match exhibition, en 1973. L’actrice Emma Stone et Steve Carell camperont les 2 personnages principaux, ils seront entourés d’Elisabeth Shue, Andrea Riseborough, Austin Stowell, Alan Cumming, Sarah Silverman et de Bill Pullman. La Bataille Des Sexes sortira l’année prochaine.

C’est donc Nathalie Portman qui l’aura doublement boosté ce Nicholas Britell, tout d’abord en 2008 lorsqu’elle fait appel à ses services pour un segment qu’elle réalise pour le documentaire New York, I Love You et le court-métrage Eve. En 2015 pour son premier long-métrage Une Histoire D’amour et de Ténèbres, l’actrice oscarisée ne l’a pas oublié et l’a semble-t-il sublimé tant il semble s’y être épanoui musicalement, atteignant par d’innombrables façons une certaine sensibilité voulue par ce biopic nominé à Cannes 2015 (catégorie Un Certain Regard). 2 coups de pouce déterminants qui ont respectivement lancé et fait franchir un autre palier à sa carrière, car depuis il s’est vu confier quelques grosses productions telles The Big ShortFree State Of Jones et est attendu sur Ocean’s Eight, un spin-off de la fameuse franchise Ocean’s réputée pour ses castings 5 étoiles.

Mais outre Nathalie Portman, c’est surtout le talent de Britell qui l’a conduit là où il est lui qui avait déjà été remarqué pour son travail additionnel sur 12 Years A Slave, notamment pour la chanson originale My Lord Sunshine. À l’automne 2016 il a fait un peu plus surface aux yeux des amateurs de musiques de films en enregistrant 2 nominations coup sur coup aux WSA et aux HMMA. Le pianiste commence donc à faire mouche tant auprès du public que des réalisateurs car son style est … enfin il en a pas… Très créative et éclectique la musicalité de Britell sait afficher, et avec crédibilité, un large panel de courants musicaux (Classique, Hip-hop, Funk, Soul, Électro etc.) certains semblant même être inventés par ce new-yorkais de 36 ans. Avouant être influencé par Rachmaninoff, Gershwin, Philip Glass, Zbigniew Preisner, Quincy Jones et Dr. Dre, Britell démontre par là une grande culture musicale et prouve une grande adaptabilité pour son âge. Ce diplômé d’Havard est déjà une tête bien faite, ce sera peut-être à l’avenir une tête de série.

Didier Bianay

bianaydidier.com

Actu BO – Ça s’est passé cette semaine …

(n°664)

Le Récap’

05/11 Parmi les 3 nouveautés BO a été mise à l’honneur celle de la saison 1 de Westworld, composée par Ramin Djawadi. Rupert Gregson-Williams a enregistré aussi la parution d’une nouvelle bande-son, celle qu’il a écrite pour le biopic Tu Ne Tueras Point.

02/11 Les organisateurs des Hollywood Music in Media Awards 2016 ont annoncé les artistes nominés pour cette cérémonie qui se tiendra le 17 Novembre prochain. Découvrez les principales catégories ici.

Projets confirmés cette semaine (Compositeurfilm ou sérieréalisateur ou créateur)

HauschkaAshes in the SnowMarius Markevicius

Jon Ekstrand*LifeDaniel Espinosa

Ilan Eshkeri Breathe Andy Serkis

Randy EdelmanMax 2: White House HeroBrian Levant

Gabriel Mann**Humor MeSam Hoffman

Nicholas Britell***Ocean’s 8Gary Ross****

Rupert Gregson-WilliamsWonder WomanPatty Jenkins

Chris BordeauxLandlineGillian Robespierre 

* Il a récemment composé pour Enfant 44, du même réalisateur que Life, Daniel Espinoza

** Le compositeur attitré de Modern Family

*** On lui doit la BO de The Big Short : Le Casse du siècle qui lui a valu une nomination récemment aux World Soundrack Awards 2016 (Découverte de l’année)

**** Le réalisateur de Hunger Games (2012)

Didier Bianay

bianaydidier.com

Hollywood Music in Media Awards 2016 : Nominations

(n°663)

News

Eh oui c’est la fin d’année et les nominations commencent à débarquer pour récompenser ce qui s’est fait de mieux dans la Musique de Film cette année. Comme d’habitude les WSA sont suivis de près par les HMMA dont voici les principales nominations :

hmmaBande Originale : Film

Dustin O’Halloran et Hauschka – Lion
Henry Jackman – The Birth of a Nation
Justin Hurwitz – La La Land
Mica Levi – Jackie
Nicholas Britell – Moonlight
Rupert Gregson-Williams – Tu Ne Tueras Point

Bande Originale: Film Sci-Fi/Fantastique

Bear McCreary – 10 Cloverfield Lane
David Wingo – Midnight Special
John Debney – Le Livre de la Jungle
John Ottman – X-Men: Apocalypse
Johann Johannsson – Premier Contact
Michael Giacchino – Doctor Strange

Bande Originale : Film d’animation

Alexandre Desplat– Comme Des Bêtes
Hans Zimmer et Richard Harvey – Le Petit Prince
Heitor Pereira  – Angry Birds – Le Film
Lin-Manuel Miranda, Mark Mancina et Opetaia Foa’iVaïana : La Légende du Bout du Monde
Michael Giacchino – Zootopie
Thomas Newman – Le Monde de Dory

Bande originale : Séries TV/Streaming

Alex Heffes et Phillip Miller – Roots 
Jeff Russo – Fargo 
James Newton Howard – All the Way 
Kyle Dixon et Michael Stein – Stranger Things 
Mac Quayle – Mr. Robot 
Sean Callery – Minority Report

