2 BO recommandées

(n°1255)

Bandes Originales Recommandées

  

Perry Mason (Chapter 1)Terence Blanchard

Contrairement à l’autre reboot Perry Mason qui sentait bon les 80’s, ici c’est un pur retour aux sources, dans le Los Angeles des années 30, une société en apparence enviable où le jeune détective Perry Mason fait ses premières armes . À travers les cordes frottées et le piano se perçoivent d’abord l’introspection interne du personnage puis, sans s’éloigner de cette torpeur, ce sont des instruments propres au Jazz qui se mettent subtilement en évidence (contrebasse, saxo, trompette, batterie Jazz), Terence Blanchard se faisant même plaisir sur la piste End Credits. Cette même piste est intéressante car elle fait davantage ressortir le second genre musical présent dans cette BO, l’Électro, les synthés, Bass synth et percussions électroniques évoquant les polars actuels. Donner un fond moderne à une série d’époque sans décrocher du décor était un exercice délicat, mais le résultat, bien que sombre, s’avère intéressant à écouter tout comme les reprises d’It Don’t Mean A Thing et de Dancing In The Dark, 2 standards du Jazz purement contemporains.

The American Runestone – Henrik Åström

L’acteur suédois Peter Stormare parcourt le Minnesota, afin de découvrir les racines de l’Amérique moderne. Ce détour dans l’Amérique profonde est accompagné d’une musique on ne peut plus représentative. Entre Folk et Country, le compositeur … suédois nous sort toute la panoplie en terme d’instrumentation, guitare sèche, guitare folk, guitare wave, banjo, fiddle, harmonica etc., pour une musique qui n’est que peu conductrice, car à travers ses pérégrinations l’acteur rencontrera érudits, sceptiques et sensationnalistes, qui ont chacun leurs propres vérités… Le travail d’Åström et les méthodes de mixage transpirent tant l’authenticité qu’on en oublierait les cordes, les synthés et cette voix féminine qui soutiennent les instruments acoustiques, évoquant un recul contemporain qui ne manque de sentiment. Une partition toute en nuance qui conserve élan et relative sérénité. De quoi fermer les yeux et rêver d’Amérique…

Didier Bianay

bianaydidier.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s