Musique thème : Séries TV/Streaming

Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad – Marvel’s Luke Cage 
Hans Zimmer – The Crown 
Kyle Dixon et Michael Stein – Stranger Things 
Rodrigo Amarante – Narcos 
Victor Reyes – The Night Manager

Chanson : Film

“Audition” (La La Land) – Emma Stone
“City of Stars” (La La Land) – Ryan Gosling
“Dancing with Your Shadow” (PO) – Sheryl Crow
“Down With Mary” (Too Late) – John Hawkes
“Rules Don’t Apply” (Rules Don’t Apply) – Lily Collins
“Runnin’” (Les Figures De L’ombre) – Pharrell Williams

Chanson : Film d’animation

“Can’t Stop The Feeling” (Les Trolls) – Justin Timberlake et Anna Kendrick
“Faith” (Tous En Scène) – Stevie Wonder feat. Ariana Grande
“The Great Beyond” (Sausage Party) – Sausage Party Cast
“Try Everything” (Zootopie) – Shakira
“We Know the Way” (Vaïana : La Légende du Bout du Monde) – Lin-Manuel Miranda

Chanson : Film Sci-Fi/Fantastique

“Just Like Fire” (Alice de L’autre Côté du Miroir) – Pink
“Scars” (Divergente 3 : Au-delà du mur) – Tove Lo
“Sledgehammer” (Star Trek Beyond) – Rihanna
“Sucker for Pain” (Suicide Squad) – Lil Wayne, Wiz Kahlifa, Imagine Dragons, Ty Dolla Sign et Logic, featuring X Ambassadors
“Wish That You Were Here” (Miss Peregrine et les Enfants Particuliers) – Florence and the Machine

La cérémonie se tiendra le 17 Novembre 2016 au Fonda Theater (Los Angeles).

Didier Bianay

bianaydidier.com

Dernières sorties BO (04/11/16)

westworldh

Westworld (Saison 1) – Ramin Djawadi

Watertower Music ( 31 Octobre 2016) – Digital

Tu Ne Tueras PointRupert Gregson-Williams

Varese Sarabande (4 Novembre 2016)

Nocturnal AnimalsAbel Korzeniowski

Back Lot Music / Silva Screen Records (4 Novembre 2016) – Digital

Source : cinezik.org et underscores.fr

Plus de news sur les nouvelles parutions ici

bianaydidier.com

Hauschka, une question de préparation

(n°661)

Dossiers

Hauschka (Volker Bertelmann)

Hauschka (Volker Bertelmann)

Aujourd’hui place à un artiste assez étonnant, Hauschka a.k.a Volker Bertelmann, un pianiste allemand au parcours improbable et aux méthodes de travail assez imprévisibles. Vous êtes prévenus…

Pour Volker Bertelmann tout commence à Kreuztal où il naît en 1966. Il grandit non loin de là à Ferndorf dans une famille nombreuse de 6 enfants et se prend d’amour pour le piano dès 9 ans, après avoir assisté à un concert reprenant les oeuvres d’un illustre pianiste d’un autre temps, Chopin. C’est là que le parcours de Bertelmann commence à partir dans toutes les directions ; car tout en étudiant le piano Classique pendant les 10 années suivantes, il s’essaiera au Rock, au Hip-Hop, aux études de médecine, d’économie d’entreprise avant de finalement revenir plus pleinement à la musique. Il finit par sortir son premier album solo en 2004, Substantial, et acquiert son identité musicale définitive en travaillant sur le suivant qui paraîtra l’année d’après, The Prepared Piano. Comme son nom l’indique, ce dernier est entièrement consacré au piano préparé, méthode d’expérimentation sonore dont Hauchska est depuis devenu un des plus grands spécialistes et qui consiste à insérer divers types objets dans les cordes d’un piano afin d’influencer et façonner ces sonorités. C’est dans cette optique artistique que l’allemand mène sa carrière depuis 11 ans ayant sorti entre-temps 12 albums en s’accompagnant d’orchestres et d’artistes tels Samuli Kosminen, Hilary Hahn, Joey Burns ainsi que John Convertino. Enfin, accessoirement Bertelmann pratique aussi la musique électronique avec pour pseudonyme Tonetraeger.

Alors on pourrait se dire que dans sa jeunesse Hauschka s’est fourvoyé en multipliant les expériences, mais en Musique de Film c’est plutôt une bonne chose car la discipline exige une grande polyvalence musicale, et Hauschka il l’a. C’est d’ailleurs pas un hasard si il enfile les programmes depuis 2007 et devient un compositeur de plus en plus suivi. L’identité multiple qu’il s’est forgé lui a d’ailleurs bien servi sur la BO du thriller The Boy (2015) où il s’en est servi pour multiplier les sonorités acoustiques notamment par des notes de piano trafiqué mais aussi par des touches de violons, de violoncelles, et toutes sortes d’objets qui lui sont tombés sous la main, le tout enrobé d’une couverture électronique glauque. Peu mélodique mais grouillant de sonorités intimidantes par leur imprévisibilité, la BO de The Boy fut un pari risqué et assez réussi, pourvu d’une vrai personnalité, sauvage, sombre, étrange et lugubre.

À elle seule cette bande-son montre ce que le malicieux Hauschka peut apporter à la musique d’un film et son extraordinaire ouverture d’esprit grâce à laquelle son travail nous montre mille chemins. Il reviendra prochainement sur un drame de Marius Markevicius Ashes In The Snow pour conclure une année 2016 où il n’avait jamais été autant sollicité, après Exodus Where I Come from Is Disappearing, Lion (avec Dustin O’Halloran), In Dubious Battle, Deutschland. Made by Germany et enfin le court métrage Riding Hood. Des projets très différents les uns des autres, mais depuis nombres d’années le parcours d’Hauschka est déjà prêt, paré à toutes éventualités.

Didier Bianay

bianaydidier.com